http://www.crepy.crepy.environnement.over-blog.fr
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2019 4 25 /04 /avril /2019 09:32

.

L’association Crépy environnement et qualité de la vie met en ligne sur son blog l’article préparé par l'association locale sans but lucratif de gestion d'un Centre de santé à Crépy en Valois :

.

Les déserts médicaux se répandent dans tous les départements français. 
Les raisons en sont connues :
- Départ en retraite des médecins généralistes de ville qui ne sont pas remplacés ;
- Choix des jeunes diplômés pour un exercice non plus libéral mais salarié. 90% des jeunes médecins généralistes rejettent l'exercice libéral et choisissent ce mode d'activité salarié qui ne peut se faire qu'au sein d'un Centre de Santé.
Aujourd'hui les conséquences en sont des rendez-vous à plusieurs semaines pour les patients, l'absence de médecins référents pour les nouveaux habitants et pas de prise en charge des petites urgences qui se rendent aux services des urgences hospitalières déjà encombrées.
.
Une solution rapide doit être trouvée.
.
Un groupe de professionnels médicaux et de l'action sociale de Crépy en Valois, au sein d'une association loi 1901  a décidé de créer un Centre de Santé pour recruter de jeunes diplômés en médecine salariée dont ils assureront l'intégration et auxquels ils apporteront leur expérience.

.
Ce projet en est cours d'enregistrement auprès des organismes de tutelles, l'ARS (Agence Régionale de Santé) et la CPAM de l'Oise, Il présente l'avantage de pouvoir débuter dès janvier 2020 dans les locaux déjà existant de l'actuelle Maison Médicale.
L'association loi 1901 porteuse de ce projet est apolitique, laïque, sans but lucratif, forte de l'expertise de médecins seniors. Elle permettra un accès aux soins rapide pour tous par l'application du tiers payant généralisé sans dépassement d'honoraires. Un créneau quotidien sera réservé pour accueillir les urgences.
.
La création de ce centre de santé des médecins de Crépy en Valois ne bénéficie pas de l'appui de la municipalité qui a fait le choix de déléguer à la clinique privée  St Côme de Compiègne  la construction
d'une structure surdimensionnée destinée à accueillir des médecins de pratique libérale. Ce projet ne répond pas aux attentes et aux besoins de la population d'autant qu'elle sera construite sur la seule parcelle municipale encore disponible déjà dédiée à la 
construction d'un centre scolaire dans ce quartier en pleine expansion d'habitations sur la ville.
.

Comment peut-on mettre en équivalence un projet architectural d'un coût élevé  pour la collectivité au bénéfice d'une clinique privée et qui ne pourra pas être fonctionnel avant plusieurs années alors que
l'urgence sanitaire est immédiate.
.
Pour ces raisons nous vous demandons de signer la pétition en cliquant
 sur ce lien : http://chng.it/fQypPYNPVh
.

Merci

.

Association locale sans but lucratif de gestion d’un centre de santé à Crépy en Valois

La maison médicale, route de Senlis à Crépy en Valois

La maison médicale, route de Senlis à Crépy en Valois

Repost0
22 avril 2019 1 22 /04 /avril /2019 10:18

.

L’association Crépy environnement et qualité de la vie suit avec beaucoup d’attention le dossier de santé, prioritaire pour les habitants du pays de Valois. Nous publions l’article sur la tenue d’un nouveau débat public organisé par l’association citoyenne pour un centre de santé :

.

Le débat citoyen continue !

Vous pouvez écouter le reportage de RVM sur le débat qui s’est déroulé à Betz avec des interviews de participants.

https://www.radio-valois-multien.fr/emissions/l-oreille-dans-le-coin-g?podcast=4447#podcasts.

A ce jour nous avons collecté 1380 cartes concernant 2045 personnes. Nous ferons connaitre les résultats précis de l’enquête lors du prochain débat public.

Comme notre projet vise à répondre aux besoins en médecins de la population habitant la Communauté de Communes du Pays de Valois, nous poursuivons la distribution de notre carte-enquête-et soutien à la création d’un centre de santé dans les communes du canton de Nanteuil.

Nous sommes également prêts à organiser des débats locaux, à la demande d’élus ou d’habitants.

Nous vous annonçons la tenue de notre prochain

.  

Débat public à Crépy-en-Valois le jeudi 2 mai à 20h,

salle des Fêtes, rue Nationale, sur le thème d’un centre de santé à la ville et dans les villages de la Communauté de communes du pays de Valois

 .

Vous aussi, vous pouvez participez à ce projet :

·       En diffusant les informations que nous vous transmettons ;

·       En nous aidant à distribuer des cartes dans d’autres villages (version actualisée ci-jointe) ;

·       En demandant au maire de votre commune (hors Crépy et Betz qui vont le faire), de publier dans le bulletin municipal un petit article d’information de notre association sur le projet de centre de santé pour le Pays de Valois que vous trouverez ci-joint ;

·       En vous adressant au maire et aux délégués communautaires de votre commune pour que le projet d’un centre de santé soit débattu au Conseil municipal et/ou au Conseil communautaire de la CCPV.

Nous sommes disponibles pour toute explication supplémentaire.

.

L’association Citoyenne pour un centre de santé

Carte de sondage

Carte de sondage

Article à publier

.

Pays de Valois : face à la pénurie de médecins Demandons l’ouverture d’un centre de santé

.

Depuis plusieurs années des médecins partent en retraite et ne sont pas remplacés, des personnes se retrouvent sans médecin traitant, des malades ne peuvent avoir accès à une consultation le jour-même, d’autres ne peuvent se déplacer.

Les nouveaux médecins aspirent de plus en plus à un statut de salarié avec des horaires fixes, à une protection sociale, à travailler en équipe, à ne pas gérer un cabinet et des tâches administratives. Seul, un centre de santé sans but lucratif peut répondre à cette aspiration car il emploie des médecins salariés qui sont assistés de secrétaires et d’une infirmière. Tous travaillent en équipe. Un centre de santé assure la permanence des soins dans ses locaux, aux heures d’ouverture, tient des permanences dans des villages, pratique le tiers payant (pas besoin d’avancer la part remboursée par La Sécurité sociale) et n’applique aucun dépassement d’honoraires. Les centres de santé n’ont pas de problème pour recruter des médecins. Ils ont un rôle complémentaire par rapport à l’existant et fédérateur entre communes.

C’est donc très différent d’une maison de santé qui accueille des médecins libéraux et peut avoir des difficultés à trouver des médecins. C’est aussi très différent du projet de pôle de santé piloté par la polyclinique St Côme à Crépy en Valois, établissement privé à but lucratif.

C’est pourquoi l’association citoyenne pour un centre de santé dans le Pays de Valois appelle les habitantes et habitants, qui ne l’ont pas fait, à remplir jusqu’en juin la carte d’enquête et de soutien au projet d’un centre de santé qu’elle a éditée. Vous pouvez la demander par mail à centresantevaloisasso@gmail.com ou par téléphone au 03 44 87 05 30.

Prochain débat public jeudi 2 mai 20h, salle des Fêtes de Crépy en Valois.

 

---------

 

Un débat public à Crépy en Valois sur le thème d’un centre santé sur le territoire de la communauté de communes du pays de Valois

Repost0
15 avril 2019 1 15 /04 /avril /2019 10:28

.

L’association Crépy environnement et qualité de la vie vous propose de lire cet article édifiant du Canard Enchainé du 27 mars 2019 qui nous interroge sur certaines pratiques lucratives et consternantes.

.

Nous demandons au directeur de la clinique St Côme et à la mairie de Crépy en Valois de nous indiquer les références de l’entreprise ou de l’association à but non lucratif, chargée de la construction et de la gestion du futur centre de dialyse dans notre ville.

.

Ci-dessous l’article, à lire et à méditer.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

Communauté de communes du pays de Valois : Un article intéressant du Canard enchainé concernant l’activité lucrative de la dialyse

Repost0
4 avril 2019 4 04 /04 /avril /2019 10:10

.

Les ventes dans le commerce de proximité sont stables ou en légère régression en 2018 (-0,5% à -1%) malgré une progression des volumes des surfaces alimentaires de moins de 400 m2 (+4%).

De grandes enseignes telles que U Express, Carrefour contact ou Franprix par exemple essayent de contrecarrer la tendance avec un maillage de plus en plus serré du territoire par de nouveaux magasins de conception plus urbaine. Carrefour et les établissement Leclerc se lancent maintenant dans la capitale avec l’intention d’ouvrir des magasins privilégiant des produits locaux, bio et la mode anti-gaspillage.

.

La jeune start-up « Comptoir de Campagne », propriétaire de 6 magasins, a décidé de multiplier les ouvertures de magasins dans des villes rurales jusqu’à 2000 habitants en proposant des produits alimentaires locaux, des offres multiservices (cordonnerie, pressing, retouche, repassage, livraisons diverses et un site internet, etc…).

A Toulouse, le concept « Dive Tout Nu » propose aux clients des produits locaux dans des emballages réutilisables avec une consigne de 10 centimes lorsqu’ils sont ramenés.

L’enseigne « Frais d’Ici » qui jouxte les jardineries Gamm Vert propose des produits alimentaires provenant de producteurs agricoles adhérents d’une grande coopérative située à proximité des magasins (Une dizaine de magasins qui vont se multiplier).

.

Ces nouvelles enseignes surfent sur le concept des produits locaux, fabriqués en France et leurs chiffres d’affaires a progressé de 30 à 40% depuis leurs ouvertures.

.

D’autres enseignes comme « Phénix ou « Nous anti-gaspi » (En Bretagne), récupèrent les invendus auprès des industriels et des producteurs pour les proposer à des prix très inférieurs à la concurrence.

Les produits proposés dans les rayons sont très diversifiés : Produits frais, viandes, poissons, légumes et épicerie. Des produits dans des emballages non conformes, des légumes moches sont également la cible de ces magasins et sont vendus à des prix de 20 à 30% moins chers par rapport à ceux pratiqués dans des enseignes classiques.

Le directeur général de « Nous anti-gaspi » a pour objectif d’ouvrir à moyen terme une vingtaine de magasins en Bretagne, dans le centre de la France et dans les Pays de Loire.

Lorsqu’un produit bientôt périmé arrive dans ces enseignes, il est donc proposé d’abord aux consommateurs puis aux associations et enfin aux animaux, réduisant ainsi les poubelles des magasins habituels et leurs évitant aussi de régler les taxes du traitement des déchets (200 euros la tonne). De plus en plus de contrats sont signés avec des magasins conventionnels pour le recyclage des déchets alimentaires.

Les clients de ces enseignes sont avertis par une application de l’arrivée de produits proches de la date de péremption.

.

 

Conclusion

Ce sont de nouvelles formes de commerces alimentaires de proximité qui vont bientôt entrer en compétition avec les grands centres commerciaux où se trouvent souvent des hypermarchés qui ont de moins en moins la préférence des français (A lire notre article sur les aliments ultra transformés édité sur notre blog le 14 janvier 2019) :

http://crepy.environnement.over-blog.fr/2019/01/communaute-de-communes-du-pays-de-valois-les-produits-ultra-transformes-ont-envahi-notre-quotidien-alimentaire.html

.

Certaines grandes enseignes alimentaires ne sont plus en grande forme depuis quelques années puisque la fréquentation des magasins baisse depuis 5 ans en continu avec les multiplications désordonnées de centres commerciaux en France.

Prenons l’exemple de Casino qui a commencé à réduire la surface de ses hypermarchés et a annoncé la fermeture ou la vente de 20 de ses grands magasins (Les fermetures ne sont plus taboues).

Que ce soit Auchan ou Carrefour, les surfaces ont tendance diminuer.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.

Communauté de communes du pays de Valois : Le commerce de proximité est bousculé par de nouveaux arrivants

Repost0
28 mars 2019 4 28 /03 /mars /2019 11:07

.

Tous les habitants de Crépy en Valois ont pu le constater, le nombre de médecins généralistes exerçant dans notre cité diminue d’année en année, au point que les nouveaux Crépynois ne trouvent pas de médecin référent, indispensable à la prise en charge par la Sécurité Sociale.

.

Le maire et le premier adjoint de la municipalité de Crépy-en-Valois étaient sur le point de donner un terrain en face de la nouvelle gendarmerie pour permettre à la clinique St Côme de Compiègne de construire un centre de dialyse, de nature industrielle et privée, complétement démesuré pour les besoins de notre ville. Il semble actuellement qu’ils aient changé d’avis pour le vendre à un prix non dévoilé.

.

Ce projet est présenté comme une réponse à la pénurie de médecins généralistes qui frappe notre ville et le pays de Valois alors que le but principal des dirigeants de la clinique est d’installer un centre d’hémodialyse.

.

Voici les vérités à connaître sur ce projet de la mairie :

.

1.Le projet de la clinique ST Côme est un centre médical : FAUX

Le projet que propose la Clinique St Côme est centré sur un service d’hémodialyse de nature industrielle et privée surdimensionné aux besoins de Crépy en Valois, puisqu’il prévoit la création de 18 lits de dialyse là où 3 suffiraient pour notre ville.

.

Il s’agit clairement de l’extension d’un groupe industriel dans le domaine de la santé possédant déjà plusieurs dizaines de centres de dialyse et dont le directeur de la clinique St Côme en est le représentant régional. Il s’agit pour ce groupe de capter les patients de la région et de concurrencer les centres publics d’Hémodialyse de Meaux, Creil, Soissons, voire Reims.

.

2. L’arrivée à Crépy de la clinique St Côme ne coutera rien à la ville : FAUX

Le projet reste obscur sur ce point : « mise à disposition d’un terrain de la ville ou vente à un prix intéressant à la clinique St Côme ». Ce qui apparaît comme une subvention déguisée. Quelque que soit la forme prise par cette mise à disposition, ce terrain situé à proximité de nouveaux lotissements pourrait être utilisé pour la construction d’un établissement scolaire ou autres établissements publics d’intérêt général à but non lucratif.

.

3. La Municipalité peut donner un terrain à la clinique St Côme : FAUX

La mise à disposition sous forme de bail emphytéotique administratif envisagé initialement par la ville est hors la loi. Le  Code général des collectivités territoriales interdit formellement ce type de montage qui serait dénoncé par les autorités de tutelle. Mais si la mairie a décidé de vendre ce terrain, quelles en sont les conditions ?

.

 

4.Ce projet signe la disparition de la Maison Médicale actuelle avenue de Senlis : VRAI

La construction du centre de dialyse par la clinique St Côme entraînera le déménagement du centre de radiologie et ne permettra pas le maintien de l’équilibre économique de la Maison Médicale avenue de Senlis.

Par ailleurs, les médecins, les radiologues, les biologistes de la Maison Médicale avenue de Senlis ne sont pas partie prenante dans ce projet. Comme l’ensemble de la population ils n’ont appris l’existence de transactions entre le directeur administratif de St Côme et le Maire que par voie d’articles de presse. On peut s’étonner qu’un tel projet voit le jour en fin de mandature comme une urgence alors qu’un projet immobilier d’importance piloté par PROMOGIM est en cours de montage derrière la maison médicale. Il est actuellement simplement suspendu mais le promoteur reste toujours à l’affût dans l’espoir d’obtenir la fermeture de la maison médicale, route de Senlis.

.

5. La mairie agit pour combattre la pénurie de médecins généralistes : FAUX.

Evidemment c’est faux malgré les allégations du maire qui d’ailleurs se met en porte à faux vis-à-vis de sa doctrine « pas de public dans le privé » en voulant mettre à disposition mais dans quelles conditions, un terrain municipal à un groupe privé comme l’est la clinique St Côme.

.

Il n’est prévu à aucun moment dans le projet de la clinique St Côme de création de postes  de médecins généralistes supplémentaires,  seulement l’espoir de récupérer les médecins de la maison médicale.

Seules des consultations de médecins spécialistes seront programmées dans les bureaux de la nouvelle structure.

Rappelons que les médecins généralistes de Crépy en Valois ont depuis longtemps dirigé leurs patients qui nécessitaient de soins spécialisés vers la Clinique St Côme : Nous pouvons regretter que ce noyau de confiance historique n’ait pas permis une meilleure communication et entente entre les praticiens et l’établissement privé.

.

D’autres municipalités plus imaginatives ont su créer une vraie dynamique pour répondre au désintérêt des jeunes médecins à une installation libérale. Des solutions existent pour leurs proposer des postes sous forme de salariat, citons par exemple les Sociétés coopératives d'intérêt collectif ou des centres de santé qui permettent à des établissements privés à visée sociale de collaborer avec des structures locales publiques. Certes ces solutions demandent des études, de l’imagination, du travail et surtout une vraie volonté politique et une vision de l’intérêt général. Toutes qualités qu’une ville comme Crépy en Valois est en droit d’exiger de ses élus municipaux.

.

La ville de Noyon par exemple a inauguré en novembre 2018 un centre de santé avec des médecins salariés qui s’autofinancera et qui répond aux désirs des nouveaux diplômés.

.

Vous pouvez lire l’article récemment paru sur notre blog sur le fonctionnement de ce centre de santé :

http://crepy.environnement.over-blog.fr/2019/03/compte-rendu-de-la-visite-effectuee-au-centre-de-sante-a-noyon-le-6-fevrier-2019-par-l-association-citoyenne-pour-un-centre-de-sante

.

6.L’intervention de la clinique St Côme accentuera la pénurie de médecin à Crépy en Valois : VRAI

Des locaux sont prévus dans le centre de dialyse de St Côme pour accueillir les éventuels médecins généralistes de l’actuelle Maison Médicale avenue de Senlis qui le désireraient.

.

Aucun nouveau médecin généraliste ne sera recruté. Les généralistes actuels de la Maison Médicale avenue de Senlis, jamais consultés par le directeur de la clinique St Côme, n’auront d’autres choix que de s’installer ailleurs. Une partie d’entre eux quittera Crépy en Valois ou partira en retraite diminuant encore le nombre des praticiens exerçant.

.

7.Il n’existe pas d’autres solutions à la pénurie de médecins que la solution portée par la mairie et la clinique St Côme : FAUX

La médecine libérale en province sur le modèle actuel n’attire plus les jeunes médecins diplômés qui aspirent à plus de simplicité dans le fonctionnement administratif. Les postes de médecins salariés sont la forme d’exercice souhaitée par les jeunes médecins.

.

8.L’installation d’une telle structure médicale en périphérie de la ville est une évolution normale : FAUX

Le terrain cédé se situerait à proximité de la nouvelle Gendarmerie. La maison médicale actuelle située au centre-ville est un atout précieux pour une population plus âgée. Elle permet des modes de transports variés, pas seulement dépendants de l’automobile.

De plus, sa proximité immédiate avec la gare représente un formidable potentiel pour attirer de jeunes médecins issus de l’agglomération parisienne tentés par une structure salariale.

.

Cette structure idéale ne peut naturellement pas se réaliser sur un terrain situé à une demi-heure à pieds de la gare.

.

9.Il existe un projet immobilier sur le terrain derrière la Maison Médicale : Vrai

Un projet de construction de 150 logements de grand standing est en cours d’étude par la société Promogim sur le terrain appartenant à la famille Callens et enclavé derrière la Maison Médicale. Celle-ci s’oppose naturellement à toute traversée de sa propriété par des centaines de voitures par jour et des dizaines de poids lourds tous les jours lors des travaux de construction des immeubles d’habitations qui va à l’encontre du droit de passage actuel (la servitude) qui ne concerne que l’usage pour une famille. Rappelons que le PLU (Plan Local d’Urbanisme) n’autorise pas la construction d’immeubles à plus de 30 mètres d’une voie publique. La municipalité actuelle voudrait-elle favorisée la disparition de la maison médicale pour permettre de transformer la voie privée desservant le terrain acquis par Promogim en voie publique ?  Et ainsi autoriser une opération immobilière fructueuse proche de la gare au détriment d’un établissement de santé ?

Le projet immobilier PROMOGIM à Crépy en Valois

Le projet immobilier PROMOGIM à Crépy en Valois

.

10.La Maison Médicale actuelle avenue de Senlis a le soutien de la population Crépynoise qui désire garder au centre-ville son équipement médical : Vrai

Le soutien des patients qui s’inquiètent des bruits, des rumeurs, des échos d’une certaine manipulation et de manœuvres de déstabilisation, se manifeste tous les jours au travers d’associations et de groupements de citoyens.

.

11. La Maison Médicale actuelle avenue de Senlis est le lieu idéal pour la création d’un centre de soins avec des médecins salariés sur le modèle de la ville de Noyon : VRAI

Les professionnels de santé de la Maison Médicale demeurent sur le lieu actuel de leurs activités. La structure est économiquement viable actuellement et les projets de développements des praticiens tous unis et au travail pour assurer l’avenir de celle qui fut une des premières maisons médicales de France, voulue notamment par le Dr Dupuy, maire de Crépy durant 42 ans.

.

12.Une solution proposée par notre association

Notre association a déjà proposé une solution :

Si la clinique St Côme veut absolument s’installer dans notre ville, elle peut acheter une partie du terrain mis en vente (5000 m2) pour construire son centre d’hémodialyse, un immeuble administratif et des locaux pour les médecins spécialistes en liaison avec la maison médicale toute proche qui pourrait se transformer en un centre de santé. Les 1700 m2 restants seraient achetés par la mairie et incorporés au parc Ste Agathe, route de Senlis.

Nous réaffirmons notre position : la priorité des priorités à Crépy en Valois est le recrutement de médecins généralistes avant l’arrivée de nouveaux habitants qui seront paniqués face à la pénurie de praticiens référents si la maison médicale ferme définitivement ses portes sans aucune autre alternative crédible.

.

13.Dernières informations

Le promoteur immobilier PROMOGIM jetterait l’éponge mais il serait remplacé par NATEXIS qui aurait l’intention de construire une maison de retraite.

La CNAM vend le premier étage de l’Espace Rameau et la mairie de Crépy en Valois est candidate à l’achat pour 350.000 €. Des cabinets médicaux y seraient créés provisoirement. Encore faut-il trouver les médecins généralistes intéressés.

Un médecin généraliste extérieur à la maison médicale serait d’accord d’y exercer à temps partiel selon certaines rumeurs mais le problème restera entier.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.

 

L'Espace Rameau à Crépy en Valpois

L'Espace Rameau à Crépy en Valpois

Repost0
25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 13:01

.

L’assemblée générale débuta par une note de musique avant la prise de parole du président de la radio locale RVM (Radio Valois Multien) qui présenta le bilan de l’année écoulée et les orientations pour 2019 :

L'assemblée générale à Crépy en Valois

L'assemblée générale à Crépy en Valois

.

1.Le changement des statuts

La radio locale RVM qui émet 24h/24 et toute l’année, change ses statuts pour un fonctionnement collégial.

Le conseil d’administration est remplacé dorénavant par un conseil collégial mais dans lequel ses membres restent des administrateurs pour 3 ans.

Un organe de concertations et de décisions est créé. Il se réunira chaque semaine. Les différents pôles (création, technique, communication, administratif) ont toute latitude pour s’organiser.

Dorénavant les postes spécifiques sont supprimés au profit d’une organisation collégiale.

.

2. Le bilan 2018

2.1.Le rapport moral

Le projet associatif avec une feuille de route sur les années 2019-2021 sera rénové, partagé par tous les personnels de la radio pour une meilleure connaissance du territoire et connaître les attentes des habitants de la région suivant les différents bassins de vie.

Le fonctionnement du pôle d’accueil doit être amélioré. Il manque des bénévoles formés pour recevoir correctement les visiteurs.

Il faut augmenter le nombre d’émissions comme « L’oreille dans le Coin(g) et le Bouche à Oreille ».

Les équipes se sont focalisées en 2018 sur la production de reportages exportables.

16 reportages ont été produits pour d’autres radios locales (Par exemple le bio, Pierrefonds). Cette année dense a permis de faire apprécier l’outil RVM et d’améliorer sa notoriété.

.

2.2.Le rapport d’activité

Beaucoup plus de visites cette année sur le site internet de la radio et plus de contacts avec les associations.

Des émissions ont été produites sur des problèmes locaux spécifiques (Le fonctionnement du service de santé, le pont St Ladre etc…).

3 à 4 stagiaires sont accueillis chaque année.

Des reportages ont été réalisés sur des métiers exercés au pays de Valois et dans le Multien. Des travaux éducatifs avec des établissements spécialisés et des émissions autour de la MJC ont été programmés.

.

3.Le rapport financier

Les dépenses d’exploitation ont été contenues en 2018 (+0,6%).

Le résultat est bénéficiaire mais la santé financière de l’entreprise reste fragile. Elle reste largement tributaire des subventions de l’Etat, notamment du ministère de la culture, de la région des Hauts de France en contrepartie d’une production radiophonique locale de qualité, des communes et des dons. 28 communes du pays de Valois et du Multien ont soutenu la radio en 2018.

Les cotisations ne seront pas augmentées en 2020.

.

4.Les orientations 2019

Le nouveau projet est intitulé « Grandir ensemble ». Le sociologue Alain Bron dirigera un groupe de travail pendant 3 ans pour définir un plan d’actions d’avenir pour :

  • Organiser le fonctionnement de la radio, mettre à jour les postes des salariés et régler le problème de locaux mal adaptés par la recherche d’autres locaux plus spacieux ;
  • Améliorer la qualité des programmes et leurs diffusions grâce à l’installation d’un meilleur système de liaison (ADSL) ;
  • Amplifier l’axe prioritaire vers la jeunesse, les écoles, les institutions spécialisées et multiplier les projets éducatifs ;
  • Poursuivre la coopération avec 19 radios locales des Hauts de France avec échanges de reportages (Fédération des radios associatives du nord de la France – FRANF) ;
  • Elargir l’audience et démontrer l’ancrage local de la radio (700 reportages par an) ;
  • Rechercher des subventions nationales, régionales et locales pour le financement d’émissions d’intérêt général ;
  • Mettre en place un programme de formation pour les salariés et les bénévoles. La radio est toujours à la recherche de bénévoles.

.

5.Conclusion

La radio RVM ne peut pas concurrencer les radios nationales tant au niveau financier, qu’au niveau de la notoriété mais elle peut trouver sa place au niveau local et même au niveau de la région grâce à la création de reportages et d’émissions de qualité en collaboration avec d’autres radio locales.

.

L’assemblée générale se termina par une note de musique et le président proposa de se réunir autour d’un pot.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

 

Repost0
11 mars 2019 1 11 /03 /mars /2019 11:15

.

L’association Crépy environnement et qualité de vie vous présente le compte-rendu du commissaire enquêteur sur la pertinence du modificatif n°6 de l’actuel Plan Loc    al d’Urbanisme. Il concerne la protection des commerces afin d’éviter la transformation définitive des locaux commerciaux en logements dans le centre-ville.

.

Nous vous signalons que notre association a participé à cette enquête publique en donnant un avis favorable tout en indiquant que cette solution ne sera pas suffisante pour mettre fin aux difficultés du centre-ville.

Par ailleurs, la mairie a commandé au Syndicat Mixte des Transports Collectifs de l’Oise une étude pour régler le problème du stationnement dans notre ville très encombrée (Parkings de Monoprix, d’Intermarché, place de la République pleins, des voitures ventouses sur les trottoirs et parkings). Cette étude pourrait durer 18 mois.

Par ailleurs les commerçants pourraient revoir les jours et heures d’ouverture de leurs magasins pour être plus en phase avec les clients potentiels.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.

Communauté de communes du pays de Valois : Modificatif n°6 du Plan Local d’Urbanisme de Crépy en Valois (PLU)
Communauté de communes du pays de Valois : Modificatif n°6 du Plan Local d’Urbanisme de Crépy en Valois (PLU)
Communauté de communes du pays de Valois : Modificatif n°6 du Plan Local d’Urbanisme de Crépy en Valois (PLU)
Communauté de communes du pays de Valois : Modificatif n°6 du Plan Local d’Urbanisme de Crépy en Valois (PLU)
Communauté de communes du pays de Valois : Modificatif n°6 du Plan Local d’Urbanisme de Crépy en Valois (PLU)
Communauté de communes du pays de Valois : Modificatif n°6 du Plan Local d’Urbanisme de Crépy en Valois (PLU)
Communauté de communes du pays de Valois : Modificatif n°6 du Plan Local d’Urbanisme de Crépy en Valois (PLU)
Communauté de communes du pays de Valois : Modificatif n°6 du Plan Local d’Urbanisme de Crépy en Valois (PLU)
Communauté de communes du pays de Valois : Modificatif n°6 du Plan Local d’Urbanisme de Crépy en Valois (PLU)
Communauté de communes du pays de Valois : Modificatif n°6 du Plan Local d’Urbanisme de Crépy en Valois (PLU)
Communauté de communes du pays de Valois : Modificatif n°6 du Plan Local d’Urbanisme de Crépy en Valois (PLU)
Communauté de communes du pays de Valois : Modificatif n°6 du Plan Local d’Urbanisme de Crépy en Valois (PLU)

Repost0
7 mars 2019 4 07 /03 /mars /2019 11:05

..

Dans le cadre du programme national « Action coeur de ville », 222 communes françaises bénéficieront d'un plan 5 milliards mobilisé sur cinq ans pour redynamiser leurs centres-villes. 

.

En matière de revitalisation des centres-villes, on commence en effet à disposer du recul nécessaire pour effectuer un premier tri entre les actions qui se révèlent efficaces et celles qui, en revanche, sont particulièrement coûteuses à mettre en oeuvre ou malheureusement inefficaces. Quitte à investir de l’argent public, autant ne pas se tromper et s’engager en connaissance de cause.

.

1.Ce qui marche

.

Deux mesures donnent des résultats probants avec des coûts relativement faibles pour les communes. Il s'agit du recours aux outils juridiques d’aménagement urbain et de la création d’un poste de manager du centre-ville.

.

Avec le Schéma de cohérence territoriale (SCOT) et le Document d’aménagement artisanal et commercial (Daac), les élus peuvent d’abord encadrer l’implantation des équipements commerciaux sur leur territoire en réglementant les modalités d’installation et d’extension des grands équipements commerciaux en périphérie.

.

Depuis plusieurs années, l'agglomération caennaise tient tête au géant suédois Ikea désireux d’ouvrir un centre commercial à Fleury-sur-Orne (Calvados), à côté de son actuel magasin de meubles. Grâce au SCOT et au Daac établis en 2011, le projet de construction de l'Ikea Centres de 30.000 mètres carrés en périphérie de Caen est pour l’instant suspendu.

.

Autre solution développée par les villes, le recours aux managers de centres-villes. Ces spécialistes des centres-villes permettent de fédérer les différents acteurs (commerçants, fédérations, associations, CCI) et de mettre en oeuvre des stratégies communes pour animer les coeurs de ville, maintenir et développer l’offre commerciale. À Mulhouse (Haut-Rhin), le «manager du commerce» a ainsi été un acteur majeur de la stratégie de montée en gamme et de diversification décidée par le maire avec, à la clé, une baisse significative du taux de vacance commerciale en quelques années.

.

2.Ce qui peut marcher 

.

D’autres mesures mises en place par les élus : la taxe sur les friches commerciales, le droit de préemption et le stationnement gratuit. Ces dispositions se révèlent efficaces pour peu que l’environnement soit adapté et les moyens budgétaires suffisants.

.

La taxe sur les friches commerciales, utilisée dans près d’un millier de villes françaises, vise à inciter les propriétaires à louer leurs commerces en les taxant lorsque ceux-ci sont vides. À Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), si la taxe n’a rapporté que 9.500 euros à la ville pour l’année 2016, elle a permis de remettre des locaux sur le marché.

.

Mais l’utilisation de ce dispositif dans des villes, où le taux de vacance est déjà très élevé, peut également s’avérer contre-productive en faisant fuir les potentiels investisseurs ou en accentuant les difficultés des propriétaires, alors que ceux-ci ont déjà des difficultés pour trouver des locataires...

.

Le droit de préemption permet aux collectivités d’acheter en priorité un commerce lorsque celui-ci est vendu ou loué. Il offre à la ville la possibilité de diversifier l’offre commerciale et de favoriser les commerces de proximité en évitant par exemple l’implantation d’une énième banque. Mais, là encore, dans les villes où les commerces ont déjà du mal à trouver des repreneurs, l’investissement peut se révéler être une très mauvaise affaire pour les finances publiques.

.

À Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), la Ville a préempté en 2018 le fonds de commerce d’une ancienne boucherie en centre-ville pour un montant de 170.000 euros. Faute de repreneur, la commune a dû baisser le prix et finalement rétrocéder le bail en octobre pour 65.000 euros, soit près de 100.000 euros perdus pour la ville.

.

Autre dispositif intéressant, mais qui peut s’avérer également coûteux, la mise en place du stationnement gratuit certains jours de la semaine. Utilisée principalement le samedi, cette mesure permet d’inciter les automobilistes à venir consommer dans le centre-ville.

.

À Nîmes (Gard), où le stationnement est offert en surface et dans les parkings souterrains de la ville pendant deux heures les samedis après-midi, les commerçants estiment une hausse de + 20 à 30 % d’achats depuis la mise en place de la mesure. Cela dit, le coût pour la collectivité peut être conséquent. Ainsi, à Nîmes, toutes les mesures prises pour favoriser le stationnement en 2018 ont représenté plus de 1,3 million d’euros.

.

3.Ce qui ne marche pas vraiment

Certaines mesures qui paraissent séduisantes a priori s’avèrent finalement très décevantes, soit parce qu’elles nécessitent un consensus intercommunal, comme le moratoire, soit parce qu’elles ne répondent pas réellement aux besoins des utilisateurs, comme les plateformes digitales.

.

Très prisée en raison de son coût relativement modique, la mise en place de plates-formes numériques sur lesquelles les commerçants peuvent proposer en ligne leurs produits. Un outil a priori séduisant, mais au final très décevant. Les retours d’expérience montrent que ces plates-formes ont du mal à décoller et trouver leur clientèle. Quelques années après leur implantation, très peu de transactions y sont enregistrées et le nombre de commerçants adhérents reste faible.

.

Ainsi, à Valenciennes (Nord), la plate-forme du grand Hainaut lancée depuis un an ne compte par exemple que 90 adhérents et les achats, selon les retours émis par les commerçants sont très peu nombreux.

.

L’instauration d’un moratoire sur l’implantation de grandes surfaces et la création de zones commerciales peut être une arme redoutable pour limiter leur prolifération en périphérie. Mais cette mesure est dans les faits particulièrement difficile à mettre en place puisqu’il faut que l’ensemble des communes d’un territoire donné se mettent d’accord.

.

Or il peut s’avérer rapidement intenable pour une ville centre d’instaurer un moratoire sur les grandes surfaces si les communes proches en profitent pour les accueillir. Autre limite, la mesure peut prendre fin lors d’un changement de mandature si le nouvel entrant décide de ne pas suivre la politique de son prédécesseur.

.

Ce dispositif est d’ailleurs encore très peu utilisé en France où seules quelques villes comme Bourges (Cher), Avignon (Vaucluse) ou encore Montélimar (Drôme) ont décidé d’afficher courageusement cette mesure. Cela ne condamne pas le principe même du moratoire, mais cela incline à envisager son éventualité à une échelle suffisamment grande.

.

La volonté des élus de refuser l'extension infinie du commerce de périphérie est dans tous les cas indispensables. On ne peut pas autoriser la création ou l'extension de zones commerciales en périphérie sans compromettre gravement l’efficacité des actions de redynamisation du centre-ville. Le maire de Nîmes l'a bien compris en refusant l'extension du centre-commercial Cap Costières en périphérie de sa ville afin de ne pas remettre en cause les mesures prises en faveur du centre-ville. Une action courageuse qui rappelle que, si la volonté politique est au rendez-vous, la cohérence des actions reste l’ultime gage d’efficacité.

.

Franck Gintrand, conseil auprès des collectivités locales, est l'auteur de l'essai « Le jour où les zones commerciales auront dévoré nos villes » (Thierry Souccar éditions, 2018).

.

4. Nos observations

Les membres du bureau directeur de l’association Crépy environnement et qualité de la vie ont les mêmes préoccupations que l’auteur de cet article.

Nous savons que les centres-villes et les marchés hebdomadaires participent à la vitalité des villes moyennes de province et que la concurrence des centres commerciales est mortifère.

Les solutions qui marchent doivent être mises en place en même temps pour être efficaces.

La mairie de Crépy en Valois essaye plusieurs solutions pour revitaliser le centre-ville et vous pourrez découvrir plusieurs dans un prochain article (Modificatif n°6 du Plan local d’urbanisme (PLU).

.

Depuis plusieurs années des devantures de commerces sont restées closes, d’autres ont été ré-ouvertes (salons de coiffure, opticiens même dans le centre commercial, banques, compagnies d’assurances, agences immobilières en majorité) mais la diversité n’est pas au rendez-vous (C’est la tertiarisation du centre-ville) mais cela vaut toujours mieux que ces verrues disgracieuses qui parsèment les centres-villes.

Par ailleurs, le marché du mercredi n’est plus que l’ombre de lui-même, peut-être que les emplacements gratuits seraient une des solutions pour le revigorer.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.

 

Une local commercial vide et le marché du mercredi à Crépy en ValoisUne local commercial vide et le marché du mercredi à Crépy en Valois

Une local commercial vide et le marché du mercredi à Crépy en Valois

Communauté de communes du pays de Valois : Le cercle/Point de vue - Pour Franck Gintrand, conseil auprès des collectivités locales, les communes ont les moyens de lutter contre la dévitalisation des centres-villes.

Repost0
4 mars 2019 1 04 /03 /mars /2019 11:30

L’association Crépy environnement et qualité de la vie met en ligne ce document très intéressant concernant le centre de santé du Noyonnais, une solution efficace pour remédier aux déserts médicaux en France.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

.

COMPTE RENDU DE LA VISITE EFFECTUEE AU CENTRE DE SANTE A NOYON LE 6 FEVRIER 2019 PAR L’ASSOCIATION CITOYENNE POUR UN CENTRE DE SANTE

..

1.Le cadre

Étaient présents : Docteur Hubert Fraignac - Vice-président en charge de la santé et du sport à la communauté de communes du Pays Noyonnais (CCPN)

Daniel KLEO, Dominique GONCALVES, Evelyne JAROSZEK

Jean-Pierre MOUNEY représentait le Docteur DAHAN.

.

Nous nous sommes présentés.

Le docteur Fraignac est également 1er adjoint au maire de Noyon, il était médecin généraliste et il est en retraite depuis 9 mois.

.

Le problème de la santé date de 8/9 ans, durant lesquels Noyon se posait des questions sur la façon de remédier à la pénurie de médecins suite aux départs de ces derniers.

Depuis deux ans 8 médecins sont partis (4 à Noyon et 4 en périphérie de Noyon).

.

Le docteur Fraignac qui enseignait en faculté de médecine à Amiens, avait entendu parler des centres de santé et en avait parlé avec les étudiants qui voyaient là l’opportunité d’exercer leur métier sans les contraintes qui y sont liées (temps de travail, charge administrative et surtout avoir une vie familiale en parallèle digne de ce nom).

.

Le docteur Fraignac est allé visiter des centres de santé existants : Entre autres à Paris, 6ème arrondissement, qui les a aidés dans le choix d’un système informatique performant.

Pour créer un centre de santé il y a lieu d’adresser à l’Agence Régionale de Santé (ARS) :

 - Un projet de santé généralement rédigé par les professionnels de santé ;

 - un règlement intérieur (administratif).

.

A Noyon, un local appartenant à la Mairie a été cédé à la CCPN. En effet le maire de Noyon est aussi Président de la CCPN. Dans ce local, ont été installés 2 cabinets ouverts de 8H à 20H et le samedi matin ainsi qu’une salle de soins.

3 médecins officient sur 1 poste à temps complet et 2 postes à mi-temps.

.

A partir des démarches engagées auprès de l’ARS il s’est passé 11 mois jusqu’à l’ouverture du centre de santé.

.

A noter que l’ARS est extrêmement pointilleuse sur les écrits qui leur sont fournis, toujours suivis de questions précises. Dès qu’un numéro FINESS (Fichier National des Établissements Sanitaires et Sociaux) a été délivré par l’ARS, celle-ci est devenue le seul interlocuteur durant les 4 mois qui ont précédé l’ouverture du centre de santé.

 

A la CCPN, il leur a fallu une personne très performante, très active et l’aide d’un médecin.

Le dossier a été bouclé après trois rendez-vous.

.

La Fédération Nationale des Centres de Santé est également venue défendre le projet devant les élus. La CPAM de Beauvais a elle aussi été très intéressée, très réactive.

La directrice a été présente lors d’une réunion.

.

En tant que maître de stage, le docteur Fraignac a trouvé dans la personne de son ancienne stagiaire un médecin très intéressé par le centre de santé. Elle est à ce jour embauchée et exerce comme médecin coordinateur du centre de santé.

.

Puis il a fallu recruter d’autres médecins.

.

Pour l’ouverture du centre de santé, deux médecins retraités ont accepté d’exercer en attendant l’embauche de nouveaux médecins. A ce jour, sur 5 candidatures reçues, deux ont été retenues et arriveront en mars prochain.

.

A noter, que sont intéressés par les centres de santé qui leur offrent une rémunération, non seulement les étudiants en fin d’étude mais aussi les médecins libéraux qui ne souhaitent plus être des médecins libéraux avec les contraintes imposées.

.

Ces médecins sont salariés du Centre de santé.

.

Depuis leur ouverture le 20 novembre dernier, sur un mois et demi, 2500 consultations ont été données.

.

Bien entendu, et c’est une obligation, des antennes vont être créées dans les villages environnants.

.

2.Organisation du centre de santé de Noyon :

- Le logiciel coûte 20 000 € ;

- Deux secrétaires, une à 100% l’autre à 80 ;

- Une des deux est secrétaire médicale diplômée ;

- La carte vitale est demandée à l’arrivée, les consultations n’ont lieu que sur rendez-vous ;

- Seul le tiers payant est pratiqué (pas d’avance du prix de la consultation) ;

- La possibilité de travailler avec certaines mutuelles sera étudiée ;

- La CPAM paie au Trésor Public le prix des actes médicaux qui sont reversés au centre de santé ;

- Le centre de santé se doit d’accomplir des visites à domicile et pour cela le médecin dispose de 2 heures par jour. Une automobile électrique est mise à sa disposition par la CCPN ;

- Pour les urgences (disons plutôt semi-urgences) un créneau horaire est réservé ;

- Les consultations sont planifiées tous les quarts d’heure.

.

Un projet de centre de santé est en cours à Nogent sur Oise qui a aussi consulté Noyon pour avoir des renseignements.

.

Si des médecins libéraux et des médecins salariés exercent dans des mêmes locaux, la loi impose qu’il y ait deux entrées distinctes et que le personnel administratif ne soit pas partagé. Mais c’est possible.

.

En résumé, le docteur Fraignac insiste : ON TROUVE DES MEDECINS.

.

3.Aides financières :

 

- Aide à la création du centre de santé au titre de la loi Teulade : 15000 euros par an ;

- Aide de la CPAM avec le ROSP (Rémunération Objectif de Santé Publique) : 10 000 euros ;

- Aide forfaitaire de la CPAM pour des publics spécifiques ;

- On peut aussi obtenir des aides de l’Europe.

.

Le docteur Fraignac nous propose d’aller visiter le centre de santé. Nous rencontrons le médecin coordinateur qui nous fait part de son bien-être à exercer dans le centre de santé.

.

Nous remercions le docteur Fraignac pour son accueil et nous le quittons.

 

Article rédigé par l’Association citoyenne pour un centre de santé.

 .

Voici une vidéo à regarder absolument :

.

https://mobile.francetvinfo.fr/sante/deserts-medicaux/deserts-medicaux-ces-medecins-ont-choisi-d-etre-salaries_3187467.html

Le centre de santé à Noyon

Le centre de santé à Noyon

----

.

Une décharge sauvage à Nanteuil le Haudouin

.

A Nanteuil le Haudouin une décharge sauvage vient d’être découverte après 40 ans d’existence secrète semble-t-il et, ce qui est incroyable, sur un site de la Direction Interdépartementale des Routes (DIR).

Le maire de la ville déplore cet état de fait. Il faut peut-être rappeler à l’élu local que la mairie est l’autorité compétente en matière de police des déchets et doit prendre en conséquence des mesures pour exiger et faire procéder à la fermeture et au nettoyage de cette décharge appartenant à la DIR.

Le Regroupement des Organismes de Sauvegarde l’Oise (ROSO) s’est saisi du dossier.

.

Ci-dessous une vidéo à regarder en cliquant sur le lien suivant :

http://www.oisehebdo.fr/2019/02/23/une-decharge-sauvage-a-nanteuil-le-haudouin-depuis-pres-de-40-ans/

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

 

Repost0
28 février 2019 4 28 /02 /février /2019 11:01

.

1.La ligne 17 du Grand Paris Express

.

La ligne 17 reliera 9 gares, de Saint-Denis Pleyel au Mesnil-Amelot, en 25 minutes.

D’une longueur de 27 km, la ligne 17 s’étendra sur 13 communes dans les départements de la Seine-Saint-Denis, du Val-d’Oise et de la Seine-et-Marne. Elle reliera neuf gares entre Saint-Denis Pleyel et Le Mesnil-Amelot en moins de vingt-cinq minutes et va ainsi faciliter le quotidien de près 565 000 habitants. Nouvel axe stratégique pour le Grand Paris avec de nombreuses correspondances, elle offrira un nouveau mode de transport performant à des milliers de salariés des grands bassins d’emplois du Nord de la métropole. La ligne 17 renforcera ainsi le développement de pôles économiques franciliens majeurs (secteur Pleyel, Parc des Expositions de Villepinte, aéroports CDG Roissy T2 - T4 et du Bourget) et accompagnera le vaste projet urbain du Triangle de Gonesse. La ligne 17 se divisera en deux tronçons : d’une part la ligne 17 Sud, longue de 6,5 km entre Saint-Denis Pleyel et Le Bourget-RER avec un tracé commun à une partie de la ligne 16 ; et, d’autre part, la ligne 17 Nord qui prolongera le tracé sur 20,5 km (dont environ 6 km en aérien) jusqu’au Mesnil-Amelot.

.

2.Les chiffres clés :

.

  • 9 gares, dont 5 connectées au réseau de transports franciliens ;
  • 13 communes concernées dans trois départements ;
  • 27 km de métro automatique dont 6 km en aérien ;
  • 130 000 à 160 000 voyages attendus les jours de salons ;
  • 40 à 50 millions de voyages annuels attendus.

.

3.Le calendrier :

.

  • Février 2017 : Déclaration d'utilité publique (17 Nord) ;
  • 2018 : Premiers travaux préparatoires (17 Nord) ;
  • 2019 : Premiers travaux de génie civil (17 Nord) ;
  • 2024 : Mise en service entre Saint-Denis Pleyel et Le Bourget Aéroport, selon faisabilité technique ;
  • 2027 : Mise en service entre Le Bourget Aéroport et Triangle de Gonesse ;
  • 2030 : Mise en service entre Triangle de Gonesse et Le Mesnil-Amelot.

Société du Grand Paris

4.Nos observations

.

Notre association se pose les questions suivantes :

Cette nouvelle ligne 17 fera-t-elle double emploi avec le CDG Express, ou sera-t-elle complémentaire ou tout simplement le remplacera-t-elle pour éviter les perturbations sur la ligne Paris-Laon lors des travaux ?

C’est un dossier à suivre.

Pour pouvez voir ci-dessous le plan de la ligne 17.

.

5.Les travaux sur la ligne K Paris-Laon

.

A la suite des travaux en cours sur la ligne K Paris-Laon du 18 février 2019 au 14 décembre 2019, vous trouverez les nouvelles grilles d’horaires

en cliquant sur le lien suivant :

https://www.transilien.com/sites/default/files/atoms/files/horaires-ligne-k-18-fevrier-14-decembre-2019.pdf

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité e la vie

 

La ligne n°17 du Grand Paris Express

La ligne n°17 du Grand Paris Express

Repost0

Présentation

  • : Crépy-en-Valois environnement
  •  Crépy-en-Valois environnement
  • : dédié à Crépy-en-Valois, à la communauté de communes du pays de Valois, à la préservation de l'environnement, du patrimoine historique et naturel ainsi que de la qualité de vie des habitants de la région
  • Contact

Comité De Rédaction De L'association

  • Crépy en valois environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement

Recherche

Crépy En Valois, Pays De Valois, Oise, Environnement, Nature, Ecologie, Actualités