http://www.crepy.crepy.environnement.over-blog.fr
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2019 4 25 /07 /juillet /2019 09:59

.

1.Le marché dominical

La mairie de Crépy en Valois réfléchit sur la possibilité de remettre la totalité des commerçants du marché du dimanche sur le parking en face de Carrefour Market.

Actuellement il existe de gros problèmes de stationnement le jour dominical pour les véhicules et les commerçants ne sont pas satisfaits de l’emplacement du marché.

Notre association refuse l’idée de l’abattage des arbres présents et de la transformation de l’espace vert boisé, situé près de l’Espace Rameau, en parking supplémentaire dédié au marché et à Carrefour Market. D’autres solutions existent et nous en présentons une à la Mairie par courrier ci-dessous.

Communauté de communes du pays de Valois : Une solution pour le marché du dimanche de Crépy en Valois
Communauté de communes du pays de Valois : Une solution pour le marché du dimanche de Crépy en Valois
A gauche l'Espace vert en question, à droite l'avenue KennedyA gauche l'Espace vert en question, à droite l'avenue Kennedy

A gauche l'Espace vert en question, à droite l'avenue Kennedy

.

2.L’église St Thomas à Crépy en Valois

Les travaux de consolidation du monument ont commencé.

Pour lire la suite cliquez sur le lien :

.

http://www.leparisien.fr/oise-60/crepy-en-valois-l-eglise-saint-thomas-consolidee-avant-la-reconstruction-23-07-2019-8121933.php

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.

Les travaux de consolidation de l'église St Thomas

Les travaux de consolidation de l'église St Thomas

Repost0
18 juillet 2019 4 18 /07 /juillet /2019 10:29

.

Comme le disait récemment Yann Arthus-Bertrand, Célèbre photographe reporter : « Pour croire que les politiques sauveront l’environnement, il faut croire au Père Noël ». C’est un message très pessimiste pour celui qui a parcouru le monde et suivi l’évolution de la pollution et de la destruction de la planète, notre Terre.

La destruction de l’environnement, de la faune et de la flore par l’homme, le plus grand prédateur de l’humanité, continue. Déjà 98% des animaux vivants sont ceux domestiqués par l’homme (chiens, chats, bovins, ovins etc…). Même les climato-sceptiques scientifiques ont pratiquement disparu, remplacés par les politico-sceptiques bien plus dangereux.

.

Malheureusement notre système économique est basé sur la croissance continuelle (Le P.I.B., le roi de l’économie actuelle) pour le financement et le fonctionnement des services publics, les hôpitaux, les écoles par exemple ou le paiement des salaires ou des retraites. Bien souvent par nécessité et pour le court terme, les politiques privilégient l’économie à la préservation de l’environnement.

La décroissance est un mythe pour les idéalistes d’aujourd’hui.

.

Que peuvent faire les associations locales comme la nôtre ? Notre combat est difficile. Nous essayons de freiner ou d’arrêter les initiatives trop destructives ou inutiles comme l’assèchement des zones humides, la création de décharges à l’intérieur de zones boisées (le bois du roi) ou de zones commerciales inutiles. Nous demandons à chacun d’effectuer des gestes dit écologiques (tri, réserves d’eau, efficacité énergétique)) mais ce n’est plus suffisant et nous sommes en train de perdre la course contre la montre.

Nos petits-enfants ou arrières petits-enfants auront certainement des décisions douloureuses à prendre.

.

Des initiatives sont prises pour réduire les pollutions, le réchauffement climatique mais au niveau mondial les destructions continuent : Brésil, Chine, Etats-Unis, Afrique et même en Europe.

.

Des démographes interrogés soulignent qu’il est impossible de définir actuellement le niveau de la surpopulation puisque suivant l’organisation et la gestion des populations dans les pays, elles peuvent être différentes.

Prenons le cas des Pays Bas qui avec une grande densité ne donnent pas l’impression d’être surpeuplés.

Il faudra également gérer le réchauffement climatique : En 2050, La ville de Londres, connaîtra les températures de Barcelone avec des délocalisations de productions agricoles. Des migrations économiques et climatiques seront également à prévoir (problèmes de l’eau, remontée du niveau des océans etc…).

.

Rêvons un peu : Peut-être que les progrès scientifiques arrêteront à temps les pollutions, (plastiques, énergies fossiles, déforestations) pour éviter que la croissance économique soit synonyme de destruction de l’environnement ou comme dans certains récits de science-fiction il sera possible aux humains de s’évader de la terre pour aller détruire d’autres planètes.

.

Dans un article précédent, notre association avait indiquer qu’il ne fallait plus créer de taxes environnementales supplémentaires pour que l’écologie ne soit pas associée à une punition et prendre l’exemple des pays scandinaves où elles remplacent d’autres taxes. En France c’est reparti avec une nouvelle taxe aérienne qui se perdra certainement dans les méandres du budget général du pays. Dans ces conditions pourquoi ne pas taxer également les gros bateaux pollueurs mais au niveau européen pour une réelle efficacité.

Pour la route, la meilleure solution eut été de taxer les poids lourds étrangers pour les faire contribuer à l’entretien des infrastructures, sachant que bien souvent, ces camions font le plein de gas-oil en Belgique ou en Espagne avant de traverser gratuitement la France sur les routes nationales ou départementales.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.

 

 

Rions un peu

Rions un peu

Repost0
11 juillet 2019 4 11 /07 /juillet /2019 10:38

.

Le parc de Géresme à Crépy en Valois a réouvert ses portes le mercredi 26 juin 2019 après la pollution qui a tué environ 1600 poissons.

La gendarmerie poursuit son enquête pour déterminer les conditions dans lesquelles la pollution a eu lieu et surtout découvrir les auteurs de cette pollution accidentelle ou criminelle et les sanctionner lourdement.

Notre association et le Regroupement des Organismes de Sauvegarde de l’Oise (ROSO) ont porté plainte contre X à la gendarmerie.

La mairie a de son côté également porté plainte.

.

Le parc semblerait avoir retrouvé sa splendeur mais les conséquences néfastes sur la faune et la flore de la zone humide ne sont certainement pas encore entièrement évaluées (insectes, batraciens, poissons, oiseaux, fleurs). Les fonds des 2 rus et de l’étang ont-ils été analysés et un curetage sera certainement nécessaire car les produits toxiques ne disparaissent pas par enchantement.

Suivant certaines informations à prendre avec prudence, l’Automne ne serait pas touchée.

.

Plusieurs pollutions se sont déjà produites dans le parc (3 au moins) et il faudra faire en sorte que cela cesse. Par exemple installer des vannes automatiques avec des capteurs sur les rus pour isoler de suite le parc en cas de pollution.

Le parc de Géresme de Crépy en Valois est un patrimoine naturel de haute qualité aux portes de notre ville à protéger absolument.

.

Ci-dessous quelques photos du parc en juillet 2019.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

Communauté de communes du pays de Valois : Après la pollution du parc de Géresme
Communauté de communes du pays de Valois : Après la pollution du parc de Géresme
Communauté de communes du pays de Valois : Après la pollution du parc de Géresme
Communauté de communes du pays de Valois : Après la pollution du parc de Géresme
Communauté de communes du pays de Valois : Après la pollution du parc de Géresme
Communauté de communes du pays de Valois : Après la pollution du parc de Géresme
Communauté de communes du pays de Valois : Après la pollution du parc de Géresme
Communauté de communes du pays de Valois : Après la pollution du parc de Géresme

Repost0
29 juin 2019 6 29 /06 /juin /2019 09:09

1.Les centrales à charbon en France

Le gouvernement s’est engagé à fermer les 5 dernières tranches des 4 centrales à charbon encore en activité (Cordemais et Le Havre exploitées par EDF, Gardanne et Saint-Avold gérées par UNIPER), d’ici à 2022. La conversion des sites est complexe malgré un appel à initiatives lancé par les propriétaires de ces centrales à charbon.

Il existe bien le projet «Ecocombust ». Les centrales fonctionneraient à 80% avec de la biomasse (Des résidus ligneux, du bois de classe B, des combustibles solides de récupération) et 20% de charbon pour 800 heures d’activité par an au lieu de 4500 heures actuellement, d’où une forte baisse de la pollution. Mais il manque un fort soutien public : Le prix du mégawattheure tournerait autour de 115 euros soit 2 fois le prix actuel du marché de l’électricité.

La production d’électricité par les centrales est marginale en France. Elle ne représente que 1,8% de la production nationale, les énergies renouvelables plus de 16%.

.

Toutefois les fermetures ne sont pas encore formellement actées puisque RTE, le gestionnaire du réseau électrique souligne les risques de déséquilibre entre l’offre et la demande de 2020 à 2022 et sur l’incertitude de la mise en service effective de l’EPR de Flammanville et du vieillissement des centrales nucléaires nécessitant des visites décennales de contrôle de plus en plus importantes et d’arrêts de fonctionnement plus longs. Cette incertitude pourrait inciter les autorités à prolonger la disponibilité des centrales à charbon (Cordemais par exemple) pour assurer la production d’électricité et sécuriser l’approvisionnement.

Le site de Cordemais alimente essentiellement la région de Bretagne.

.

2.Engie vend ses centrales à charbon

Engie a annoncé la cession de ses centrales à charbon en Allemagne et aux Pays-Bas au fonds Riverstone Holdings LLC.

Le groupe énergétique va céder les centrales de Rotterdam aux Pays-Bas et de Farge, Zolling et Wilhelmshaven en Allemagne, représentant une capacité totale installée de 2.345 MW.

Cette opération s'inscrit dans sa stratégie visant à se désengager des énergies carbonées. Après ces cessions, le charbon ne représentera plus que 4% de ses capacités de production d’électricité au niveau mondial, contre 13% à la fin 2015.

l'ONG environnementale Les Amis de la Terre regrette qu'Engie fasse le choix de revendre ses dernières centrales à charbon en Europe plutôt que de les fermer et d'en assumer les coûts de dépollution et du reclassement du personnel.

De plus Engie n’est pas exempt d’autres critiques. Il lui est reproché par exemple d’être resté engagé dans la construction de centrales à charbon au Brésil, Chili et Maroc.

.

3.L’Europe en ordre dispersé comme d’habitude

Plusieurs pays européens devant la pression de l’opinion publique ont décidé de fermer leurs dernières centrales à charbon mais par exemple l’Allemagne traine les pieds et la Pologne construit encore de nouvelles centrales à charbon.

10 pays ont annon[H1] cé qu’ils sortiraient totalement du charbon avant 2030 dont la France, surtout des pays du Nord et l’Ouest de l’Europe, sauf l’Allemagne et plusieurs pays de l’Est de l’Europe (Pologne, Hongrie, Slovaquie, Croatie) où la sortie du charbon n’est pas anticipée ou plus grave encore de nouvelles centrales à charbon sont en construction.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.


 [H1]

Communauté de communes du pays de Valois : Les centrales à charbon, la difficile mutation

Repost0
13 juin 2019 4 13 /06 /juin /2019 09:56

1.L’association Crépy environnement et qualité de la vie soutient les actions de cette association pour sauvegarder la pérennité du Parc Naturel Régional Oise Pays de France et espère un agrandissement de son périmètre pour éviter la destruction du patrimoine naturel de notre région et le soustraire aux appétits de nombreux bétonneurs. Aussi met-elle en ligne sur sur son blog :

.

LA FEUILLE DE LIAISON N°37 JUIN 2019

.

Aux Associations. Merci de diffuser à vos adhérents

 .

INFORMATION IMPORTANTE

APPEL A MOBILISATION

 .

 

REVISION DE LA CHARTE ET RENOUVELLEMENT DU CLASSEMENT DU PARC : ETAPE DECISIVE.

Chaque commune du PNR a reçu entre le 20 et le 30 mai la nouvelle charte adoptée par son Comité Syndical le 26 mars dernier et envoyée par les 2 régions Hauts-de-France et Ile-de-France.

Ces communes ont 4 mois, jour pour jour, pour que leur conseil municipal décide d’adhérer à cette nouvelle charte et faire partie du Parc Naturel Régional Oise-pays de France (PNR OPF).

 .

VOUS HABITEZ UNE COMMUNE DU PNR ET VOUS EN ETES FIERS

.

 

 

Le PNR OPF existe depuis 2004. Adhérer à la nouvelle charte, c’est assurer la continuité du parc pour les 15 prochaines années.

Vous ne comprendriez pas que votre ville ou votre village fasse le choix de sortir du PNR alors que, dans le même temps, beaucoup de communes saisissent l’opportunité de le rejoindre. D’ailleurs, vous habitez peut-être aussi l’une de ces 27 nouvelles communes du projet de parc élargi (voir carte).

 .

L’AP3F se mobilise.

Nous avons besoin de savoir s’il est prévu sur votre commune un conseil municipal au mois de juin avec à l’ordre du jour son adhésion à la nouvelle charte.

Il faut vous en assurer. Si un maire décide de ne pas consulter son conseil municipal ni de lui demander de voter pour adhérer ou renouveler son adhésion au parc, votre commune ne fera pas partie du PNR.

Informez-vous. Dites-nous. Tenez-nous au courant.

Par téléphone, vous pouvez nous contacter au 06 89 63 34 83 ou au 06 15 79 61 26 ou au 06 42 31 36 73.

Ou Ecrivez-nous à AP3F@free.fr

Nous avons 4 mois, avec juillet et aout au milieu, pour réussir avec le parc et pour le Parc.

Nous avons besoin de vous pour être notre relai auprès de vos amis, de vos voisins, de vos connaissances.

Nous comptons sur vous et ne manquerons de vous tenir informé de la suite dans les semaines qui viennent.

 .

----------------------------------------------------------

Pour plus d’information, nous vous invitons à Télécharger le Soyons Parc de votre commune publié lors de l’enquête publique de la révision de la charte au printemps 2017 ; Toujours d’actualité, téléchargez-la et diffusez-la à vos voisins et citoyens de votre village ou de votre ville (ctrl + clic sur votre ville pour suivre le lien)

 .

Asnières-sur-Oise   Apremont  Aumont-en-Halatte   Avilly-Saint-Léonard   Barbery   Baron   Beaurepaire   Bellefontaine   Boran-sur-Oise   Borest     

Brasseuse   Chamant  Chantilly   Châtenay-en-France   Chaumontel  Courteuil   Coye-la-Forêt  Creil  Epinay-Champlatreux  Ermenonville 

Fleurines   Fontaine-Chaalis   Fosses Gouvieux   Jagny-sous-Bois    La Chapelle-en-Serval  Lamorlaye    Lassy   Le Plessis-Luzarches

Luzarches   Mareil-en-France  Montagny-Saint-Félicité  Montépilloy  Mont-l'Evêque  Montlognon  Mortefontaine  Ognon

Orry-la-Ville Plailly   Pont-Sainte-Maxence  Pontarmé   Pontpoint   Précy-sur-Oise   Raray

Rhuis   Roberval   Rully   Saint-Maximin   Senlis   Seugy   Survilliers   Thiers-sur-Thève   Ver-sur-Launette

Verneuil-en-Halatte   Viarmes   Villers-Saint-Frambourg   Villeneuve-sur-Verberie   Villiers-le-Sec   Vineuil-Saint-Firmin

Communes d'extension

.

Le bureau AP3F

 

Union des Amis du Parc Naturel Régional Oise Pays de France et de ses Trois Forêts

AP3F  - BP 20343 – 60634 CHANTILLY  

Site : www.AP3F.fr               Mail : AP3F@free.fr              Téléphone : 06 89 63 34 83

 

 .

----------------------------------------------------------------------------------------

2.L’actualité, c’est aussi l’incertitude sur le devenir du parc JJ ROUSSEAU à Ermenonville

Le parc JJ Rousseau dont certains éléments sont classés au titre des monuments historiques, jardin internationalement reconnu et porteur de valeurs universelles issues de l’esprit des Lumières, élément essentiel de notre culture et donc inscrit comme tel dans les objectifs de la charte, est menacé de « privatisation » et risque d’être livré à une exploitation commerciale bien éloignée de toute ambition culturelle et naturelle. Il faut préserver son identité et sa vocation.

Pour en savoir plus :

https://jjrousseau.net/tag/parc-jean-jacques-rousseau

SIGNER LA PETITION :

http://chng.it/Bf47KxPTxQ

Périmètre du parc naturel régional

Périmètre du parc naturel régional

.

3.Une pollution dans le parc de Géresme à Crépy en Valois

A Crépy-en-Valois dans l’Oise, une entreprise aurait déversé plusieurs bidons de produit chimique dans le réseau fluvial. La pollution entraînée a notamment eu un impact sur le parc de Géresme. Des dizaines de brochets sont morts.

La fête du parc a été annulée.

.

Pour lire la suite de l’article, cliquez sur le lien :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/oise/oise-crepy-valois-parc-geresme-pollue-produit-chimique-deverse-eau-1684316.html

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

 

Communauté de Communes du pays de Valois : Union des Amis du Parc Naturel Régional Oise Pays de France et de ses Trois Forêts

Repost0
6 juin 2019 4 06 /06 /juin /2019 09:10

.

1.Rappel de quelques chiffres

Chaque année environ 300 millions de tonnes de plastiques sont produites dans le monde dont 40% sont utilisées pour les emballages.

Entre 8 à 10% des plastiques sont mal collectés et finissent dans les océans, de plus ces chiffres sont sous-estimés.

La majorité des plastiques se retrouvent dans les fleuves après avoir été jetés un peu partout. Ils se transforment par l’effet des ultraviolets en microparticules de plastiques avant d’être déversées dans les mers et les océans puisque la majorité des déchets charriés par les fleuves sont des plastiques (+ de 60%).

Le plastique a un temps de vie de 100 ans au minimum, largement de quoi pour polluer l’ensemble des mers et océans.

.

D’après certaines études scientifiques, la mer la plus polluée par les plastiques dans le monde serait la Méditerranée avec ce constat que dans certains endroits il aurait autant de microplastiques que de zooplancton et la plupart des animaux marins présents ingèrent quotidiennement ce poison.

.

2.La santé en question

Les plastiques sont composés de multiples polluants (polymères, additifs bis). Ils perturbent la reproduction des animaux marins et peuvent les tuer (empoisonnement et étouffement).

.

Ces microplatiques et leurs polluants se retrouvent dans les moules, les huitres, réceptacles de ces poisons. En haut de la chaine alimentaire se situent les humains qui peuvent ingérer ces microplastiques en mangeant les fruits de mer et les poissons.

.

3.Les solutions pour limiter puis arrêter cette pollution

Il faut absolument stopper cette prolifération et les mentalités commencent à changer au niveau des industriels, des consommateurs. Les règlementations européennes et nationales limitent déjà l’emploi des plastiques dans les emballages. Il faut également limiter le suremballage mais surtout le combat commence à terre pour ne plus polluer la mer.

L’éducation des enfants dès le plus âge est essentielle si l’on veut éviter le geste de jeter n’importe quoi n’importe où.

.

4.La communauté de communes du pays de Valois

Il est demandé à tous les habitants de notre région de trier le plus possible les déchets et d’entreposer dans les poubelles jaunes les plastiques pour ne plus les retrouver comme c’est trop souvent le cas dans la nature (forêt de Retz, bois des Justice, parc de Géresme).

Des déchetteries sont également à disposition pour les particuliers et les entreprises dans le département de l’Oise.

.

 

Les déchetteries dans l'Oise

Les déchetteries dans l'Oise

5.Le centre commercial à Crépy en Valois

L’extension du petit centre commercial situé dans la zone industrielle de notre ville ne se fera pas pour l’instant. En effet la Commission Départementale d’Aménagement Commercial de l’Oise (CDAC) a décidé de donné un avis négatif sur ce projet et la mairie de signera pas de permis de construire. Le lotisseur voulait implanter 2 nouveau magasins low-cost du style GIFI ou ACTION. Cela aurait fait 4 magasins comparables. D’autres implantations de ces magasins ne sont pas à l’ordre du jour. Crépy en Valois compte également 6 magasins alimentaires avec le Drive Leclercq

        .

        Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

 

Le centre commercial de Crépy en Valois

Le centre commercial de Crépy en Valois

Repost0
30 mai 2019 4 30 /05 /mai /2019 10:33

.

L’association Crépy environnement et qualité de la vie met en ligne un condensé du rapport du commissaire enquêteur sur le projet Kubota.

Nous vous rappelons que nous avons participé à cette enquête publique et donné un avis favorable sous certaines conditions.

.

Si vous voulez lire la totalité du rapport, cliquez sur le lien suivant (55 pages hors annexes) :

http://www.oise.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Les-installations-classees/Par-enquetes-publiques/KUBOTA-EUROPE-Crepy-en-Valois

.

Conclusions du commissaire-enquêteur

.

1.Objet de l’enquête

L’enquête publique porte sur la demande d’autorisation environnementale présentée par la société KUBOTA Europe en vue d’exploiter un Centre de Recherche et Développement au sud-est de la commune de Crépy-en-Valois, dans une zone dédiée dans le Plan Local d’Urbanisme aux activités industrielles et artisanales (UI et AUx), sur une emprise foncière de 299 603 m2 occupée jusqu’à présent par des terrains agricoles. La société Kubota souhaite développer, au cœur de ce bassin de 55 560 habitants que constituent les 62 communes de la Communauté de communes du Pays de Valois, des modèles de tracteurs agricoles, et les tester selon des procédures spécifiques. Une partie des essais devant être réalisée à l’extérieur, il est prévu que des pistes et un champ de labour soient aménagés. Le site accueillerait les installations suivantes :

- Un bâtiment tertiaire de 3 800 m² de surface plancher (4300 m² selon la note descriptive de la modification d’implantation ajoutée au dossier d’enquête le 20 mars 2019) pour accueillir les équipes de conception,

- Un bâtiment d’assemblage des prototypes de 4 409 m²,

- Un bâtiment réservé aux tests de 2 480 m²,

- Un parking de 3 000 m²,

- Une zone de pistes d’essais (39 851 m² en béton et 3 245 m² en gravillons),

- Une zone de champs pour les tests en conditions réelles (100 000 m²).

.

2.Cadre juridique

La présente enquête est régie par les dispositions du livre Ier, Titre II, chapitre III, parties législative et réglementaire du Code de l’environnement. Elle a fait l’objet d’un arrêté préfectoral en date du 19 février 2019 de M. le Préfet de l’Oise. Le site, par les activités qui y seraient exercées, par les stockages et les utilités qui le composeraient, relève, au titre de la législation des installations classées pour la protection de l’environnement, du régime de l’autorisation pour la rubrique n° 2931 et du régime de la déclaration pour les rubriques n°1435, 2925, 2930-1b et 2663-2c de la nomenclature des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) :

Rubrique n°2931 : en raison de la présence d’un bâtiment dédié aux essais sur banc des tracteurs et plus particulièrement de la puissance des moteurs qui sera au maximum de 660 kW ;

Rubrique n°1435 : en raison de la présence d’une installation de distribution de gasoil ;

Rubrique n° 2925 : en raison de la présence d’un local de charge de batteries électriques ;

Rubrique n° 2930-1b : en raison de la présence d’un bâtiment dédié à la réparation et l’entretien des tracteurs d’une surface de 3 975 m2 ;

Rubrique n° 2663-2c : en raison de la présence de 2 zones de stockage de pneumatiques. Conformément à la Loi sur l’Eau et à l’article R.214 du Code de l’environnement relatif au champ d’application des installations relevant de la nomenclature « eau », le site relève du régime de l’autorisation pour la rubrique 2.1.5.0 : « Rejet d’eaux pluviales dans les eaux douces superficielles ou sur le sol ou dans le sous-sol, la surface totale du projet, augmentée de la surface E19000019/80 48 correspondant à la partie du bassin naturel dont les écoulements sont interceptés par le projet, étant supérieure ou égale à 20 ha (A) » En effet, la surface totale du projet, augmentée de la surface correspondant à la partie du bassin naturel dont les écoulements sont interceptés par le projet est d’environ 0,734 km², soit 73,4 hectares. Arrêté du 26 mai 2014 relatif à la prévention des accidents majeurs impliquant des substances ou des préparations dangereuses présentes dans certaines catégories d’installations classées pour la protection de l’environnement soumises à autorisation : L’établissement projeté ne répond pas aux critères de classement SEVESO. Article R122 du Code de l’environnement relatif aux études d’impact et modifications établies par le Décret n°2018-435 du 4 juin 2018 Puisque la surface de plancher à créer dans le projet est comprise entre 10 000 m2 et

40 000 m2, celui-ci a été soumis à examen au cas par cas dans le cadre de la rubrique : 39 Travaux, constructions et opérations d’aménagement. Le projet a ensuite été soumis à évaluation environnementale. L’étude d’impact comprend le contenu exigé par l’article R.122-5 du code de l’environnement. L’évaluation des incidences au titre de Natura 2000 comprend le contenu exigé par l’article R414-23 du code de l’environnement. L’avis de l’Autorité environnementale ainsi que la réponse du demandeur ont été joints au dossier.

.

3.L’enquête publique

L'enquête s'est déroulée durant 33 jours dans les conditions prévues par l'arrêté préfectoral en date du 19 février 2019 dans un climat serein. Les dispositions prévues pour assurer la publicité de l'enquête (4 insertions dans la presse, affichage dans les 6 communes, journaux lumineux de la commune de Crépy-en-Valois) ont été effectivement mises en œuvre. En complément a été publié dans le bulletin municipal ‘Crépymag&infos’ d’avril 2019 en page 5 une annonce qui rappelait la tenue et les dates de l’enquête publique. Durant l'enquête publique, le dossier, complet, et le registre ainsi qu’un poste informatique ont été tenus à la disposition du public à la mairie. Toutefois, le samedi 30 mars 2019 entre 9h et 12h alors que j’assurais une permanence en mairie, cette démarche a été oubliée et, le service urbanisme étant fermé le samedi matin, l’ordinateur n’a pas pu être mis à la disposition du public lors de ma permanence en mairie. Cet oubli n’a pas eu de conséquences puisque 2 dossiers papier étaient disponibles et que le public a pu les consulter. J’ai signalé cet incident au service urbanisme de la mairie de Crépy-en-Valois le lundi 01 avril au matin. J’ai constaté lors de mes permanences suivantes, le samedi 6 avril 2019, le mercredi 10 avril et le vendredi 19 avril, que le poste informatique était bien à la disposition du public. Le public pouvait également consulter le même dossier sur le site internet des Services de l’Etat dans l’Oise, et formuler ses observations par courriel sur une adresse électronique dédiée à l'enquête. Les observations consignées sur le registre d’enquête ont été mises en ligne chaque semaine durant l’enquête sur le site internet des services de l’Etat. Le dossier m’est apparu volumineux, clair et accessible. Il permet d’apprécier les impacts du projet sur l’environnement dans les phases successives de construction, de fonctionnement opérationnel et de remise en état du site en cas de cessation d’activité. Etant donné le nombre important de pièces que le dossier contient, il nécessite plusieurs heures d’étude avant d’en acquérir une connaissance suffisante, ce qui peut être un frein pour le public. Toutefois, la présence d’un sommaire, d’une note de présentation non-technique et d’un résumé non technique rend la tâche plus aisée. Le commissaire enquêteur s'est tenu à la disposition du public au cours des cinq permanences prévues dans l'arrêté, réparties sur plusieurs jours de la semaine dont deux le samedi matin. Elles se sont déroulées dans des conditions matérielles très satisfaisantes pour le public. Peu d’observations ont été recueillies lors de l’enquête publique. Trois observations ont été consignées sur le registre. Un courrier a été adressé au commissaire enquêteur et annexé au registre d’enquête. Aucun mail, sur l’adresse électronique mise à la disposition du public, ne m’a été transféré. Après la clôture de l'enquête, le commissaire enquêteur a remis le procès-verbal de synthèse le 24 avril 2019 au pétitionnaire lors d’une réunion à Crépy-en-Valois. Le Mémoire en réponse du demandeur est parvenu par courriel au commissaire-enquêteur le 25 avril 2019. Les observations reçues et le courrier étaient tous favorables au projet de la société KUBOTA. Le demandeur a répondu de façon satisfaisante aux propositions de l’Association Crépy Environnement et Qualité de la Vie. Le commissaire enquêteur a présenté dans le rapport d'enquête une analyse de ces observations et courrier.

.

4.Le demandeur

Le groupe KUBOTA, et sa filiale KUBOTA Europe SAS présentent les capacités techniques et financières nécessaires à la réalisation d’un centre de recherche et développement sur le territoire de Crépy-en-Valois. Le coût du projet pour la société KUBOTA est évalué à 55 millions d’euros. Il comprend l’achat du terrain, la construction des bâtiments et des pistes d’essais ainsi que l’achat et l’installation des bancs d’essais.

.

5.Le site

Le site du projet est constitué de parcelles agricoles dont l’emprise totale est de 299 603 m² situées dans une zone dédiée aux activités industrielles et artisanales dans le Plan Local d’Urbanisme. Les démarches en vue de l’acquisition des terrains ont été engagées. Elles étaient exploitées par la Société Agricole SCART. Les parcelles n’ont pas été mises en culture en 2019. Le site est bordé au nord par la rue du Bois de Tillet puis par des bâtiments industriels dont ceux appartenant à la société FM Logistic et par une zone agricole. A l’ouest, on trouve des bâtiments industriels et artisanaux, plusieurs établissements recevant du public (Pôle Emploi, La Poste, cabinet médical...) et une zone commerciale en développement. Les premières habitations sont situées à au moins 180 m du site. Au sud et à l’est, s’étend une zone forestière. Le projet est conforme au règlement des zones UI et AUx du Plan Local d’Urbanisme. Une bande de 30 m de largeur sera conservée le long de la lisière du Bois du Tillet où aucune construction ne sera faite (les pistes d’essai n’étant pas considérées comme des constructions).

.

6.Les impacts

6.1. Impact sur la faune et la flore :

Le site est implanté dans la Zone d’Importance pour la Conservation des Oiseaux nommée « Forêts Picardes : Massif de Retz ». Cette ZICO couvre une surface d’environ 16,6 hectares sur le foncier du site. Cette ZICO est utilisée comme halte migratoire, site d’hivernage et site de nidification pour de nombreuses espèces avifaunistiques. Le site est bordé à l’est et au sud par une « forêt fermée à mélange de feuillus » et une petite zone de « peupleraie ». Ces deux entités font partie du Bois de Tillet et de la Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de type I appelée « Massif forestier de Retz ». C’est la principale zone à enjeu notamment en tant que zone de passage de grands mammifères ou pour les oiseaux qui fréquentent les lisières. Le site est en partie implantée dans cette ZNIEFF de type 1 pour une surface de 5,05 ha dont 1,7 ha seraient imperméabilisés afin de réaliser les pistes d’essais (1,06 ha selon la notice de la modification d’implantation des pistes n°15 et n°20). Toutefois, afin de limiter au maximum les impacts du projet sur la faune et la flore, le demandeur mettra en place plusieurs mesures d’évitement, de réduction et de compensation des impacts. Ces mesures, détaillées dans le rapport, m’apparaissent satisfaisantes (création d’une bande tampon en lisière du Bois de Tillet, plantation de 410 arbres, création d’un habitat semi-humide, création d’une prairie de 3,6 ha, réduction de l’éclairage nocturne…).

.

 6.2 .Impact sur l’eau :

Le. site ne produira pas d’eaux usées industrielles. Les eaux usées seront traitées par la station d’épuration de Crépy-en-Valois. La surface imperméabilisée par le projet sera de 9,05 ha. Elle a été réduite de 1,1 ha par rapport au projet initial. Afin de limiter le risque de pollution des sols et des eaux souterraines, les eaux pluviales seront traitées avant infiltration par des séparateurs hydrocarbures ou par des plantes phyto-remédiatrices. Des contrôles seront effectués après la mise en route des installations comme précisé en page 114 de l’étude d’impact : ‘Les mesures seront menées tous les 2 mois pendant les 6 premiers mois après la mise en place puis la fréquence sera réévaluée en fonction des résultats de mesure.’ Les valeurs limites de rejet dans le milieu naturel sont fixées par l’article 32 de l’arrêté du 02 février 1998. Les produits seront placés sur rétention, avec rétentions séparées pour les produits incompatibles. Dans ces conditions, le risque de pollution présenté par l’installation sera négligeable. La commune de Crépy-en-Valois n’est pas concernée par le risque inondation et ne dispose d’aucun captage d’alimentation en eau potable. D’autre part, le site du projet n’est pas en zone humide.

.

6.3.Impact sonore et des vibrations :

Comme détaillé dans le rapport, le projet devra respecter les valeurs règlementaires et des contrôles seront effectués après la mise en fonctionnement des installations. Les niveaux sonores devront être conformes aux niveaux autorisés par l’arrêté ministériel du 23 janvier 1997 relatif à la limitation des bruits émis dans l’environnement par les installations classées et seront fixés par l’arrêté préfectoral d’autorisation.

.

6.4.Les travaux :

Le projet prévoit que la phase travaux dure environ 14 mois et plusieurs mesures, détaillées dans le rapport, seront prises afin de réduire les nuisances dues aux travaux (arrosage en période sèche afin de limiter l’envol de poussières, phase de terrassement réduite au maximum…).

.

6.5.Impact sur l’air :  

Comme détaillé dans le rapport, le projet devra respecter les valeurs règlementaires et des contrôles seront effectués après la mise en fonctionnement des installations. Le rejet des véhicules à moteur non routier (tracteurs) est régi par la norme antipollution européenne ‘Stage V’. - Les déchets L’évacuation des déchets sera faite conformément à la règlementation.

.

6.6.Impact du projet sur le climat :

Afin de réduire l’impact sur le climat, le projet prévoit que la vitesse sera limitée sur le site et que plusieurs actions seront conduites dans ce but. La production d'énergie renouvelable en toiture a été envisagée par la société KUBOTA mais n’est pas prévue à l'heure actuelle dans le projet. Toutefois, les structures des bâtiments ont été dimensionnées dans l’éventualité d’accueillir de telles installations à l’avenir.

.

6.7.Impact sur l’agriculture :

Les parcelles concernées par ce projet étaient exploitées par la Société Agricole SCART. Elles n’ont pas été mises en culture en 2019 et un dédommagement des agriculteurs est prévu. Afin de compenser la perte nette de ses terres, l’exploitant actuel bénéficiera d’une indemnité d’éviction.

.

6.8.Impact sur le paysage, le périmètre d’étude et le patrimoine :

Crépy-en-Valois compte 14 édifices et sites classés monuments historiques, dont deux classés et onze inscrits, situés à une distance suffisante du site du projet KUBOTA. Le site ne sera pas soumis aux servitudes liées aux abords des sites classés et inscrits. Le projet respecte le règlement d’urbanisme de la zone UI et AUx. Il consiste en la construction de 3 bâtiments, de voiries et de pistes d’essais dont une piste à pente au sein d’une zone d’activités industrielles et artisanales. Les bâtiments d’une hauteur maximale de 14 m respecteront une approche architecturale homogène et des volumes simples et bénéficieront d’un entretien régulier. Une zone d’environ 10 ha sera conservée à l’état de champ. Les abords du site seront particulièrement soignés : pelouses, arbres, fleurs. Toutes les surfaces non exploitées seront engazonnées dont le talus de la piste à pente. Le site aura une clôture d’une hauteur de 2 m. Le commissaire-enquêteur prend acte de la conformité du projet avec le document d’urbanisme et de l’engagement de la société KUBOTA à optimiser l’impact sur le paysage.

.

6.9.Impact sur le trafic routier :

L’augmentation du trafic routier est évaluée à 5 poids lourds par jour en plus des véhicules utilisés par les employés qui pourront avoir recours au covoiturage ou aux transports en commun. L’impact sur la desserte locale sera faible.

.

7.Effets sur la santé

L’impact du projet sur l’eau et sur l’air ont été analysés ci-avant. Compte-tenu de l’analyse des substances susceptibles d’être émises dans l’installation et de la localisation des zones d’habitation les plus proches, l’impact sur la santé humaine du projet devrait être faible.

.

8.Etude de dangers

Conformément aux articles L.181-25 et D.181-15 du Code de l’environnement, le projet a fait l’objet d’une étude de dangers. Le pétitionnaire a pris en compte les risques inhérents à ce projet :

- Le phénomène d’incendie sur le stockage de pneumatiques et l’incendie dans les fosses des salles des bancs d’essais ont fait l’objet d’une modélisation des scénarios qui a montré que les flux thermiques ne débordent pas des limites de propriété du site.

- Le risque lié à une pollution accidentelle des sols par les eaux d’extinction en cas d’incendie sera maîtrisé par le confinement des eaux d’extinction.

- Des moyens de prévention et de protection seront implantés sur le site :

- RIA ;

- Désenfumage ;

- Détection incendie et sprinklage ;

- Réserves d’eau.

D’autre part, la société KUBOTA Europe a pris en compte les servitudes d’utilité publique autour du site de la société FM Logistic afin de ne pas exposer son personnel aux fumées d’incendie générées par ladite société (panache de fumées variant entre 14 et 40 mètres). Les bâtiments de la société KUBOTA Europe ne seront pas supérieurs à 14 mètres à l’acrotère.

.

9.Compatibilité avec les documents de programmation

La compatibilité du projet avec les documents de programmation a été étudiée dans le dossier.

.

10.Avis de l’Autorité environnementale

L’analyse de l’Autorité environnementale a porté sur :

- le caractère complet de l’évaluation environnementale ;

- l’articulation du projet avec les plans-programmes et les autres projets connus ;

- les scénarios et la justification des choix retenus ;

- le résumé non technique ;

- la consommation foncière et l’imperméabilisation de terres agricoles ;

- la sensibilité du territoire et les enjeux identifiés ;

- la qualité de l’évaluation environnementale et la prise en compte des milieux naturels ; - l’évaluation des incidences sur les sites NATURA 2000 ;

- la gestion de l’eau ;

- les risques naturels et technologiques ;

- les nuisances sonores ;

- les effets induits du trafic routier sur les émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre.

Toutes les observations et recommandations de l’Autorité environnementale ont fait l’objet d’un mémoire en réponse de la société KUBOTA Europe qui a été inclus au dossier d’enquête publique.

.

11.Effets sur la vie économique et sociale du territoire

Le projet de Centre de Recherche et Développement de la société KUBOTA Europe, d’un coût de 55 millions d’euros, permettra la création de 120 à 170 emplois d’ingénieurs, de techniciens, … sur la commune de Crépy-en-Valois. En complément des emplois propres à KUBOTA, la société favorisera pour les services (contrats de sous-traitance) des sociétés locales notamment sur les domaines suivants : restauration, maintenance bâtiment, maintenance espace vert, gardiennage/hôtesse d’accueil, services nettoyage, gestion des déchets, reprographie, location de véhicules. L’installation de KUBOTA aura également un effet positif sur des emplois indirects tels que dans la restauration ou l’hôtellerie. Des discussions sont également en cours afin de développer des filières de formation (BTS…).

.

12.Remise en état du site

Le commissaire-enquêteur prend acte de l’engagement de la socité KUBOTA à effectuer toutes les opérations nécessaires à la remise en état du site dans le cas où l’activité de la société sur le site cesserait.

.

13.Avis des conseils municipaux des communes située dans le périmètre d’affichage

Les conseils municipaux de Lévignen et de Rouville ont émis un avis favorable au projet de la société KUBOTA Europe soumis à enquête publique. Aucune délibération n’a été prise dans les communes de Crépy-en-Valois, Gondreville et Russy-Bémont.

.

14.Modification d’implantation des pistes 15 et 20 et de la capacité d’accueil du bâtiment Bureaux (capacité portée à 170 personnes)

Le 3ème jour d’enquête, le mercredi 20 mars 2019, Mme Biet de la société ARTELIA m’a informée que, pour des raisons de sécurité et de confidentialité, « des modifications d’implantation avaient été apportées sur le projet KUBOTA depuis le dépôt du dossier d’autorisation unique, actuellement en enquête publique » et m’a transmis une « note descriptive des modifications d’implantation qui ne modifient pas les rubriques ICPE concernées par le projet KUBOTA ». Après avoir pris contact avec Mme Wrobel au Tribunal Administratif et puisque ces modifications d’implantation des installations ont pour but d’optimiser le dossier sans en modifier le fond, j’ai demandé le 20 mars 2019 d’ajouter ce document au dossier d’enquête en mairie le jour-même avec mention sur le registre d’enquête de cet ajout, et au dossier dématérialisé sur le site internet des Services de l’Etat et de rendre deux avis, le premier sur le dossier original et le second sur la note complémentaire. J’ai également contacté M. Bruno Varnière à la DREAL de Beauvais à ce sujet. Je dois souligner que ce document complémentaire aux dossiers (papier et dématérialisé) a été soumis à la consultation du public pendant 30 jours. Ce document a été également transmis aux mairies de Feigneux, Levignen, Gondreville, Rouville et Russy-Bémont par les Services de l’Etat. Le nouvel emplacement des pistes 15 et 20 (piste en pente et aire de stationnement en côte) est situé entre la piste plate 11 et la partie champs de labour du site.

La modification d’implantation des pistes 15 et 20 sans modifier le fond du dossier permettrait :

- d’améliorer la sécurité des futurs opérateurs grâce à des pentes de talus plus douces ;

- de diminuer la surface imperméabilisée en zone ZNIEFF pour atteindre 1,06 ha. Selon le plan d’implantation initial, elle est de 1,7 ha ;

- d’améliorer l’impact visuel de la piste en pente du fait que les pentes des talus seraient moins fortes ;

- d’atténuer les nuisances sonores.

Dans cette nouvelle configuration les talus pourraient limiter la propagation des sons issus de la piste plate, la plus utilisée, en direction des autres occupants de la zone industrielle et artisanale ;

D’autre part, l’augmentation de la capacité d’accueil du bâtiment Bureaux de 120 à 170 personnes permettra d’augmenter le nombre d’emplois à pourvoir sur le site.

.

15 Conclusions du commissaire enquêteur

Compte tenu de l’étude du dossier, de la visite des lieux, considérant ce qui précède, compte-tenu du climat de l’enquête publique, après avoir étudié l’ensemble des observations recueillies durant l’enquête publique, je formule les conclusions suivantes :

Considérant que :

- l’enquête publique s’est déroulée conformément à la législation ;

- le dossier complet, clair et accessible, mis à la disposition du public à la mairie de Crépy-enValois ainsi que sur le site internet des Services de l’Etat dans l’Oise pendant toute la durée de l’enquête, a permis aux personnes intéressées de prendre connaissance du projet et de formuler leurs observations soit sur le registre soit en utilisant l'adresse électronique dédiée à l'enquête, cette dernière possibilité n'ayant pas été utilisée ;

- le public a pu recevoir les explications nécessaires lors des 5 permanences du commissaire enquêteur, dont deux le samedi matin ;

- le public a pu exprimer librement toutes observations oralement, sur le registre d’enquête, sur le site internet de la commune ou par lettre ;

- toutes les observations reçues durant l’enquête publique ont été prises en compte ;

- aucun avis défavorable au projet n’a été recueilli au cours de l’enquête publique ;

- la société KUBOTA a apporté des réponses satisfaisantes aux propositions de l’association Crépy Environnement et Qualité de la Vie ;  

- la société KUBOTA a apporté des réponses satisfaisantes aux remarques de l’Autorité environnementale ;

- le projet est conforme au règlement des zones UI et AUx du Plan Local d’Urbanisme de la commune de Crépy-en-Valois ;

- la société KUBOTA s’engage à remettre en état le site en cas de cessation des activités ;

- les eaux pluviales seront traitées avant infiltration par des séparateurs hydrocarbures ou par des plantes phytoremédiatrices et des contrôles seront effectués après la mise en route des installations ;

- la société KUBOTA mettra en place plusieurs mesures d’évitement, de réduction et de compensation des impacts détaillées dans le rapport afin de limiter au maximum les impacts du projet sur la faune et la flore (création d’une bande tampon en lisière du Bois de Tillet, plantation de 410 arbres, création d’un habitat semi-humide, création d’une prairie de 3,6 ha, réduction de l’éclairage nocturne…) ;

- les retombées économiques et sociales de ce projet pour le territoire, la région et le pays seront très positives ;

.

J’EMETS UN AVIS FAVORABLE sur le projet de demande d’autorisation environnementale présenté par la société KUBOTA Europe SAS en vue d’exploiter un Centre de Recherche et de Développement sur la commune de Crépy-en-Valois assorti de la recommandation suivante :

- Il conviendra de privilégier le recours à une part d’énergie renouvelable (panneaux photovoltaïques) afin de réduire l’impact du projet sur l’environnement ;

.

De plus, dans le but d’optimiser le projet sans en modifier le fond, J’EMETS UN AVIS FAVORABLE à la note descriptive des modifications d’implantation concernant les pistes 15 et 20 (piste en pente et aire de stationnement en pente) et l’augmentation de la capacité d’accueil du bâtiment Bureaux de 120 à 170 personnes soumise à la consultation du public pendant 30 jours.

.

Le 2 mai 2019

.

Anne-Marie Farvaque Le commissaire-enquêteur

La société Kubota à Crépy en Valois

La société Kubota à Crépy en Valois

Repost0
27 mai 2019 1 27 /05 /mai /2019 12:35

.

1.Le groupe de travail

Réunis ce matin à l’initiative de la direction départementale des territoires pour examiner le projet d’arrêté cadre réglementant les usages de l’eau face à la sécheresse continue, la réunion s’est tenue sans les agriculteurs ayant décidés de pratiquer la chaise vide. En effet dans le projet d’arrêté, pour la première fois et face à l’urgence vis-à-vis de la diminution dramatique continue de la ressource en eau, il était envisagé de règlementer les volumes d’eau entre les différents utilisateurs (usagers, industriels, agriculteurs). Alors que nos voisins (Somme, Nord.) ont déjà pris de telles mesures dernièrement, l’Etat va-t-il reculer dans l’Oise face aux irrigants ? La prochaine réunion du comité aura-t-elle lieu ? La guerre de l’eau semble déclarée par les agriculteurs. Le ROSO regrette cette position des agriculteurs alors que tous les indicateurs convergent vers une gestion de l’eau rendue nécessaire par les volumes à répartir. En effet le ROSO souhaite que les agriculteurs reviennent travailler dans un esprit consensuel et en présentant les données sur les types de culture irriguées, volumes prélevés et possibilité d’économiser l’eau avec le bon sens « paysan ». Cet enjeu citoyen doit tous nous mobiliser sans ultimatum quel qui soit. Cette position de la chambre d’agriculture n’est pas acceptable.

.

Le Regroupement des Organismes de Sauvegarde de l’Oise (ROSO)

.

Il serait dommage qu’un consensus entre les différents utilisateurs de l’eau ne soit pas possible. La ressource en eau ne doit pas être dilapidée mais gérer dans l’intérêt général pour tous les habitants du département de l’Oise.

.

2.Les élections européennes

A la suite de ces élections nous espérons que les thèmes de l’écologie deviendront plus importants au niveau du parlement, du conseil européen (qui réunit les chefs d'Etat et de gouvernement) et de la commission européenne.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.

Les associations du département de l'Oise adhérentes au ROSO

Les associations du département de l'Oise adhérentes au ROSO

Repost0
9 mai 2019 4 09 /05 /mai /2019 09:30
Communauté de communes du pays de Valois : Notre combat pour défendre l’environnement et le cadre de vie c’est également le vôtre

.

1.Nous sommes très heureux que de nombreuses personnes lisent les articles de notre blog et nous les en remercions mais cela n’est plus suffisant.

.

L’association Crépy environnement et qualité de la vie a besoin d’aide pour continuer ses activités commencées en 1976 avec des résultats significatifs à la clef.

Il nous faut plus d’adhérents et plus de compétences pour faire face aux enjeux qui sont nombreux comme la défense de la faune, de la flore, des espaces naturels, des sites historiques et de la qualité du cadre de vie dans le pays de Valois sans oublier un développement économique qui profite au plus grand nombre sans détruire l’environnement.

.

Nous vous rappelons également nos alertes et nos activités récentes en faveur de l’environnement et de l’intérêt général dans le pays de Valois :

  • Interventions en 2015 puis en 2018 auprès des autorités pour vérifier l’état du pont St Ladre à Crépy en Valois ;
  • Alerte de la population en 2017 sur la situation de la maison médicale de Crépy en Valois ;
  • De nombreuses participations à des enquêtes et réunions publiques (PLU, SCOT, service de santé par exemple) ;
  • Lancement d’une procédure judiciaire contre le Schéma de Cohérence Territoriale du pays de Valois facilitant un projet d’installation d’une décharge au centre du biocorridor nommé bois du roi ;
  • Un blog vivant qui vous informe sur certains évènements au pays de Valois qui conditionnent l’avenir de notre région ;
  • Nettoyage du parc de Géresme à Crépy en Valois pollué par de nombreux déchets ;
  • Membre de la commission de suivi de l’installation de stockage des déchets non dangereux de Crépy en Valois (ISDND) ;
  • L’association est adhérente au Regroupement des Organismes de Sauvegarde de l’Oise (ROSO) ;
  • Et la liste de nos activités n’est pas terminée.

.

Jeunes habitants du pays de Valois, vous qui manifestez plus d’attention à l’écologie, à la préservation des patrimoines naturels et historiques de notre pays et dans le monde, ne fermez pas vos yeux, ne bouchez pas vos oreilles, soyez acteurs de votre avenir. Soyez les protecteurs de la biodiversité et non les fossoyeurs.

Plus de lecteurs et d’abonnés à notre blog, plus d’adhérents c’est plus de considérations à l’égard de notre association.

.

Contactez notre bureau directeur. Voici notre email :

crepy.environnement@gmail.com

.

Nous vous rappelons que notre association travaille pour un juste équilibre entre le développement économique et la préservation de l’environnement.

Le nombre fait la force.

.

Comité directeur de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

.

2.Sortie nature

.

 

Communauté de communes du pays de Valois : Notre combat pour défendre l’environnement et le cadre de vie c’est également le vôtre

Repost0
6 mai 2019 1 06 /05 /mai /2019 12:15

.

Mesdames et Messieurs les dirigeants d’Aéroport de Paris,

..

Bienvenus sur le territoire de la Confluence situé entre 30 et 50 km des pistes de Roissy, bien au-delà des limites du Plan d’Exposition au Bruit et encore plus de celles du Plan de Gêne Sonore situées à 15 km des pistes.

.

Par vent d’est, quand il fait beau et que les habitants vivent dehors portes et fenêtres ouvertes, ce territoire de plus de 400.000 habitants qui s’étend sur la largeur de Conflans-Ste-Honorine à Cergy-Pontoise et sur la profondeur au-delà d’Evecquemont dans le Vexin, est envahi d’avions de Roissy en phase d’atterrissage, volant en palier à une altitude de 1200 mètres et moins, en ligne droite ou virage, avec de nombreuses variations de régime moteur engendrant des nuisances sonores à des fréquences suraiguës, ainsi qu’une surconsommation de carburant. Un vacarme insupportable 24h/24, avec déversement de tonnes de gaz d’oxyde d’azote, de suies et particules fines, ayant des effets bien connus profondément néfastes pour la santé de ces habitants, sans parler des tonnes de gaz à effet de serre rejetés, dramatiques pour le climat.

.

Avec le relèvement des altitudes de fin 2011, les survols ont été triplés de 100 à 300 sur un même point de ce territoire dont près de la moitié bien au-delà des 60 décibels, soit des émergences de bruit de 25 décibels au passage de ces avions, à vous faire sauter du lit, dans nos villes plutôt calmes par ailleurs.

.

Ne nous parlez pas d’indemnisation de l’insonorisation, cela ne concerne que les quelques dizaines de milliers d’habitants des 15 premiers kilomètres des pistes et non pas les centaines de milliers situés comme nous dans la zone des 15 à 50 kilomètres des pistes.

.

Nous ne sommes pas des citoyens de seconde zone. Nous voulons être traités comme des citoyens à part entière, à égalité de traitement des riverains d’Orly qui suite au crash d’Ermenonville ont obtenu le plafonnement d’Orly à 250.000 mouvements par an et le couvre-feu de 23h30 à 6h. Nous demandons les mêmes mesures pour Roissy suite au crash du Concorde à Gonesse, avec un engagement écrit sous forme de décret signé conjointement par la Ministre des transports et le Président d’ADP, sur :

- Le plafonnement de Roissy à 500.000 mouvements par an, soit celui de fin 2018 et pas un de plus, deux fois Orly, çelà suffit ;

- La réduction significative des vols de nuit entre 23h30 et 6h, avec à terme un couvre-feu comme à Orly.

.

De plus, nous demandons des engagements tout aussi fermes pour :

- La mise en place au plus vite de la descente douce 24h/24, projet sans cesse repoussé que nous réclamons depuis bientôt 10 ans, et déjà en place chez nos partenaires européens ;

- La même interdiction qu’à Nice, Toulouse et Nantes des avions les plus bruyants.

.

Dans ce contexte déjà très tendu depuis de nombreuses années, vous venez nous parler d’un projet de construction énorme d’un Terminal 4 à Roissy CDG, de la taille d’un Orly (40 millions de passagers supplémentaires, 50 % de plus), générant 40 % de mouvements d’avions supplémentaires sur nos têtes, passant de 1300 avions/jour à 1800 soit 500 de plus par jour. Vous conviendrez que c’est on ne peut plus mal venu, de la pure provocation. Un projet qui n’apportera dans nos villes que dégradation de notre santé, dégradation de notre patrimoine, paupérisation et désolation, nous n’en voulons pas.

.

Pour faire accepter votre projet, vous nous parlez d’emplois qui n’existeront pas vraiment, encore moins ici. Vous nous parlez du maintien du hub d’Air France qui justifierait cet ouvrage pharaonique, mais le hub, avec l’arrêt de l’Airbus A380, est gravement compromis. Partout dans le monde cette technique est abandonnée pour passer au point à point, technique plus adaptée aux besoins des passagers, comme ceux des français de province qui se passeraient bien des escales à Roissy pour partir à l’étranger. Vous voulez nous imposer une centralisation à outrance du trafic sur l’Ile de France qui en accueille déjà plus de 50 % sur une zone de population à très haute densité, alors que la stratégie mondiale actuellement adoptée est la décentralisation.

.

Nous avons des solutions alternatives et constructives à proposer. Nous souhaitons en débattre avec vous et la Ministre des Transports. Nous attendons depuis notre demande lors de la réunion de lancement de cette concertation à Gonesse le 12 février dernier, répétée depuis, l’organisation d’une réunion publique ou thématique sur ce sujet. Nous comprenons votre souhait de ne plus ajouter de nouvelle réunion dans un calendrier déjà très chargé, c’est pourquoi nous vous proposons soit d’y consacrer la réunion publique de Paris déjà planifiée qui n’est pas concernée par les nuisances de Roissy mais bien par les possibilités de développement, soit de regrouper ce thème avec celui sur l’accessibilité lors de la réunion thématique à Goussainville.

.

Nous vous demandons, comme le Ministre des Finances l’a suggéré, d’intégrer dans le budget de votre projet, les coûts externes qui se chiffrent par milliards d’euros et qui pèsent essentiellement sur les riverains, concernant leur santé et leur décote immobilière.

.

Tout cela pour, comme on l’a entendu récemment au parlement dans ce contexte de privatisation d’ADP, faire venir du monde pour développer les boutiques de luxes à Roissy, l’essentiel du chiffre d’affaire et des bénéfices d’ADP qui n’iront plus dans les caisses de l’Etat mais dans celles des nouveaux actionnaires privés d’ADP aux dépens de la santé et du patrimoine de 1,4 millions, au total, de franciliens touchés par les nuisances aériennes de ROISSY CD. Sans parler des risques de crash qui se multiplieraient.

.

Ce projet doit-être annulé. Nous n’en voulons pas.

.

Nous vous remettons, Mesdames et Messieurs les dirigeants d’Aéroport de Paris, ainsi qu’aux garants, le texte de cette intervention pour insertion dans le compte-rendu de cette réunion et restons dans l’attente de vos réponses sur chacune de nos demandes.

.

Pour le CIRENA et le GARE Philippe Houbart Membre fondateur du CIRENA Porte-parole du CIRENA www.cirena.net GARE : Groupe des Associations Roissy Environnement (ADERA, ADVOCNAR, ATVO, AREC, CIRENA, CSNA, DIRAP, ENVIRONNEMENT 93, FNE 77, MNLE 77 et 93).

.

Les habitants du pays de Valois subissent également des nuisances aériennes depuis novembre 2011 lorsque les vents soufflent d’ouest. L’ouverture du terminal n°4 ne fera qu’aggraver la situation et la seule solution pour réduire significativement le bruit serait la mise en place obligatoire de la descente douce 24h/24h déjà en fonction sur certains aéroports européens.

Si les décisions sont déjà prises, cette concertation publique sera considérée comme inutile et de la poudre aux yeux par les habitants des départements proches de l’aéroport.

Des solutions alternatives existent mais sont sans cesse repoussées.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.

Au second plan le projet du terminal 4 de Roissy CDG

Au second plan le projet du terminal 4 de Roissy CDG

Repost0

Présentation

  • : Crépy-en-Valois environnement
  •  Crépy-en-Valois environnement
  • : dédié à Crépy-en-Valois, à la communauté de communes du pays de Valois, à la préservation de l'environnement, du patrimoine historique et naturel ainsi que de la qualité de vie des habitants de la région
  • Contact

Comité De Rédaction De L'association

  • Crépy en valois environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement

Recherche

Crépy En Valois, Pays De Valois, Oise, Environnement, Nature, Ecologie, Actualités