http://www.crepy.crepy.environnement.over-blog.fr
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 12:03

 

L'ADU-FNAUT invitée le 11 avril en comité d'étoile à Laon

 

Introduction de M. Daniel BEURDELEY vice-président du Conseil régional en charge des transports : Evaluation de l'impact 2012 sur la régularité, la fréquentation des trains, les dysfonctionnements, le service dégradé, la maintenance du matériel.

Ce que demande le Conseil régional sont la mise en place d'un calendrier par RFF et l'Etat et un diagnostic par axe.

La SNCF au niveau de la circulation des trains a eu un mois de janvier correct puisque 92 % de trains étaient à l'heure.

Des incidents de personnes et de caténaire entre Crépy en Valois et Paris au mois de février ont eu des incidences très importantes.

A propos des incidents il faut travailler en articulation avec la ligne K, les causes sont multiples sur cette ligne, gènes de circulation, arrachage de caténaire, entre autre isolateur détaché de la caténaire (par manque d'entretien peut-être).

La SNCF va mettre en place un suivi du matin et du soir pour les trains les plus touchés par les retards, 6 trains sont concernés un exemple le 18H42 de Paris se trouve avec 50 % de régularité, en tout 13 trains ont été supprimés sur Paris, Crépy en Valois, Laon, prenons le cas du 9H55 de Paris 55% d'irrégularités.

Le 20 février le 20H08 était en sous capacité.

Sur la ligne K les pannes se succèdent, une analyse des incidents de signalisation, d'intempéries et de malveillances a été effectuée sur la période 2008-2011, les installations électriques et de signalisation ainsi que les infrastructures doivent être améliorées.

A Vauxvaillon le 40 km/h n'est pas une vitesse limitée définitive.

Le ralentissement à 40 km/h du côté de Berzy Le Sec est dû à l'effondrement du talus. 

L'aménagement de la gare du Nord est une volonté de l'Etat et de la Région.

Il faut rajouter des aiguillages.

En ce qui concerne la compensation financière, les abonnés annuels seront compensés au mois de mai.

 

Lionel TOUSSAINT

  Président de l'ADU-FNAUT

Vice-président de la FNAUT Picardie

 

 

Pour plus d'information pour pouvez cliquer sur le lien "Association de défense des usagers".

 

 

trains-regionaux-coradia-232483

                                               Train régional Coradia

Repost0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 12:01

 

Quelques pistes possibles pour essayer  de résoudre le problème récurrent de l’emploi en France :

-      La première solution est la réduction de la consommation d’énergie. Le gisement est très important. Au niveau des bâtiments, l’isolation thermique des murs, de la toiture et des fenêtres est primordiale avant de se préoccuper du système de chauffage (électricité – gaz – bois). C’est travaux d’isolation sont une source de développement pour les TPE et les PME régionales. Des entreprises françaises ont développé des équipements astucieux sur le thème de l’effacement avec de microcoupures d’électricité ou d’ajustement de l’offre à la demande, solutions qui apporteraient jusqu’à 20% d’économies en périodes de pointe ;

 

-      L’éolien parfois décrié. Il n’est pas envisageable de parsemer le pays de milliers de mâts mais d’installer des éoliennes terrestres dans des endroits bien ciblés, venteux, n’occasionnant pas de pollutions sonores ou visuelles.

L’éolien offshore est une solution intéressante. Des sociétés française viennent de postuler pour l’appel d’offres concernant l’installation d’éoliennes en mer de 150 m de haut à 14 km des côtes  sur 5 sites au large des côtes de l’Atlantique et de la Manche.   Des oppositions se manifestent déjà au niveau de pêcheurs inquiets pour leurs activités et d’association déplorant  la dégradation future du paysage marin. Pourtant ces installations seront très performantes et sans pollution visuelle. Le projet  le plus important au large de la Seine Maritime d’une puissance de  705 MW  doit alimenter une population de plusieurs centaines de milliers de personnes. A condition que des entreprises locales et régionales participent  aux projets, l’impact sur l’emploi serait significatif dans la filière et la sous-traitance, sans compter le service après-vente pour l’entretien du matériel. De plus, l’emploi d’un radar optique nommé lidar, fonctionnant par l’émission d’un rayon lumineux, permettra de mesurer la vitesse du vent en continu avant l’installation des mâts. Une prochaine application de ce radar placé sur une éolienne  anticiperait les variations du vent et optimiserait  les performances de l’appareil ;

 

-      Les panneaux photovoltaïques sont également une solution pour les industriels et les particuliers à condition que l’installation soit correctement effectuée par de vrais professionnels avec un véritable contrat de maintenance et ne soit pas une opération purement spéculative (Malheureusement la plupart des panneaux photovoltaïques sont fabriqués en Chine avec des qualités inégales). Les particuliers sont souvent sollicités par des plateformes téléphoniques car certaines sociétés ont l’obligation, faite par les pouvoirs publics, d’inciter les français à des réductions de consommation d’énergie. Ils ne doivent pas céder aux sirènes de l’électricité pas chère et être conscients que plusieurs paramètres conditionnent la rentabilité de l’investissement : l’emplacement de l’habitation, l’ensoleillement moyen de la région, le prix de revient de l’installation réalisée par un spécialiste reconnu, son entretien et la durée de son amortissement. Actuellement des recherches sont effectuées pour améliorer le taux de conversion. Les modules solaires polycristallins possèdent le meilleur rendement au m2 mais le prix est plus élevé. Suivant certaines informations récentes, une société  a développé un nouveau système, combinant une double parabole qui concentre le flux solaire sur un capteur hybride photovoltaïque et produit ainsi de l’électricité et de la chaleur. Cette innovation présenterait, selon les dirigeants de l’entreprise, un taux de conversion exceptionnel de 75%. Les coûts de production de cette énergie solaire se rapprocheraient des coûts actuels du marché de l’énergie fossile. Toutefois il ne s’agit pas de recouvrir toute la France avec ces panneaux.

 

 

IMGP1289

                                                  Eoliennes en Mer du Nord

 

Il ne faut pas oublier le programme international ITER dont le but est de recréer un soleil en miniature et de générer une énergie illimitée (Ce programme est très ambitieux, coûteux et sans certitude de réussite), la géothermie, la biomasse, la pile à combustible mêlant l’hydrogène et l’oxygène, les carburants de seconde  génération, les batteries et d’autres axes de recherche plus confidentiels.

Malheureusement l’instabilité fiscale perdure toujours en France. Souvent les incitations fiscales diminuent  comme dans le secteur de l’énergie solaire et les entreprises en pointe dans les énergies vertes se retrouvent en grande difficultés financières avec la disparition de marchés et la perte de plusieurs milliers d’emplois en 2011. Et pour ne rien arranger, la Chine inonde l’Europe de panneaux photovoltaïques à bas prix.

Au niveau éolien les marchés se trouvent en Asie du sud-est et la chine reste fermée aux acteurs européens de la filière.

Le coût moyen de production de l’électricité en France serait de 50 euros le MWh, de 80 euros le MWh pour l’éolien terrestre, de 180 à 200 euros le MWh pour l’éolien offshore et de 240 à 400 euros le MWh pour le photovoltaïque. Les consommateurs français sont-ils prêts à payer plus cher l’électricité pour soutenir les filières de l’énergie renouvelable ?

 

Réseau de transport d’électricité (RTE) se pose des questions sur la diminution de l’atome dans le bilan énergétique en France avec la perspective de plus en plus crédible d’un arrêt programmé des centrales nucléaires.  Un scénario de développement et de renforcement des réseaux de transport de l’énergie électrique en France et hors de nos frontières avec comme corollaire un doublement des capacités d’interconnexions avec les pays voisins. C’est un enjeu majeur pour le transport de l’énergie des éoliennes et des panneaux photovoltaïques vers les lieux de consommation avec des risques de saturation de certaines lignes à haute tension. De plus la décision de l’Allemagne d’arrêter les centrales nucléaires complique la gestion des flux en Europe.

 

En résumé, l’arrêt prévisible sur plusieurs décennies des centrales nucléaires, leur démantèlement, la gestion des déchets contaminés, la surveillance de celles en activité, la construction et la maintenance des appareils produisant de l’énergie verte, le renforcement et l’amélioration du réseau électrique, la réduction de la consommation d’énergie, permettront  de renforcer la pérennité de nombreuses PME et l’éclosion d’ETI soutenues par le Fonds stratégique d’investissement, la banque OSEO,  le renforcement du crédit impôt recherche et d’autres moyens à définir comme un meilleur accès des PME aux marchés publics. Les banques traditionnelles seront mises à contribution pour financer l’économie réelle et non pour jouer au poker. Il ne faut pas oublier, l’agriculture et la filière agro-alimentaire, atouts importants pour la France.  Toutefois, attention à ne pas gêner l’économie réelle par une « taxomanie » chronique et toxique.

 

 

petite éolienne

 

 

L’éducation, la formation continue, la recherche, l’investissement, l’innovation boostés par les pôles de compétitivité, les universités, sont des réponses à moyen terme pour lutter contre la désindustrialisation de notre pays. Il n’est pas possible d’attendre que les salaires augmentent, que la situation sociale s’améliore dans les pays émergents  entièrement tournés vers l’exportation, d’autant que la possibilité de l’ouverture prochaine d’une voie maritime au nord du cercle polaire arctique est sérieusement envisagée. A la suite du réchauffement climatique les délais d’acheminement et les coûts de transports des marchandises  de la Chine vers l’Europe seraient diminués.

Les pays européens ne luttent pas à armes égales car ils ne peuvent pas rivaliser dans les produits bas de gamme.  Ils doivent donc constamment innover et toujours mettre en avant la qualité. L’Europe doit également cesser d’être naïve et mettre en place un système de réciprocité envers les pays non européens.

 

Au final les entreprises doivent définir et proposer aux collaborateurs une vision claire. Cette vision pour certaines peut s’organiser autour des thèmes comme la sobriété énergétique, l’environnement, l’économie sociale et solidaire, le développement durable.

Une nouvelle révolution industrielle se prépare où les énergies renouvelables auront une grande importance. La production des énergies sera décentralisée. Les entreprises se développeront grâce au coût de l’énergie, de l’innovation et de la formation et non plus sur le coût du travail.

 

 

 

 

Repost0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 13:36

 

Cet article fait suite à celui publié le jeudi 19 avril 2012 et intitulé « Environnement et le sud de l’Oise : Risque sur la tranquillité des habitants ».

Nous vous l'avions annoncé dans notre précédent article "Pourquoi des avions au dessus de Crépy en Valois".

 

 

itinéraire bis des avions

 

Voici une 2éme carte ou ce jour le vent est plein ouest.
Nous vous avons tracé les trajectoires d'atterrissage ce dimanche 22 avril 2012 vers 12h00.

En bleu clair vous pouvez suivre l'atterrissage du vol 009 Air France en provenance de New York. Il ne passe pas très loin de Crépy en Valois, son altitude est de 1265m et sa vitesse de 482km/h, encore un grand virage, dans quelques minutes il se posera  à  Roissy CDG.

 

Pour l’instant le secteur sud de Crépy en Valois est perturbé par les vols des avions. Comme le nombre de passagers de Roissy doit augmenter de 60 millions de passagers à 100 millions de passagers par an, la totalité de la ville sera certainement impactée par les nuisances aériennes. Pour permettre l’écoulement du trafic plus important, plusieurs solutions seront mises en place par les autorités : un étalement de l’axe de circulation sur Crépy en Valois et une diminution de l’altitude de survol des avions.

 

Les conséquences : Graves nuisances sonores, qualité de la vie des habitants menacée, marché immobilier sinistré, image de notre ville détériorée etc…

 

Les élus de Crépy en Valois doivent réagir.

 

 

Avion Japan airlines                      Avion quadriréacteur que peuvent apercevoir les habitants de Crépy

Repost0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 12:13

 

Le président de notre association « Crépy environnement et qualité de la vie » a participé à l’assemblée générale du R.O.S.O. (Regroupement des organismes de sauvegarde de l’Oise) le samedi 31 mars 2012.

Quelques éléments concernant le futur du département de l’Oise :

Lors de cette matinée, Jean-Claude Bocquillon, vice-président de R.O.S.O. a rappelé les enjeux du projet de développement du « Grand Roissy » et ses incidences sur notre région en termes de pression foncière et démographique. Face à ces enjeux, nul doute que le R.O.S.O. et les associations membres auront un rôle important à jouer dans les années à venir afin de permettre et faire réussir un développement économique maîtrisé, respectueux de l’environnement et des ressources naturelles de notre département.

Il est déjà possible d’imaginer avec quels yeux gourmands les promoteurs immobiliers doivent parcourir la carte de l’Oise et noter les surfaces de terres cultivables, les espaces verts et sites boisés pouvant accueillir leurs constructions.

 

Notre département possède de nombreux sites classés et notamment le parc naturel régional de l’Oise qui s’étend sur 60.000 hectares et regroupe 59 communes dont 44 dans l’Oise. Véritable poumon vert au nord de Paris.

Ce parc conserve un caractère essentiellement rural à dominante forestière et agricole (Le Vexin par exemple). Il représente l’un des plus vastes ensembles patrimoniaux du bassin parisien soumis malheureusement à de très fortes pressions foncières du fait de sa proximité avec l’agglomération parisienne de 12 millions d’habitants et la plate-forme aéroportuaire de Roissy-Charles de Gaulle.

Ce projet du « Grand Roissy » englobe la commune de Crépy en Valois qui déjà enregistre une forte pression démographique qui pourrait pousser les élus locaux à se lancer dans une politique de construction immobilière anarchique sur tous les espaces verts ou boisés disponibles, dégradant ainsi le cadre de vie de la population. Des constructions, oui ! Mais pas n’importe où, ni n’importe comment.

 

 

 Les habitants de Crépy en Valois ont certainement remarqué que depuis plusieurs mois (novembre 2011) de nombreux avions survolent notre ville à basse altitude avant de virer vers la droite  pour se poser par la suite à Roissy.

La DGAC (Direction générale de l’aviation civile) et les responsables de l’aéroport de Roissy ont décidé de faire bénéficier les habitants du sud de l’Oise des nuisances des avions et, selon la direction des vents et tôt le matin, à partir de 06h00, un défilé d’avions bruyants égaye le ciel de notre ville et remplace les gazouillis des oiseaux. Ce n‘est qu’un début puisque l’aéroport doit recevoir annuellement et prochainement  au minimum 100 millions de passagers.

Le survol à basse altitude de Crépy en Valois par des avions n’est certainement pas un atout pour notre ville et les élus devraient s’en inquiéter.

 

Ainsi en plus des poids lourds nous subissons maintenant le bruit des avions.

 

avion survolant Crépy n°2

                                        Quadriréacteur survolant Crépy en Valois

 

Les élus du sud de l’Oise, les associations de défense de l’environnement doivent se concerter et contacter les responsables de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle et les promoteurs du projet du « Grand Roissy » pour obtenir des explications et pouvoir ainsi mesurer l’impact futur des changements de trajectoires des avions et de la pression démographique sur notre région.

 

Pourquoi les maires de Crépy en valois, Ormoy-Villers, Nanteuil le Haudoin et Péroy les Gombries ne demandent-ils pas l’adhésion de leurs communes au parc naturel régional de l’Oise ?

 

Le développement économique ne doit pas être synonyme de dégradation du cadre naturel, rural et forestier du sud du département de l’Oise.

 

Les raisons du survol de  Crépy en Valois par les avions  et plus  particulièrement les quartiers sud.

 

 Notre association vous explique sur la carte ci-dessous  le pourquoi de la réorganisation des trajectoires des avions au-dessus de Crépy en Valois et de leurs mouvements suivant l’aéroport de Roissy ou de Beauvais.

 

Vous l'avez remarqué, depuis plusieurs mois de plus en plus d'avions survolent notre ville. Pour quelle raisons ?
Tout simplement le trafic aérien de Roissy et de Beauvais augmente. En 2011, 60,9 millions de passagers pour Roissy (prévisions 100 millions de passagers) et 3,6 millions pour Beauvais. De ce fait les boucles d'atterrissage s'étalent.

 

 

 Iténéraires avions 

          Les axes aériens se coupent au-dessus de Crépy en Valois 

     

 

  On peut ranger en 3 catégories les avions qui survolent Crépy en Valois :


1 - Ceux qui sont très haut, avec un panache blanc à l'arrière, altitude   10 000 m environ, vitesse entre 700 et 930km/h. Ils ne font que passer sans déranger la quiétude des habitants ;
2 - Ceux qui viennent de décoller de Roissy, peu nombreux pour l’instant au-dessus de Crépy en Valois. Vous pouvez les observer surtout le soir, leurs directions est plein nord. Vous les reconnaitrez au bruit, ils se déplacent  en pleines poussées de leurs réacteurs. Ce sont de gros porteurs (des quadriréacteurs notamment) ;
3 - Les appareils qui nous intéressent sont ceux qui atterrissent sur Roissy ou Beauvais.
Les avions décollent et atterrissent face au vent. Sur la carte ci-jointe le vent est de nord-est. Nous vous avons tracé le sens d'atterrissage.
Les avions de Roissy sont à environ 3700m et 480km/h, ceux de Beauvais à environ 2500m et 350km/h.

 

Il faut donc s’attendre pour demain,  avec l’augmentation prévisionnelle du nombre de passagers à Roissy, à une autoroute aérienne au-dessus de Crépy en Valois.

Dans un prochain article nous publierons une carte avec les vents contraires, modifiant le sens de l’atterrissage des avions. Alors les axes aériens des avions sont beaucoup plus perturbants pour les habitants des quartiers sud de Crépy en Valois.



 

 

 

 

Repost0
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 12:09

 

Après bientôt 4 ans de combat, la mobilisation contre le projet de Direct Énergie ne faiblit pas. C’est une foule nombreuse qui est venue assister à la réunion d’information organisée par l’association lors de son assemblée générale.

Notre président Franck Deboise a dressé le bilan de ces 4 années de lutte et fixé les orientations de nos futures actions, au travers d’un exposé émaillé de quelques scoops photographiques qui ont permis au public de juger du climat de tromperie et de mensonge qui a entouré la promotion de ce projet.

 

Maître Faro, avocat de l’association, a fait le point sur les avancées juridiques majeures obtenues par l’association et l’ensemble de ses soutiens. Sa présence a permis au public de poser des questions afin de mieux appréhender la complexité du dossier juridique et son évolution future.

Sur le plan environnemental, David Long a présenté une étude scientifique inédite dont les résultats confirment le bien fondé de nos analyses concernant le fonctionnement du biocorridor de Verberie. La complète incompatibilité du projet d’industrialisation de ce plateau agricole avec les enjeux de préservation de la biodiversité au plan national, voire européen, est désormais clairement démontrée.

 

Nos efforts ont porté leurs fruits, et nous ne pouvons que féliciter et remercier tous ceux qui ont contribué à ce succès. Mais nous devons rester mobilisés et vigilants face à la volonté du maire de Verberie, qui bien que totalement isolé, continue de porter ce projet au delà de toute raison.

 

Le bureau de l’association « pas de centrale en basse Automne »

 

Pour plus d’informations vous pouvez cliquer sur le lien « pas de centrale en basse Automne »    

 

Centrale à Verberie

                                Emplacement prévu pour la centrale à Verberie (en marron)

Repost0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 12:02

 

Depuis le début de cette année l’attention se focalise sur le thème « produire en France » et de nombreux hommes politiques dévoilent peu à peu des projets pour favoriser une ré-industrialisation de la France où malheureusement  se poursuivent depuis trois décennies des délocalisations d’entreprises.

La précipitation ou le rêve ne sont pas des éléments crédibles. Les causes  et les remèdes sont connus depuis 30 ans mais pour combattre  le chômage, les seules solutions ont été le traitement social du problème et le partage du travail.

Malgré une démographie positive, la France deviendra bientôt une nation de chômeurs et de retraités, belles perspectives pour les jeunes générations.

 

Les emplois disparus ne vont pas réapparaitre spontanément. La France garde des atouts dans l’aéronautique, l’espace, la pharmacie, les transports en communs etc… Mais il y a un vivier de nouveaux emplois qui se dessine depuis plusieurs années et il ne faut pas rester sur le bord de la route.

L’énergie fossile coûtera de plus en plus cher avec l’arrivée de géants économiques comme la Chine, l’Inde, le Brésil.

Aujourd’hui, paradoxalement, la clémence des températures moyennes, la crise économique, la maîtrise continuelle de la dépense énergétique entrainent  un net ralentissement de la croissance de la consommation d’électricité et de gaz en France. Malheureusement pour les clients finaux et particulièrement pour les particuliers, les factures ne reflètent pas ce constat.

Les marchés spots accusent une baisse de 20% du prix du gaz sur une période de 6 mois mais les compagnies européennes de gaz s’approvisionnent majoritairement par le biais de contrats de long terme en Russie, en Algérie, en Norvège, indexés sur le prix du pétrole (Chez GDF Suez, malgré une politique active de renégociation, 40% de ses contrats d’approvisionnement sont basés sur les cours du pétrole).

Le prix de l’électricité  devrait augmenter significativement en France car la maintenance, la sûreté, le démantèlement à prévoir des centrales nucléaires et l’enfouissement des déchets contaminés non provisionnés, seront  à terme financés par les clients.

 

Depuis la catastrophe de Fukushima se pose la question de la sûreté et de l’arrêt progressif des centrales nucléaires en Europe et particulièrement en France.  L’autorité de sûreté nucléaire exige, après contrôle, des travaux de l’ordre de 10 à 15 milliards sur les centrales nucléaires pour qu’elles puissent continuer de fonctionner mais déjà le démantèlement des réacteurs est envisagé avec comme premier site la centrale de Chooz  à eau pressurisée dans les Ardennes. Cette technique est employée dans les centrales actuellement en fonction. La durée des travaux de déconstruction totale devrait être de 15 à 20 ans.

La protection des personnes est essentielle et l’emploi des robots évite les risques de contamination. Le commissariat à l’énergie atomique (CEA), AREVA et EDF collaborent  dans la recherche et le développement pour réduire les délais, les coûts et les quantités de déchets et les conditions d’enfouissement des débris contaminés. Des enjeux économiques, techniques et de sécurité considérables se jouent au niveau mondial.

 

centrale nucléaire de Nogent1

                               Centrale nucléaire de Nogent

 

Les charges de démantèlement prévues par EDF pour la totalité du parc français se situeraient à hauteur de 22,2 milliards. Au niveau international, le prix du démantèlement d’un réacteur à eau pressurisée s’échelonne de 650 millions à 1,2 milliard d’euros, suivant la préparation des travaux, de l’usure et de l’âge des équipements, sans compter la gestion des déchets nucléaires. Dans ces conditions le budget d’EDF est certainement sous-évalué bien que l’entreprise compte sur l’expérience, la R&D pour diminuer les coûts. Un rapport récent de la Cour des Compte évalue le coût du démantèlement et la gestion des déchets à environ 80 milliards d’euros et la maintenance des centrales nucléaires jusqu’à leur terme d’activité à 50 milliards d’euros.

 

Il n’est pas question de fermer immédiatement comme en Allemagne les 58 réacteurs en France pour les remplacer par des centrales thermiques, source de pollution ou par des équipements à énergie renouvelables incapables pour l’instant de fournir une énergie abondante, constante et à faible coût. Il ne faut pas oublier l’impact sur l’emploi de la fermeture des centrales  nucléaires puisque environ 275 000 emplois dépendent directement ou indirectement  de la filière nucléaire civile mais une  grande partie de ces emplois pourra être transférer vers le démantèlement des centrales nucléaires et la gestion des déchets. Le mix énergétique restera donc encore la norme pendant de nombreuses années. Il faut prévoir la transition énergétique et la préparer dans les meilleures conditions puisque à terme les énergies fossiles deviendront plus rares donc plus chères. Ce problème pourrait être transformé en avantage pour l’industrie innovante.

Une rupture d’alimentation en électricité lors de grands froids est redoutée en France par les acteurs de la filière énergétique. La transition entre le nucléaire et les énergies renouvelables pourrait se réaliser vers 2050  mais après une baisse significative de la consommation d’électricité.

 

 

(Source : Association Crépy environnement et qualité de la vie)

 

(A suivre)

 

 

Centrales nucléaires en France

                                Centrales nucléaires en France

 

                               --------------------------------------

 

 

Dernières nouvelles :

 
Le 23 mars 2012 à 23:57,  l’association ACCIDE a écrit :
 
Bonsoir à tous,
 
Lors de notre assemblée générale du 5 mars dernier, nous évoquions
l'opposition des élus de Villers St Sépulcre à la modification du POS.
Nous nous réjouissions qu'une majorité d'élus dont nous avons le soutien constant aient réussi à contrer le maire et ses rares soutiens. Les élus   majoritaires ont ainsi réaffirmé l'opposition ferme de la commune à
l'implantation d'un tel projet aberrant et inutile. 
Le courrier du sénateur Marini au préfet nous démontre d'ailleurs
l'inutilité d'un deuxième incinérateur sur le département, confortant
ainsi nos positions que nous défendons depuis plus de 3 ans sur le fait que l'Oise dispose des capacités nécessaires pour traiter les déchets.
Malgré tout, hier soir lors du conseil syndical, le président Vasselle
désormais en minorité au sein du syndicat, à comme à son habitude fait
preuve de déni de démocratie !
Il aurait laissé clairement entendre que la décision des élus de
Villers St Sépulcre était peu importante, puisque tout était déjà organisé avec le préfet, et que l'arrêté préfectoral pour imposer la modification était prêt!! Avec la complicité Préfet/Vasselle que nous dénoncions déjà lors des choix
de la date de l'enquête publique se dévoile-t-elle enfin au grand jour? Cette complicité serait-elle ce qu'il nomme " sa sérénité" dans les medias!
Quel mépris envers les élus villersois!
Quel mépris envers les citoyens,
Mais surtout quel mépris envers la démocratie et les valeurs républicaines!
Mais quelles sont donc les motivations à vouloir préserver dans un
projet inutile, couteux pour les contribuables, potentiellement dangereux,
néfaste à l'environnement, et dont le seul but premier est de garantir des
profits à une entreprise privée!
Plus que jamais nous ne pouvons tolérer et admettre de tels
comportement abusifs!
Nous devons nous indigner, nous révolter, et nous faire entendre.
Accide appelle donc chacun à se remobiliser, à mobiliser autour de soi
et appelle à nous rendre prochainement massivement devant la préfecture de Beauvais. Nous devons être nombreux et non pas seulement une trentaine comme en octobre 2010! Nous définirons de la date la plus opportune et vous la communiquerons dans le week-end end.
Que chacun prenne le challenge d'informer, mobiliser et ramener 10
personnes! OPÉRATION PUISSANCE 10!
 
 
Le 26 mars 2012 à 11:48, l’association ACCIDE a écrit :


Bonjour à tous
La date de la mobilisation est fixée au 14 avril devant la préfecture
nous reviendrons vers vous avec le programme et l'organisation de manière à faire de cette mobilisation une action à forte résonnance.
Notez d'ores et déjà et retenez cette date dans vos agendas, et informez massivement autour de vous.

                                        

                                           -----------------------------------------------------

 

 L'association Crépy environnement et qualité de la vie publiera prochainement un article traitant des menaces qui pèsent sur la tranquilité et la qualité de vie des habitants du sud du département de l'Oise et plus particilièrement de Crépy en Valois.



                                                           -------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

Repost0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 11:43

 

comité pilotage natura 2000

 

comité pilotage n°2 natura 2000

                          L'ordre du jour étant épuisé, M. Latapie Bayroo lève la séance en remerciant les participants.

 

                           Le directeur adjoint de la direction départementale des territoires de l'Oise,

                                                                            

                                                                        Thierry LATAPIE BAYROO

 

 

 

Natura 2000

 

Un réseau local

Le territoire du Parc naturel régional Oise - Pays de France se compose de quatre sites Natura 2000 :

- la zone de protection spéciale "Forêts picardes: massif des Trois Forêts et bois du Roi" dont le Parc est maître d'oeuvre pour le DOCOB ;

- le site d'importance communautaire "Massifs forestiers d'Halatte, de Chantilly et d'Ermenonville" dont le Parc est maître d'oeuvre pour le DOCOB. Une révision du périmètre est en cours. Elle devrait aboutir en 2011;

Un seul document commun pour les sites « Forêts picardes : massif des Trois Forêts et bois du Roi » et « Massifs forestiers d’Halatte, de Chantilly et d’Ermenonville » est rédigé car ces deux sites se recoupent à 95 %. Ceci permet de mettre en cohérence les actions suivant les enjeux des deux zones. Le document doit être validé prochainement pour une mise en œuvre fin 2010.

- le site d'importance communautaire "Coteaux de l'Oise autour de Creil" dont le Parc est maître d'oeuvre pour le DOCOB. Son élaboration a commencé en 2010 et devrait se terminer en 2011.

- le site d'importance communautaire "Coteaux de la vallée de l'Automne" dont le DOCOB a été validé en 2002. L'animation de la mise en oeuvre a été confié au bureau d'étude Ecothème.  Le DOCOB est actuellement en cours d'actualisation.

Source : PNR

 

COPIL et DOCOB

Un comité de pilotage consultatif (le Copil), présidé par un élu local ou le préfet, surveille la gestion du site Natura 2000. Il regroupe les pouvoirs publics, les collectivités locales, les associations, les agriculteurs, les pêcheurs et les chasseurs, etc…

 

Une collectivité territoriale ou plusieurs collectivités regroupées  gèrent habituellement pour le compte du COPIL un site Natura 2000 avec la responsabilité de la rédaction d’un document d’objectifs (le DOCOB). Ce document indique l’état des lieux naturels et socio-économiques puis établit les objectifs nécessaires à la bonne gestion, la conservation de ce patrimoine naturel, l’information et la sensibilisation du public. Cette collectivité peut  également faire appel à un organisme tiers pour ce travail.

Le document d’objectifs est à la disposition du public dans toutes les mairies se trouvant sur le territoire du site.

 

Chaque projet important prévu en dehors du DOCOB nécessite une procédure d’évaluation permettant de calculer l’impact sur le site. En cas d’impact négatif, ce projet peut être annulé sauf pour des raisons impératives d’intérêt public.

 

 

PNR OISE mars 2012

 

 

Le comité de pilotage natura 2000 du département de l’Oise a entériné le renouvellement du poste de vice-président. Ce poste ne peut pas être détenu par l’initiateur du projet d’installation d’une décharge et d’une carrière d’extraction de minéraux à l’intérieur de bois de roi. En cas d’élection de cette personne, un conflit d’intérêt verra le jour.

Ce projet, par son importance, détruira un site exceptionnel un biocorridor entre la forêt de Retz et la forêt d’Ermenonville (voir carte jointe)

 

Source Association Crépy environnement et qualité de la vie

 

Dernières informations concernant le bois du roi :

Les associations suivantes : ROSO, PICARDIE NATURE, SAFHEC et VALOIS ENVIRONNEMENT ont déposé un recours au tribunal administratif d’Amiens contre la création du plan local d’urbanisme (PLU) de Péroy les Gombries pour irrégularité, partialité etc…

                                                    

 

 

Repost0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 13:42

 

Une réunion s’est déroulée le vendredi 09 mars 2012 en matinée à la mairie de Crépy en Valois. Etaient présents :

-      Frédéric LESNE – PDG de « Cinémas du Valois » ;

-      Yves MOUNY - Président de l’association ;

-      Lydia LAURENT – Vice-présidente ;

-      Tadeusz LEWANDOWSKI – Secrétaire-adjoint.

 

Quels sont les acteurs du projet du cinéma intitulé « Les toiles » ?

 

Le tour de table de la société anonyme (SA) « Cinémas du Valois » avec des fonds propres de 500.000€, est constitué de 3 associés :

-      La Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) pour 40% des parts ;

-      La SEMIVAL pour 40% (Société d’Economie Mixte Immobilière de la Ville de Crépy en Valois) ;

-      L’Ambiance Compiégnoise pour 20% avec comme gérant Frédéric LESNE qui devrait porter la totalité des risques.

Cette société anonyme deviendra propriétaire des murs et des équipements, la SARL « l’Ambiance Compiégnoise » se chargera de l’exploitation du cinéma.

 

La SA « Cinémas du Valois » achètera environ 4000 m2 et la mairie revendra les 6000m2 restants pour un projet immobilier (70 logements dont 40 sociaux).

La municipalité évalue actuellement l’investissement nécessaire à 3.000.000€ mais des dépassements sont toujours possibles. Ni le montant des subventions, ni la répartition du financement entre les différents acteurs du projet ne nous ont  été confirmés (Centre national de la cinématographie, mairie etc…).

Après 5 et 9 ans, suivant le cas, la ville conservera la propriété des murs de l’établissement et l’exploitant le fonds de commerce.

Les responsables de la SNCF et d’Intermarché permettront aux spectateurs d’utiliser les parkings proches (800 places au total avec les 50 du cinéma).

 

Le gérant de la SARL « L’Ambiance Compiégnoise » s’entourera d’experts pour le développement du cinéma tel que Monsieur FEYNARD, porteur de l’ancien projet.

Pas de caution de la mairie, monsieur LESNE serait le premier impacté en cas d’échec.

Dans un rayon de 20 minutes en voiture, le potentiel de spectateurs s’élève à 60.000 personnes avec comme seul concurrent le cinéma de Villers-Cotterets enregistrant une fréquentation modeste. Dans la zone primaire (10 mn en voiture) la population intéressée avoisine les 20.000 clients.

 

 

Cinéma mars 2012 n°1

               Zone primaire ligne verte - Zone secondaire ligne bleue (20 mn en voiture)

 

 

Descriptif :

 

Le complexe cinématographique auquel s’ajoutera un restaurant, comptera 4 salles confortables totalisant 548 fauteuils avec une qualité d’images et de son au niveau des meilleurs standards, grâce à l’aide d’un bureau d’études acoustiques (une de 238 places – une de 158 places et deux de 76 places)

Une structure moderne avec une architecture épurée, agréée  par l’architecte des bâtiments de France verra le jour. (Emprise au sol de 2300 m2 et une hauteur maximale de 6 m). Un éclairage par leds sera privilégié, sans oublier la climatisation. Un système de récupération des eaux de pluies sera implanté pour minimiser le ruissellement.

 L’entrée se fera sous un auvent au milieu de l’immeuble.

 Le cinéma, classé « arts et essais », programmera 7 à 8 films récents, grand public par semaine et un certain nombre de films culturels, des avant-premières, des documentaires pour les jeunes scolaires. La création d’un festival et la programmation d’évènements hors films sont envisagées (opéras – concerts – sports).

Les heures d’ouverture ne sont pas encore définitivement arrêtées mais les journées du vendredi, samedi et dimanche comptabiliseront 60% de la fréquentation totale.

Des tickets d’entrée, des cartes de fidélité composées de 10 à 15 billets seront proposées aux spectateurs ainsi qu’aux comités d’entreprises moins  chers que dans les grands complexes cinématographiques de la région.

Le bureau directeur de notre association n’a pas étudié le dossier technique du permis de construire.

 

La circulation

 

Selon les informations données par la municipalité : Avec la construction du cinéma, le boulevard sera transformé pour faciliter la cohabitation entre les piétons, les cyclistes, les automobiles et les poids lourds en ralentissant la circulation des camions et des voitures.

Un trottoir large de 3 m, une piste cyclable indépendante et sécurisée seront installés avec une emprise sur le parking SNCF et une délimitation des places de parking entre les arbres.

Un rond point est prévu au niveau de la rue de la petite vitesse ainsi

qu’un passage piétonnier du cinéma vers le supermarché.

Rue St Lazare, une entrée et une sortie différenciées du parking d’Intermarché devront être réalisées, sans que les voitures ne coupent la circulation. Boulevard Victor Hugo, il y aura une entrée et une sortie à 2 voies. Rue de la petite vitesse, les entrées du parking seront limitées.

Réaménagement de l’ensemble routier du Pont St Ladre avec l’installation d’un sens giratoire.

Des études effectuées préconisent la création d’un rond point rue de la petite vitesse et du boulevard Victor Hugo (A voir).

 

 

Cinéma mars 2012 n°2

                                               Emplacement du cinéma

 

 

Curriculum vitae simplifié de monsieur LESNE :

 

-      Crépynois depuis 8 ans – marié et père de 4 enfants ;

-      Ancien responsable d’une grande surface de meubles et de décorations ;

-      Actuellement dirigeant d’une société de conseils pour les entreprises et les particuliers.

 

Avis de l’association Crépy environnement et qualité de la vie :

 

L’architecture du projet s’inscrit facilement dans l’environnement. Les prestations décrites sont séduisantes. De plus une  cohérence et une grande conviction transparaissent dans les paroles de notre interlocuteur.

 

 Toutefois, malgré la programmation des heures d’ouverture du cinéma  en dehors des heures d’intense circulation et de la description ci-dessus des travaux prévisionnels d’infrastructure routière de la municipalité, des questions se posent encore sur le passage des poids lourds et des automobiles au niveau du boulevard Victor Hugo et sur la réalité d’un nombre suffisant de places de stationnement (Par exemple éviter le télescopage des clients du supermarché avec ceux du cinéma le samedi).

 

En dehors de ces questions pas d’objection sur le projet du cinéma.

 

Monsieur LESNE est d’accord pour une prochaine réunion et pour des discussions  avec notre association dans le but de répondre à nos questions.

 

Dernière information :

 

La commission départementale de l’aménagement commercial (CDAC) a validé le projet du cinéma.

 

Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 20:06

 

Puis madame Catherine Quignon, maire de Montdidier, commune de 6500 habitant située dans le département de la Somme, est intervenue pour expliquer les actions de la municipalité tendant à limiter les dépenses d’énergie.

Tout d’abord cette commune possède une régie d’électricité.

Depuis 2001 avec le soutien de l’ADEME et la région, cette ville a procédé à un diagnostic thermique du patrimoine communal et locatif privé. Les propriétaires, sur leur demande, peuvent également bénéficier gratuitement de ce diagnostic. Par la suite une large consultation publique a été instaurée, clef de voûte pour une implication et une adhésion des habitants à cette politique.

Des lampes à basse consommation sont désormais utilisées pour l’éclairage public. Une chaudière à bois a été mise en place avec un réseau de chaleur long de 2 km.

4 éoliennes d’une puissance de 2 MW chacune ont été installées avec l’assentiment de la population à 800 m des habitations au minimum. Le toit de l’école communale est recouvert de panneaux photovoltaïques. Tous les travaux et la maintenance sont été effectués par des entreprises locales.

Des études  sont en cours pour un projet de méthanisation et l’instauration d’une régie municipale de l’eau.

Des aides financières sont accordées pour l’isolation de l’habitat ou l’achat de matériel de chauffage plus performant.

En résumé, cette politique active dans les économies d’énergie a permis à la commune de produire 53% de l’énergie consommée et la création d’une cinquantaine d’emplois.

Les habitants de cette ville bénéficient de cette politique tant dans leurs factures d’énergie qu’au niveau des impôts locaux.

 

Forum énergie 5

 

 

Enfin vint le tour de Gérard Lecomte, président du pays de sources et vallées composé de 3 communautés  de communes totalisant 80 000 habitants au nord-est de l’Oise.

Premier pays en Picardie qui s’est lancé dans la réalisation d’un plan climat énergie territorial avec le soutien de la région et de  l’agence de l’environnement de la maîtrise de l’énergie (ADEME).

 

Les objectifs finaux du Plan Climat Énergie consistent à réduire la vulnérabilité énergétique et climatique du territoire, tout en garantissant son développement durable sur les plans sociaux et économiques.

Pour ce faire, le plan climat énergie s’organise autour de deux modalités d’actions qui sont :

 - L’atténuation, qui consiste à limiter l’impact du territoire sur le climat en réduisant les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans la perspective de diviser par 4 les émissions d’ici 2050 ;

 - L’adaptation, qui consiste à réduire la vulnérabilité du territoire puisqu’il est désormais établi que les impacts du changement climatique ne pourront plus être intégralement évités.

Actuellement, les activités du territoire du Pays de Sources et Vallées engendrent l’émission d’environ 613 000 tonnes équivalent CO2 et par an, soit environ 8 tonnes équivalent (teq) CO2 par habitant et par an, ce qui se situe dans la moyenne picarde et légèrement au-dessus de la moyenne française (7,6 teq CO2 par habitant par an).

Le Plan Climat Energie est une démarche territoriale. Il doit donc associer en amont tous les futurs acteurs du plan d'actions.

Trois séminaires ont eu lieu durant l'hiver 2010-2011. Ils ont réuni des professionnels, des acteurs institutionnels et des représentants associatifs. Au total, ces trois séminaires ont permis de réunir plus de 100 personnes pour chaque session, avec 178 participants différents sur l’ensemble de la démarche. Plus particulièrement, on note une participation importante du monde de l’entreprise, avec la présence d’acteurs économiques, allant de la PME (bureaux d’étude ou artisans) aux grands groupes.

Le Livre Blanc Climat Énergie découle de ces rencontres et servira de base pour établir le plan d'actions Climat Énergie. Le plan d'actions à court et moyen terme concernera à la fois les compétences des communautés de communes et des communes mais aussi des actions en partenariat avec les acteurs publics et privés du territoire. Ce plan a été finalisé à la fin de l'année 2011.  

(pays de sources et vallées)

 

25 actions ont été choisies sur 40 consolidées et réalistes. Ces premières actions seront développées pendant la période 2012-2014. Plusieurs domaines sont intéressés : bâtiments, urbanisme, énergies renouvelables, circuits courts, éco-comportements, aménagement du territoire, lutte contre la précarité etc…

 

Puis la parole fut donnée  à l’assemblée. Les personnes présentes posèrent de nombreuses questions notamment sur les diverses techniques permettant de limiter à peu de frais la consommation d’énergie. Comment provoquer l’adhésion de la population aux politiques privilégiant les énergies renouvelables et les comportements éco-responsables.

 

Puis le forum pris fin sous les applaudissements des participants.

 

Dans le cadre de l’agenda 21, la mairie de Crépy en Valois devrait s’inspirer des initiatives  prises depuis 2001 par la ville de Montdidier même si tout n’est pas transposable dans notre commune.

  

(Association Crépy environnement et qualité de la vie)

 

 

Forum énergie 6

 

 

 

--------------------------

 

Conseil municipal Crépy en Valois mardi 20 mars 2012

 

2 membres de l’association Crépy environnement et qualité de la vie ont assisté au conseil municipal réuni pour débattre des budgets 2011 et 2012.

Voici des données et des informations brutes sans commentaire :

-      Excédent du budget  général 2011 : 2 576 900 € ;

-      Budget général 2012 : 20 452 079 € pour le fonctionnement ;

                                           : 11 121 285 € pour les investissements.

Dont un supplément d’investissement prévu pour l’opération Case Poclain avec 2 200 000 € pour le foncier et 1 500 000 € pour les travaux.

Les différents taux d’imposition dépendant de la commune resteront inchangés en 2012.

 

La ligne actuelle du bus Cyprès sera testée pendant un an par la municipalité. Une deuxième ligne est-ouest pourrait voir le jour par la suite.

 

L’ouverture du nouveau cinéma est prévue vers fin 2013.

 

Grenelle de l’environnement : Obligation de mettre en place une redevance incitative pour l’enlèvement des ordures ménagères au plus tard en 2015.

 

Philippe Marat                                    Tadeusz Lewandowski

Secrétaire de l’association,                   Secrétaire-Adjoint de l’association

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 12:53

 

Ce débat a eu lieu le vendredi 17 février 2012 salle du Soupisseau à St Sauveur en présence de 200 personnes et de nombreux élus locaux.

 

Forum énergie 2012

  

 

Le premier intervenant,  Franck Deboise, a présenté un tableau de la consommation et de la production des énergies fossiles en France et dans le monde.

Au niveau mondial, de 2009 à 2010 la consommation d’énergie a progressé de 5,%, en France de 3,8%. 80% de cette énergie est d’origine fossile (pétrole, charbon et gaz).

Le pic de production du pétrole conventionnel a été atteint en 2006. Depuis, la production s’est maintenue grâce au pétrole offshore.

 L’homme a déjà utilisé 1300 milliards de barils de pétrole et les réserves prouvées sont du même niveau (un baril équivaut à 159 litres).  Avec une consommation mondiale annuelle de 32 milliards de barils et sans nouvelle découverte significative, il reste 40 années de consommation avant l’assèchement final. Un exemple, le gisement découvert au large de Marseille de 1 milliard de barils correspond à 12 jours de consommation mondiale de pétrole. En 2011 le prix moyen du baril s’est hissé à 111 dollars.

 

Forum énergie 2

 

 

Depuis 2009, le prix de l’électricité  en France a eu tendance à progresser plus rapidement et cette énergie devrait augmenter de 30% d’ici 2016. Le gaz a évolué plus rapidement avec une hausse de 60% de 2006 à 2011.

La France possède 58 réacteurs nucléaires. Notre pays utilise 80 millions tonnes de pétrole par an soit l’équivalent en énergie de 78 réacteurs nucléaires supplémentaires. Avec 4,4 milliards de tonnes de pétrole consommées  par an dans le monde, le nombre de réacteurs  nécessaires  pour remplacer ce pétrole devrait être multiplié par 10.

Pour ce qui concerne la production de gaz, les stocks s’épuisent en Europe depuis 2004 et la dépendance des européens envers certains pays producteurs comme la Russie augmente inexorablement.

Actuellement les biocarburants ne peuvent pas se substituer aux produits fossiles. Par exemple la France qui possède pour l’instant 18 millions d’hectares de terres cultivables, devrait utiliser une superficie comparable à 7 fois les terres cultivables pour remplacer le carburant actuellement utilisé.

 

 

Forum énergie 3

 

 

Suivant l’INSEE, les ménages français utilisent en moyenne 9% de leur budget pour leur consommation d’énergie et dans certains cas le pourcentage peut monter jusqu’à 15%.

 

Monsieur et madame Bel ont pris la parole. Un couple de Longueil Ste Marie qui a réussit à diviser par 5 sa consommation d’énergie.

La totalité des dépenses s’élève à 45 000 euros pour une vieille maison en pierre. Une somme importante qui doit être employée très tôt pour permettre un retour sur investissement et des bénéfices par la suite.

Le jeune couple avec 2 enfants n’a pas fait de sacrifices sur la qualité de son confort (pas de retour à l’âge de la pierre), puisque la télévision, l’ordinateur et d’autres matériels sont normalement utilisés.

Première étape : L’isolation de la toiture et des murs extérieurs puis pose de fenêtres avec double vitrage ;

Deuxième étape : l’installation d’un puits enterré, appelé « puits canadien. Ce système permet de limiter l’écart de température entre l’extérieur et l’intérieur. La récupération de l’eau de pluie par un système de réservoir  sous terre ;

Troisième étape : L’achat d’un poêle à bois très performant utilisé comme chauffage principal. L’eau de la salle de bain est chauffée par deux panneaux solaires posés sur la toiture de la maison. De plus une éolienne permet de compléter le chauffage.

Quatrième étape : La mise en place de toilettes sèches.

De nombreuses actions permettent de limiter les pertes inutiles d’énergie en posant des doubles rideaux aux fenêtres et en privilégiant l’installation d’interrupteurs sur les appareils multimédias.

Ces économies d’énergies ont nécessité des dépenses, une implication personnelle, des devis demandés aux professionnels avant intervention, des recherches sur internet et des conseils auprès de personnes avisées.

Cette maison peut être visitée.

 

Association Crépy environnement et qualité de la vie

 

(A suivre)

 

 

Forum énergie 4

 

 

                  --------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Crépy-en-Valois environnement
  •  Crépy-en-Valois environnement
  • : dédié à Crépy-en-Valois, à la communauté de communes du pays de Valois, à la préservation de l'environnement, du patrimoine historique et naturel ainsi que de la qualité de vie des habitants de la région
  • Contact

Comité De Rédaction De L'association

  • Crépy en valois environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement

Recherche

Crépy En Valois, Pays De Valois, Oise, Environnement, Nature, Ecologie, Actualités