http://www.crepy.crepy.environnement.over-blog.fr
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 16:43
 
 
Communiqué de presse dU 29 MAI 2013
 
lA CENTRALE C’EST FINI
 
Ce 29 mai 2013 marque l’abandon officiel du projet de centrale au gaz à Verberie.
Le Schéma de Cohérence Territoriale a été approuvé en réunion du conseil du Syndicat Mixte de la Basse-Automne et de la Plaine d’Estrées (SMBAPE). Le site de Bellevue au-dessus de Verberie conserve son statut agricole.
Décidé en catimini en janvier 2008 avant les élections municipales, le projet vient d’être abandonné sous le regard vigilant d’une vingtaine de responsables associatifs.
Il aura fallu quasiment un mandat municipal pour que les porteurs du projet se rendent à la raison.
Bravo à tous ceux qui se sont mobilisés sans se décourager pendant ces 5 années. Par leur motivation constante, ils ont œuvré à préserver l’attractivité de leur territoire.
Merci à tous les responsables associatifs et élus de notre région qui ont soutenu l’action des habitants de nos communes, et dont l’action a permis de faire entendre leurs voix.
 
 
 
Franck Deboise
Président de l’association Pas de Centrale en Basse Automne.

 
 
Bois du roi - Biocorridor-copie-1



Commentaire de l’association Crépy environnement et qualité de la vie : 
 
 
Le  tribunal administratif d’Amiens a annulé en novembre 2011 la révision simplifiée du PLU de Verberie autorisant la construction de la centrale à gaz, mais la mairie a fait appel de cette décision.

Quelle est la suite ?

 
 Les regards se portent désormais vers un autre dossier tout aussi emblématique : le bois du roi, site forestier remarquable, classé ZNIEFF et ZICO, couloir écologique important, situé entre les villes d’Ormoy-Villers, Nanteuil le Haudoin et Péroy les Gombries, annexe du biocorridor de Roberval-Verberie, long de 150 km, reliant les forêts de l’Ile de France aux forêts du nord de l’Aisne et jusqu’aux Ardennes. Ce site, prés de Crépy en Valois, est en danger à la suite d’un projet  d’implantation au cœur du bois d’une carrière d’extraction de sable et d’une décharge de déchets ménagers et de rebuts de matériaux du bâtiment et de travaux publics.
 
 
 
Comme à Verberie, de nombreuses banderolles (99 au total) dénonçant ce projet sont accrochées aux murs, aux clôtures des maisons d’Ormoy Villers, où les habitants seront également victimes de ce projet extravagant.
 
 
 
Tadeusz LEWANDOWSKI

Secrétaire-adjoint de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost0
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 18:04

 

 

La ligne n°1 est un succès. Voici les chiffres du bilan de l’année 2012 :

-       Fréquentation de 1.500/2.000 personnes par jour ;

-      400.000 clients ont emprunté le bus en 2012 ;

-      Le cadencement est de 20 minutes ;

-      Longueur du circuit de 4815 m (un peu long) avec 10 arrêts :

-      Les arrêts les plus fréquentés sont la gare SNCF et le centre aquatique ;

-      Les passagers se composent de 65% de femmes et 35% d’hommes ;

-      La majorité des usagers sont âgés entre 15 et 50 ans. Les actifs sont les plus nombreux ;

-      Coût annuel 5.500.000 euros ;

-      Les passagers sont globalement satisfaits.

 

La 2ème ligne CYPRE sera mise en place fin 2013 avec une fréquence identique et le même schéma. Plusieurs zones de populations denses seront reliées  avec les arrêts suivants : Avenue de Senlis – Gare SNCF – Rue Sadi Carnot – Rue du bois de Tillet – Parc d’activités – Rue Henri Laroche – Centre aquatique. Le circuit ne dépassera pas les 4.000 m.

Cette 2ème ligne restera compatible avec les capacités financières de notre ville.

Les nouveaux modèles de bus seront plus performants et leur nombre doublé avec un passage obligatoire par la gare SNCF.

La mairie actuelle garantit la gratuité des lignes de bus. Un contrat de 5 ans a été signé avec le gestionnaire.

Le coût de revient annuel des deux lignes est estimé à 8.500.000 euros.

La ligne n° 1 sera modifiée avec une extension vers la périphérie de Bouillant et un départ du centre aquatique (Extension : Cours Foch – Avenue Gérard de Nerval – Carrefour des Tournelles – Avenue de l’Europe).

Les bus transiteront à partir du centre nautique de la ligne 1 vers la ligne 2 et vice-versa. Les deux lignes de bus auront un trajet de longueur équivalente.

Pas de 3ème ligne CYPRE de prévue.

Ces informations ont été fournies par la mairie. Des modifications sont toujours possibles.

 

 

 

 

Crépy en Valois - Lignes 1 et 2 CYPRE

                            En bleu, la ligne 1 et en noir la ligne 2

Repost0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 12:12

 

 

Conformément au plan de déplacement urbain, les travaux ont commencé Boulevard Victor Hugo, artère principale de notre ville empruntée par de nombreux poids lourds.

Les points les plus chauds de la circulation, outre l’avenue de Senlis, se concentrent autour de la gare, le centre commercial et le carrefour du pont St Ladre.

L’élargissement du boulevard avec la création d’une piste cyclable sécurisée et d’un trottoir plus conséquent est une bonne solution alors que le manque de voies de circulation douce est une réalité dans notre ville.

Aves les pistes cyclables protégées réalisées rue de la sablonnière et rue des érables, la perspectives d’un circuit permettant aux deux roues de sillonner notre ville prend forme. Toutefois le stationnement anarchique des véhicules dans les quartiers de notre cité soulève des problèmes de déplacements aux piétons. Il faut trouver une solution sans mécontenter personne.

La sécurité et le bien-être des habitants doit toujours être un point prioritaire lors d’importants travaux de voirie.

 

La construction du cinéma progresse depuis 3 mois. L’ouverture est prévue pour le mois de septembre 2013 (voir les photos).

L’association Crépy environnement et qualité de la vie s’inquiète des conséquences des travaux réalisés sur le boulevard Victor Hugo, notamment au niveau de la circulation des poids lourds et se demande si un plan provisoire de circulation concernant ces mastodontes a bien été élaboré pour éviter l’engorgement de ce boulevard et la dispersion des camions dans la ville.

Le maire, Arnaud Foubert, lors de la cérémonie officielle de lancement des travaux de l’avenue Victor Hugo le jeudi 23 mai 2013 a présenté le futur complexe cinématographique et le nouveau boulevard « relooké ». Les invités ont pu regarder la projection d’une vidéo.

Les responsables de l’aménagement de l’avenue ont répondu que la circulation sera interrompue au maximum 2 jours en août pour l’enrobage de la route et que les arbres seront préservés. Des réflexions sont en cours  pour la déviation momentanée des poids lourds (9000 à 10.000 véhicules/jours de tous gabarits comptabilisés).

Actuellement pour minimiser au maximum les perturbations, le stationnement des véhicules des entreprises de travaux publics s’effectue, au fur et à mesure des besoins, rue de la Petite Vitesse ou même à l’extérieur de la ville.

                                                                                                        

 

    

Cinéma Crépy - février 2013 (1)                   Cinéma février 2013                                                                                      

                                                                              

                                                                                                                                                                                                                                           

             Cinéma Crépy mars 2013 (1)                  Cinéma mars  2013                                       

 

 

 Crépy cinéma avril 2013 (2)

                   Cinéma avril 2013

 

Crépy en Valois - Le cinéma mai 2013

                   Cinéma mai 2013

 

 

Crépy en Valois - Travaux Bd V. Hugo mars 2013 (2)

                   Crépy en Valois les travaux boulevard Victor Hugo

 

Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 10:18

 

 

Des membres des associations « Crépy environnement et qualité de la vie » et « Valois environnement » ont été reçus le lundi 29 avril 2013 par Monsieur LEROY, Directeur de l’installation de stockage de déchets non dangereux de Crépy en Valois (ISDND de classe 2).

 

Un panorama de l’activité du centre d’enfouissement des déchets (CET) nous a été présenté :

-      Capacité annuelle de 120 000 tonnes dont 10% de déchets ménagers, le reste du tonnage se répartit entre des déchets industriels banals (D.I.B.) et rebus du bâtiment.

La majorité des déchets ménagers de la région sont transportés vers l’incinérateur de Villers St Paul  au frais des contribuables de la communauté des communes du pays de Valois ;

-      7 employés y travaillent ;

-      Un composteur de déchets et un chargeur à chenilles sont les deux engins de chantier nécessaires pour l’enfouissement des déchets ;

-      Une moyenne de 30 à 40 camions par jour. Le contrôle  du contenu se fait à l’entrée par la vérification des documents administratifs produits par le conducteur et visuellement lors du déchargement. La société compte également sur l’honnêteté des clients.

-      Un bio-générateur brûle le méthane dégagé par les déchets alimentaires ou verts et produit de l’électricité revendu à EDF.

La récupération du biogaz est assurée. Des puits installés tous les 30 mètres de diamètre aspirent le gaz véhiculé dans de nombreux tuyaux qui parcourent l’ensemble du site. Aucun risque de fuite puisque le circuit de récupération fonctionne en dépression et alimente la torchère et le moteur de production électrique. Ce gaz est injecté  dans le groupe électrogène composé d’un moteur de 1800 chevaux  et de 16 cylindres. Ce système peut brûler jusqu’à 750m3 de gaz par heure et produire 1250kw/h d’électricité 24 h sur 24. En cas d’arrêt inopiné du groupe électrogène, la torchère d’une capacité de 1000m3/heure entre automatiquement en fonction puisque la société a obligation d’éliminer le gaz extrait de la décomposition des déchets ménagers.  Un projet de chauffage de la piscine est en cours d’étude. A voir.

 

 

 

Crépy en Valois - CET mai 2013 (5)

 

 

 

 

 

Les spécifications techniques du site nous ont été résumées :

Le fond du casier est composé du bas vers le haut :

-      D’un géotextile de renforcement visant à assurer la parfaite stabilité dans le temps de l’ensemble ;

-      D’une couche d’1 mètre d’argiles venue de Vauciennes et de la région de Seine et Marne. Ces argiles ont été remaniées et compactées de façon à obtenir une très forte imperméabilité. Cette couche est renforcée par un géotextile bentonitique : la bentonite est une argile très fine et gonflante, parfaitement imperméable. Une goutte d’eau mettrait 30 ans pour traverser cette épaisseur ;

-      D’une géomembrane en polyéthylène haute densité ;

-      D’un géocomposite de protection et drainage.

 

Un point bas est aménagé en fond du casier et équipé d’un puits de pompage des lixiviats.

Les lixiviats (eaux de pluie ayant percolé au travers des déchets) sont collectés en fond de casier, pompés et traités sur la station communale exploitée par la SAUR.

Les eaux pluviales provenant des zones réaménagées sont collectées par des fossés périphériques et dirigées vers 3 bassins tampons et de décantation. Les eaux sont analysées par une société indépendante.

Si elles ne sont pas polluées, elles sont rejetées dans le milieu naturel. Si tel n’est pas le cas, elles sont traitées  avec les lixiviats récupérés et traités au niveau de la station d’épuration par la SAUR. Les lixiviats sont analysés trimestriellement par une société indépendante et certifiée. La qualité des eaux souterraines, actuellement conforme, sauf  en aval  immédiat de l’ancienne zone dépourvue  de membrane imperméable, est contrôlée semestriellement par 6 piézomètres.

La DREAL vérifie annuellement l’activité de la société.

Il est fortement question que les lixiviats soient traités dans des stations industrielles spécifiques (Villers St Paul par exemple).

 

Le comblement  du site est prévu en 2020. Après la fermeture de ce centre de stockage de déchets, un contrôle minimum de 30 années est nécessaire, mais une extension de la durée d’activité est toujours possible.

 

L’ISDND de Crépy en Valois reçoit les D.IB. et les rebus du bâtiment de la région  mais un projet d’enfouissement technique de déchets de même type  doit être installé au cœur du bois du roi (à 5 km), avec pour conséquence la destruction d’un site forestier remarquable pour sa biodiversité.

 

L’emprise foncière cumulée de la carrière d’extraction de sable et de l’ISDND de Crépy en Valois est actuellement de 95 hectares.

 

Crepy - CET mai 2013

                                              Vue panoramique du site mai 2013

Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 11:44

 

 

5 membres de l’association Crépy environnement et qualité de la vie et 2 membres de l’association Valois environnement ont été reçus par monsieur CAZES, directeur régional des sites de carrières de la société SIBELCO France et monsieur TESSIER, responsable régional exploitation.

 

Les caractéristiques de la société SIBELCO :

-      Entreprise internationale ;

-      10 000 employés dans le monde ;

-      4 000 en Europe ;

-      350 en France avec 3 sites en Picardie (Compiègne – Montgru et Crépy en Valois)

La carrière de Crépy en Valois a démarré son activité en 1955 sur une superficie de 24 ha.Elle  s’étend actuellement sur 70 ha et emploie une vingtaine d’employés.

En moyenne les concessions s’établissent sur une durée de 30 ans.

Un sable extra siliceux d’un taux de pureté de 99,7 % et 0,3% en teneur d’argile y est extrait. Ce sable est réservé pour le bâtiment, la verrerie, la céramique, les moules de fonderie, les peintures, la laine de verre, la laine de roche etc…

3 régions en France recèlent des réserves de sable de qualité :

-       La région parisienne, de Fontainebleau au sud de l’Oise ;

-       Entre Bordeaux et Arcachon ;

-       A proximité d’Avignon.

 

 

 

Crépy en Valois - Carrière

                                Vue aérienne de la carrière

 

 

 

 

Les conditions d’exploitation :

La couche supérieure, la terre est enlevée sur une profondeur de 20 m, stockée et réutilisée pour le réaménagement ultérieur du site.

Le sable extrait contenant 0,3% d’argile est transporté par tapis sur place vers l’usine. Il est lavé, essoré puis séché (3% à 4% d’humidité) avant d’être vendu aux clients. Analyse du sable tout les 3 mètres et l’extraction du matériau s’effectue sur 3 couches.

L’eau nécessaire, puisée dans la nappe phréatique, circule en circuit fermée avec peu de perte.

470 000 tonnes de sable sont extraites du site par an et 50 camions par jour en moyenne transportent ce matériau vers les clients (Le principal client est la société St Gobain).

Les jours d’ouvrables, les heures d’ouverture, s’étalent de 05h00 à 20h00.

 

Dans les années 1990, le recyclage du verre avait porté un rude coup à l’activité de l’entreprise. Depuis, celle-ci s’est diversifiée par le biais de la récupération et la vente du verre broyé.

La Direction Régionale de l’environnement, de l’Aménagement, et du logement de Picardie (DREAL) inspecte cette société 1 fois par an au titre des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE).

Des efforts importants sont entrepris pour diminuer l’impact visuel de cette carrière. La terre stockée est réemployée pour combler en partie l’excavation. Les surfaces réhabilités sont soit engazonnées, soit rendues aux agriculteurs. En cas d’arrêt de l’exploitation à la suite d’un dépôt de bilan par exemple, les assureurs interviennent pour le réaménagement du site.

Un analyseur de poussière fonctionne constamment sur la carrière. L’usine de conditionnement du sable rejette de la vapeur d’eau et du CO2.

 

 

 

 

Crépy - Carrière (3)

                              Visuel sur le site de la carrière

 

La société SIBELCO n’a pas de projet de comblement des anciennes carrières par des déchets, à contrario du projet porté par la société Bois du Roi Paysager  dit « Ecopôle » (Carrière d’extraction de sable et centre d’enfouissement technique de déchets) prévu au cœur du bois de Roi, zone naturelle sensible et biocorridor important au nord de l’Ile de France.

 

(Prochain article : Le centre de stockage des déchets non dangereux de Crépy en Valois)

 

 

 

 

Repost0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 12:15

 

 

La modification n°3 du plan local d’urbanisme de Crépy en Valois permettra :

-      De requalifier le secteur Carnot (La ferme St Lazare) d’une superficie de 20 300 m2 pour une capacité de 160 logements, avec une densité moyenne de 80 logements/hectare ;

-      De modifier l’orientation du secteur Nord Tillet  avec une capacité de 180 logements (75/80 logements/hectare pour la partie collectifs, 40/45 logements/hectare pour la partie individuels) et du secteur Sud Tillet avec une capacité de 75 logements pour une densité moyenne de 60 logements/hectare.

 

Notre association est très préoccupée par l’étalement urbain, le grignotage des terres agricoles périurbaines artificialisées de manière irréversible,  la disparition des surfaces forestières et l’aménagement des voies roulantes. Les déplacements doux, les transports en commun doivent être priorisés par rapport à la voiture.

Ce projet s’inscrit bien dans le cadre d’une réorganisation d’une superficie disponible non consommateur d’espace puisqu’il utilise un ancien site industriel.

En milieu urbain collectif, la présence d’espaces verts est indispensable. L’implantation des logements en retrait par rapport à la voirie crée des espaces tampons semi-privés entre la rue et l’appartement. Ils donnent un équilibre contrebalançant l’ambiance minérale, contribuent au bien-être des habitants et rendent acceptable la densité des logements. Il faut également introduire une diversité architecturale en rupture avec la monotonie des lotissements, proposant un éventail de logements convenant à différentes catégories socioprofessionnelles.

Une dose de mixité, partie collectifs et partie individuels, sur le secteur Nord Tillet conforte cette diversité architecturale.

Les capacités de logements prévues par rapport à la superficie utilisée se trouvent dans la moyenne des densités des projets nationaux actuels.

La rue du bois de Tillet et la rue St Germain seront aménagées pour assurer la sécurité des usagers et des habitants du secteur.

Le carrefour entre les deux voies sera requalifié afin de limiter le flux généré par la zone d’activités économiques.

Du côté de la rue du bois de Tillet, les circulations seront bien marquées afin de favoriser la sécurité des usagers.

Rue Sadi Carnot, un giratoire sera réalisé au niveau de l’intersection avec la rue du bois de Tillet et la rue Henri Laroche. Il assurera la fluidité et la sécurité  des circulations au niveau des trois voies et au niveau quartier.

Les gabarits des voies devront prendre en compte le développement à moyen et long terme des quartiers limitrophes.

 

L’association Crépy en Valois et qualité de la vie émet un avis favorable à la modification n°3 du plan local d’urbanisme de la ville de Crépy en Valois, sous réserves des conditions suivantes :

-      Qu’une piste cyclable sécurisée soit installée rue du bois de Tillet (Entre le rond point Sadi Carnot et le carrefour Tillet/St Germain) et rue St Germain. Elle doit être reliée au circuit de pistes cyclables  prévu dans le projet du P.D.U. L’interdiction de circuler pour les poids lourds doit être absolument maintenue  rue du bois de Tillet ;

-      Que la priorisation des transports en commun soit effectivement prise en compte par rapport à la voiture. Une 2ème ligne de bus Cyprès doit être mise en place pour permettre une liaison rapide des nouveaux habitants avec le centre ville. Si possible deux places de parking doivent être réalisées pour chaque logement  et ainsi éviter le stationnement des voitures sur la rue du bois de Tillet ou pire sur les trottoirs comme cela se fait dans beaucoup de quartiers de la ville ;

-      Que l’accès aux immeubles ne se fasse pas par la rue St Germain, dangereuse, utilisée par de nombreux camions provenant de la zone industrielle ;

-      Qu’en plus de la diversité architecturale, la construction des logements aux normes BBC soit privilégiée.

-      Les constructions de logements ne doivent pas dépasser les limites des rues St germain et Sauvy, compte-tenu du plan de prévention des risques technologiques concernant FM Logistic.

 

 

Il est regrettable de ne pas prendre en compte la totalité des terrains, dont une friche industrielle située entre les secteurs Carnot et Nord Tillet avec des bâtiments délabrés occupés malheureusement par des squatters et des sols jonchés de produits toxiques (pots de peinture par exemple).

Il semble qu’aucune réflexion n’ait été engagée sur la fluidité de la circulation entre le rond-point Sadi Carnot et le carrefour Tillet/St Germain puisque les immeubles déverseront  les voitures sur la rue du bois de Tillet déjà bien encombrées avant qu’une voie de circulation ne viennent diriger le flot de véhicules sur le rond point Sadi Carnot.

Que deviennent les jardins communaux situés entre les deux zones d’aménagement.

 

Yves MOUNY,                                      Lydia LAURENT,

Président de l’association                      Vice-présidente de l’association

Signé : MOUNY                                    Signé : LAURENT        

 

 

 

Philippe MARAT,                                  Tadeusz LEWANDOWSKI,

Secrétaire de l’association                    Secrétaire-adjoint de l’association

Signé : MARAT                                    Signé : LEWANDOWSKI

 

Crépy - Plan modification PLU n°3

 

 Crépy PLU aménagement rue du bois de tillet

 

 

 

Crépy - PLU bâtiment délabré 3

                                                Ancien bâtiment industriel délabré

 

 

 

Repost0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 12:29

 

 

 

L’assemblée générale du R.O.S.O. (Regroupement des organismes de Sauvegarde de l’Oise) s’est déroulée le samedi 06 avril 2013 à Vineuil St Firmin en présence de nombreux adhérents.

 

Le président, Didier Malé, prit la parole et voici quelques extraits :

« Le R.O.S.O continue sa route depuis plus de 38 ans et je pense que c’est un exemple à suivre à plusieurs titres :

-      Un conseil d’administration qui se régénère sans fracture ;

-      Des membres renouvelés avec un effectif croissant ;

-      Une indépendance financière ;

-      Une analyse objective et réfléchie ;

-      Une bonne connaissance juridique ;

-      Une capacité d’action sur la totalité de l’Oise et sur tous les sujets.

 

Je m’efforce de garder le cap tracé par mes prédécesseurs au cours de ces 38 dernières années, à  la défense de l’environnement et du cadre de vie de notre département. Je compte poursuivre mon action autour de 6 grands axes :

-      Poursuivre les relations régulières et suivies avec les services de l’Etat dans l’Oise, avec le Département, la Région et les collectivités locales ;

-      Poursuivre les actions liées à la communication du R.O.S.O. et au développement durable auprès des citoyens ;

-      Poursuivre et renforcer notre action juridique (recours administratif et pénal contre les pollueurs) auprès de nos membres  avec l’appui du cabinet d’avocats Frison, Decramer et Associés. Assurer le lien régulier avec les autorités de justice (Parquets, gendarmerie,…) ;

-      Renforcer notre présence et nos observations dans les enquêtes publiques ;

-      Accroître le nombre d’adhérents au R.O.S.O. en renforçant notre assistance auprès d’eux (Financière et juridique) ;

-      Assurer notre indépendance financière.

 

Au travers d’un conseil d’administration efficace, de la présence de représentants du R.O.S.O. dans plus de 50 commissions, notre action doit être partagée et renforcée avec les membres du R.O.S.O.

 

 

Carte implantation ROSO

 

 

 

Les grandes actions du R.O.S.O. en 2012 :

 

L’année 2012 a été une année bien remplie pour le R.O.S.O. :

 

-      Les nombreuses réunions sur MAGEO* et le canal Seine-Nord avec la rédaction d’un mémorandum du R.OS.O. ;

 

-      Les actions en faveur de la défense des milieux naturels remarquables : Massifs des trois forêts, corridors écologiques, DOCOB*, Zone Natura 2000, corridor de Verberie, bois du roi… ;

 

-      Le prix du développement durable 2012 aux collectivités : action soutenue par la DREAL* de Picardie ;

 

-      Le projet Arc de Dierrey (canalisation de transport de gaz naturel entre Cuvilly et Voisines) ;

 

-      Les P.P.R.T. (Plans de préventions des risques technologiques) ;

 

-      L’aéroport de Beauvais et l’aérodrome de Persan-Beaumont ;

 

-      La protection de la ressource en eau (Captages et rivières…) ;

 

-      Les actions juridiques devant les tribunaux correctionnels ou administratifs ;

 

-      La commission d’aménagement commercial ;

 

-      La CDNPS*, le CODERST*, la CDCEA* ;

 

-      La commission des commissaires enquêteurs ;

 

-      Le travail sur l’aménagement dans les SCOT*et les PLU* ;

 

Il existe beaucoup d’autres actions du R.O.S.O. et il faut s’attendre à une année 2013 bien remplie. Le R.O.S.O. maintiendra une grande vigilance vis-à-vis des atteintes à l’environnement  dans l’Oise.

 

 

 

Les représentants du bureau directeur du R.O.S.O., après certaines question posées par l’assemblée, sont intervenus sur :

 

-      Les problèmes de la qualité de l’eau dans notre département et notamment du bassin de l’Aronde très fragile et souvent victime de pollutions (Stations d’épuration en panne ou mauvais fonctionnement). Le projet du canal seine-Nord est abandonné. Le comité ressources en eau ne se réunit plus depuis qu’il pleut. Les services de l’Etat sont incapables de réfléchir et d’anticiper les problèmes de sécheresse. Le creusement sur 1 m de profondeur doit être réalisé mais aucune étude sérieuse n’a été faite sur les conséquences (remontées des pollutions du fond par exemple) ;

 

-      La construction d’une canalisation de transport de gaz. Bon dialogue avec GRTgaz. Etude correcte des risques. Avis favorable avec quelques réserves du R.O.S.O. concernant la protection de la population de Levignen et l’obligation de préserver toutes les continuités écologiques ;

 

-      La proposition  pour le financement d’un expert dans certains dossiers complexes (Le conseil d’administration statuera) ;

 

-      Le centre d’enfouissement technique d’Hardivilliers avec 1000 tonnes au lieu des 50.000 tonnes annuelles prévues (à méditer) ;

 

-      Le responsable du développement durable au Conseil général entretient des rapports difficiles avec les services techniques. De plus,  pour la D.D.E  les liaisons routières semblent prioritaires par rapport aux continuités écologiques ;

 

-      Le SCOT de l’ARC (Agglomération de Compiègne) est contesté par la fédération départementale des agriculteurs et l’association « maisons paysannes »  à la suite une consommation trop importante de l’espace agricole. La défense de l’environnement rejoint le monde des agriculteurs. Suivant la loi SRU, les politiques d’aménagement à long terme du territoire s’effectuent au niveau des PLU et des SCOT (Urbanisme, protection de la nature, transports, gestion de l’eau, santé, espaces agricoles, zones commerciales et économiques, accueil des habitants), mais bien souvent les seuls critères qui intéressent les élus sont les zones à urbaniser ;

 

-      Le Grenelle de l’environnement : Un réseau des corridors écologiques, opposable aux projets d’urbanisme, doit être répertorié dans les régions. Beaucoup d’oppositions. Le R.O.S.O. participera aux ateliers. In fine un arrêté du préfet définira les périmètres à protéger ;

 

-      Natura 2000 : L’Etat doit promulguer une loi ou amende de l’Europe. La ministre de l’environnement doit contacter les associations pour la création d’une agence de la biodiversité qui remplacera plusieurs commissions. Elle aura plus de pouvoirs et de moyens financiers avec un rôle de conseils et d’actions ;

 

-      L’agrément du R.O.S.O. se termine fin 2013. Le renouvellement pour 5 ans ne doit pas poser de problème. Plus d’agrément au niveau communal ou intercommunal. Au niveau départemental les critères sont de 100 membres actifs au minimum localisés sur 2 arrondissements avec une publication des comptes  sur un site internet. Depuis 2012 le R.O.S.O. est un organisme d’intérêt général. Une demande sera faite pour qu’il soit déclaré d’utilité publique avec la possibilité de siéger dans des assemblées consultatives des organismes publics ;

 

-      Le R.O.S.O. est ferme sur l’incompatibilité des fonctions d’élus et de  commissaire enquêteur. Parfois les commissaires enquêteurs n’ont pas les compétences nécessaires pour appréhender la complexité de certains dossiers ;

 

-      Effectivement depuis novembre 2011, les couloirs aériens ont été modifiés et malheureusement les habitants du sud de l’Oise subissent les nuisances du survol des avions provenant ou atterrissant à ROISSY CDG. A suivre le recours porté devant le Conseil d’Etat par certaines associations.

 

 

 

Les comptes du R.O.S.O. furent approuvés par l’assemblée.

 

 

 

Conclusion du président :

 

La crise économique qui frappe beaucoup de français ne doit pas faire oublier la crise écologique toujours présente (santé, environnement). Les pollutions chroniques, diffuses nous impactent chaque jour. La disparition des espèces végétales ou animales est une véritable préoccupation pour les générations futures ou pour l’équilibre de la planète.

 

Le R.O.S.O., fidèle à ses convictions, doit poursuivre son action sans langue de bois, sans compromission et en gardant ce capte, il inspire pour beaucoup de citoyens le respect et pour d’autres la crainte de le trouver un jour sur sa route.

 

Je souhaite un R.O.S.O. combatif, militant s’il le faut, indépendant et solidaire dans son action.

 

 

 

Clôture de la réunion suivie d’un pot.

 

 

 

 ROSO-Assemblée générale avril 2013

                                    L'assemblée générale du 06 avril 2013

 

 

 

 

 

*MAGEO : Mise au gabarit européen de l'Oise entre Compiègne et Creil.

 

*DOCOB :  Documents d’objectifs.

 

*DREAL   : Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement.

 

*CDNPS :   Commission départementale de la nature, des paysages et des sites.

 

*CODERST : Conseil de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques.

 

*CDCEA  :  Commission départementale de la consommation des espaces agricoles.

 

*SCOT : Schéma de cohérence territoriale.

 

*PLU : Plan local d’urbanisme.

 

 

 

 

 

 

Repost0
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 12:14

 

6 membres de notre association se sont rendus le lundi 18 mars 2013 à la maison de l’environnement de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle.

Nous avons été reçus par un contrôleur aérien volontaire pour recevoir les visiteurs et répondre aux interrogations que se posent les personnes sur le trafic, les couloirs aériens et les nuisances qui en découlent.

Voici les explications que nous avons reçues :

 

Entre 1600 et 1700 mouvements d’avions par jour avec un maximum de 2000 mouvements journaliers sont comptabilisés sur l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle (200 000 passagers et 5000 tonnes de fret par jour).

Le trafic passager est interrompu de minuit à 05H00 mais le trafic fret ne s’arrête pas.

L’aéroport dispose de deux pistes extérieures de 2700 m pour les atterrissages et de deux pistes intérieures de 4000 m pour les décollages. Les différents mouvements d’avions sont espacés de 90 secondes. 4 points d’entrée existent pour les avions vers l’aéroport.

300 contrôleurs aériens sont présents à Roissy. 2 tours de contrôle surveillent le trafic aérien. La nuit seule une tour fonctionne.

 

Le nouveau  projet  de circulation aérienne a été scindé en 3 phases entre 2008 et 2011. La phase 3 concernait le relèvement général des altitudes d’arrivées sur Paris-CDG et Paris-Le Bourget ainsi que certaines trajectoires d’arrivée sur Paris-Orly.  Suivant la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC), ce nouveau dispositif de circulation aérienne devait permettre de mieux prendre en compte la qualité de vie des riverains et de mieux répondre aux exigences du Grenelle de l’environnement tout en maintenant les objectifs de sécurité.

Une enquête publique a été mise en place en janvier 2011 avec une concertation entre les autorités et les représentants des populations  survolées.

Un relèvement général  de l’altitude d’arrivée des avions à destination de Paris-CDG et de Paris-Le Bourget a été décidé. Ainsi le système d’atterrissage aux instruments (ILS) prend en charge les avions en phase d’atterrissage dés 1500 m au lieu de 1200 m précédemment avec une espérance de réduction des nuisances sonores au sol de 3 à 4 décibels. Cette réorganisation de l’ensemble du dispositif de circulation aérienne en région parisienne a pour conséquence un déplacement  de plus de 6 km vers l’est des couloirs aériens des avions en phase d’approche vers Roissy-CDG par vents d’ouest.

Dés le début de ce projet les contrôleurs aériens pensaient que les problèmes de nuisances sonores n’avaient été que déplacés vers des régions plus lointaines.

 

Couloir aérien prés de Crépy

                     En bleu, nouveau couloir aérien par configuration vents d'ouest

 

 

Nos commentaires :

 

 

Malheureusement la mairie de Crépy en Valois n’a pas été informée de cette enquête publique et n’a pas pu participer aux débats. Depuis le 17 novembre 2011, par vent d’ouest, certains avions survolent à basse altitude les quartiers sud de notre ville lors de leur phase d’approche de l’aéroport Roissy-CDG. D’autres en phase de décollage traversent également l’espace aérien de notre ville, perturbant la vie des habitants. (Les nuisances aériennes sont plus gênantes en été).

 

Vous pouvez voir ces couloirs aériens, matérialisés en bleu sur la carte, tutoyant les limites sud de Crépy en Valois (Altitudes moyennes des avions entre 2500 m et 3000 m mais parfois beaucoup plus basses).

 

Certaines régions de l’Aisne, de la Seine et Marne et même de l’Aube sont maintenant concernées (jusqu’à 90 km de l’aéroport) mais la réduction des nuisances sonores de 3 à 4 décibels est imperceptible pour l’oreille humaine.

 

Une solution est avancée par des associations : Celle de l’approche en descente continue, technique qui permet aux pilotes de conduire le vol à l’arrivée d’un aéroport en évitant des paliers d’altitude inutiles.

 

Ce procédé est utilisé sur l’aéroport de Londres-Heathrow.

 

Mais selon la DGAC et les contrôleurs aériens, cette solution serait difficilement applicable à ROISSY-CDG au vu des  couloirs aériens existants à l’approche de l’aéroport et des nombreux mouvements d’avions.

 

Actuellement la phase de descente comporte des paliers à faible altitude qui nécessitent des reprises de poussées des réacteurs et l’utilisation de systèmes hypersustentateurs (les volets de bord de fuite par exemple) générant beaucoup plus de bruit.

 

Malheureusement les nuisances sonores sont toujours là et la surconsommation de kérosène est patente puisqu’ Air France a chiffré à 8 millions d’euros le surcoût de ce nouveau dispositif  pour l’année 2012, en contradiction avec les engagements du Grenelle de l’environnement.

 

 

 

Notre association a conscience que Aéroport de Paris (ADP) est un gros employeur qui  permet à de nos nombreuses personnes de trouver un emploi.

 

Nous demandons que la mairie soit invitée par ADP à des réunions d’informations notamment sur les modifications des couloirs aériens, sur les possibilités d’installation de capteurs phoniques pour évaluer les nuisances sonores des avions traversant l’espace aérien de notre ville.

 

 

 

Pour mémoire, des associations contestent ce nouveau dispositif de circulation aérienne et ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat contre l’arrêté ministériel instaurant ce nouveau dispositif.

 

 

Avion en phase d'approche à basse altitude en direction de

           Avion en phase d'approche vers l'aéroport de Roissy et survolant Crépy en Valois

 

 

 

 

Avion en décollage vers Crépy

            Avion en décollage de l'aéroport de Roissy survolant  Crépy en Valois

 

 

 

 

 

Repost0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 16:02

 

Communauté de communes du            Nanteuil-le-Haudoin, le 25.01.2013

Pays de Valois

 

 

                                                         Monsieur Didier MALE

                                                          Regroupement des Organismes

                                                          De Sauvegarde de l’Oise   

 

 

Objet : Enquête publique – Projet de révision simplifiée n°1 du PLU d’Ormoy-Villers.

 

N/Ref : ACC/SL

Anne-Claire CHOQUER, Directrice générale des services.

Stanca LAZARESCU, chargée de mission aménagement du territoire.

 

Monsieur le président,

 

Nous avons bien reçu votre courrier au sujet de l’avis formulé par la Communauté de communes dans le cadre de l’enquête publique organisée à l’occasion du projet de révision simplifiée de PLU engagée par la commune d’Ormoy-Villers.

 

La communauté de communes du pays de Valois, en tant que personne publique associée, a effectivement  été amenée à formuler un avis qu’elle a rendu dans le cadre d’examen conjoint du dossier par l’ensemble des personnes publiques associées, le 10 janvier 2012.

 

Vous avez exprimé votre souhait de connaître notre avis sur ce projet. Je vous prie ainsi de bien vouloir le trouver ci-après, tel qu’il avait été formulé à la date ci-dessus mentionnée :

 

« Contrairement à l’exposé de la note de présentation du projet de révision de PLU d’Ormoy-Villers (page10 et 11), la comptabilité du projet d’écopôle du bois du roi : centre de traitement et de valorisation des matériaux incluant un centre d’enfouissement technique (CET) avec le SCOT ne nous paraît pas évidente.

 

Le massif du bois du roi est en effet désigné dans le document d’orientations générales (DOG) du SCOT comme « support d’une continuité écologique majeure du territoire du pays de Valois et au delà même. Il existe déjà de fortes pressions sur cet espace notamment du fait des infrastructures existantes : RD 136 et RN2. Ors, les accès et le projet même de centre de traitement et de valorisation des matériaux incluant un centre d’enfouissement technique, se trouvent sur des axes de biocorridors inscrit au DOG. Malgré les adaptations du projet afin d’en réduire, les impacts résiduels sur la faune et la flore ne sont pas anodins :

Destruction d’habitant et perte d’espèces rares et remarquables à l’échelon régional. Comme il est rappelé à la page 119 du rapport du bureau d’études OGE, « les mesures compensatoires ont un caractère exceptionnel et sont envisageables dès lors qu’aucune possibilité de supprimer ou de réduire les impacts n’a été déterminée ». Les mesures compensatoires ne sont acceptables que pour les projets dont l’intérêt général est reconnu.

 

Bien que la communauté de communes souhaite privilégier la valorisation des matériaux inertes et soutenir l’organisation d’une filière de récupération/valorisation comme indiqué dans son SCOT (Axe 2 du PADD – page 23du DOG), l’implantation d’un projet tel que celui de l’écopôle, en plein cœur du bois du roi, ne nous paraît pas adéquate, il nous semble en effet que le projet d’écopôle du bois du roi pourrait mettre en cause la préservation de la zone de coupure d’urbanisation entre les communes d’Ormoy-Villers et Péroy-les-Gombries, instaurée par le SCOT. L’aménagement de deux accès au site d’enfouissement des déchets et aux plateformes techniques : voie d’accès poids lourds de 1.1 km et voie de liaison avec la plateforme de transbordement, de traitement et de stockage des déchets ne pourra qu’y contribuer.

 

L’évaluation des impacts du trafic routier engendré, et l’exposé des mesures de leur suppression ou de leur réduction, nous paraissent insuffisants. Il nous semble pourtant indispensable que des aménagements routiers soient prévus pour sécuriser d’une part l’intersection entre la RD 136 et l’accès principal au site, d’autre part la proximité des parkings du site d’accueil du public de « La Pierre Glissoire ». En même temps, ceux-ci risquent de renforcer l’interruption de la continuité écologique existante.

 

Nous n’avons d’ailleurs pas trouvé de mention concernant l’aménagement du passage à niveau à l’entrée d’Ormoy-Villers.

 

Enfin, la communauté de communes du pays de Valois s’inquiète de la coexistence du projet d’écopôle avec celui de la voie verte Mareuil-sur-Ourcq – Ormoy-Villers et souhaite toutes garanties pour que ce dernier n’ait pas à en subir des conséquences négatives, en particulier sur les points suivantes :

 

-      Nuisances visuelles (Impact sur le paysage, traitement de l’entrée de la voie pour les promeneurs) ;

-      Nuisances olfactives (odeurs) ;

-      Nuisances auditives (bruit) ;

-      Problème de poussières ;

-      Aménagement et entretien du tronçon du délaissé ferroviaire s’il venait à terme à être partagé entre la SCI du bois du roi et la Communauté de communes.

 

Pour ces différentes raisons, et par souci d’une gestion économe de l’espace, de la maîtrise des déplacements, et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la Communauté de communes du pays de Valois émet un avis réservé comme elle a pu déjà le faire dans le cadre de l’élaboration du PLU de la commune de Péroy-les-Gombries.

 

 

Pour le président de la communauté

de communes du Pays de Valois.

Par délégation,

Le directeur général des services,

Anne-Claire CHOQUER

 

Coulée verte n°1                        Bois du roi - Le tracé de la voie verte

 

 

Pétition mise en place par l’association « Valois environnement » qui sera adressée à la ministre de l’environnement et du développement durable.

 

Chaque personne qui signe renforce notre mobilisation. Merci de prendre une minute pour partager ce lien avec tous vos contacts:

http://www.avaaz.org/fr/petition/SAUVEZ_LE_BOIS_DU_ROI/?tKpDweb

Ensemble, provoquons le changement,

---
Voici la pétition à envoyer à vos amis:

SAUVEZ LE BOIS DU ROI
Le Bois du Roi, site classé Natura 2000, reconnu pour sa remarquable biodiversité, enclavé entre les communes de Péroy les Gombries et Ormoy Villers, est aujourd’hui menacé par un projet de Centre d’Enfouissement Technique pompeusement rebaptisé « ECOPOLE ».

Ne vous y trompez pas, nous parlons bien d’une décharge de 40 ha avec une capacité de stockage de 150 000 tonnes/an sur 30 ans d’exploitation et 20 de surveillance.
Ce projet s’accompagnera d’un va et vient quotidien de 200 camions sur la RD 136 entre Nanteuil le Haudouin et Ormoy Villers.
La population ne sera pas épargnée, elle subira toutes sortes de pollutions, certaines pathologies comme les cancers, les maladies respiratoires verront leur nombre augmenter de manière significative.
La nappe phréatique qui traverse le site sera contaminée par les eaux de ruissellement, aucune protection ne peut aujourd’hui garantir une parfaite étanchéité sur une durée de 50 ans !


http://www.avaaz.org/fr/petition/SAUVEZ_LE_BOIS_DU_ROI/?tKpDweb

 

Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 12:04

 

 

Communiqué de presse N°2/2013 du ROSO : Le ROSO scandalisé par le rapport du commissaire enquêteur pour l’enquête publique de la révision du PLU d’Ormoy-Villers.

 


L’enquête publique qui s’est tenue en ce début d’année dans le cadre de la révision du PLU d’Ormoy-Villers avait pour objet de permettre la création du centre d’enfouissement de déchets dans le site naturel exceptionnel du Bois du Roi. Le ROSO avait fait annuler une première fois l’enquête publique en septembre 2012 pour vice de forme. Lors de cette première demande d’annulation adressée au préfet de l’Oise, le ROSO avait déjà fait part du comportement peu impartial du commissaire enquêteur, Monsieur Adrien Petit. Dans le cadre de la deuxième enquête publique, le ROSO a signalé par courrier adressé en date du 2 février 2012 à Madame la Présidente du Tribunal administratif, les difficultés rencontrées par le commissaire enquêteur et demandé un renfort par un commissaire suppléant.

 

La lecture du rapport dont nous avons pris connaissance hier, scandalise le ROSO par les propos tenus par le commissaire enquêteur dans les conclusions de son rapport :

 

Chapitre 3.1 : observations du public et des associations : « L’étude de toutes les observations et documents montre un climat passionné qui ne peut déboucher que sur des formules imprécises, peu argumentées voire sans nuances ». »Le dossier n’a que peu été étudié. Le bouche à oreille a été plus efficace. Les associations qui sont intervenus dans le débat ont totalement ignoré les dispositions de la Directive Habitats et l’étude environnementale et d’incidence. « Néanmoins l’expression a été globalement insuffisamment argumentée. ».La raison n’est pas la vertu la mieux partagée dans ce dossier ».

 

La lecture des conclusions du rapport ne montre que des incohérences d’analyses et d’un jugement partisan. La mission qui se devait être impartiale de la part de ce commissaire enquêteur est gravement remise en cause pour le ROSO.

 

Le ROSO envisagera les suites juridiques à donner à ce rapport et notamment une demande de radiation de la liste des commissaires enquêteurs.

 

Pour ce qui est de l’approbation déjà faite par le conseil municipal de cette révision du PLU d’Ormoy-Villers , le ROSO a décidé à l’humanité lors de son conseil d’administration d’hier, d’attaquer cette délibération devant le tribunal administratif.

 

-- 

Didier Malé
Président du ROSO
www.asso-roso.org

  

  

  
Bois du roi 1
       Le bois du roi - Lieu de promenade pour les habitants du pays de Valois



Pétition mise en place par
l’association « Valois environnement » qui sera adressée à la
ministre de l’environnement et du développement durable.

Chaque personne qui signe renforce notre mobilisation. Merci de prendre une minute pour partager ce lien avec tous vos contacts:

http://www.avaaz.org/fr/petition/SAUVEZ_LE_BOIS_DU_ROI/?tKpDweb

Ensemble, provoquons le changement,

Voici la pétition à envoyer à vos amis:

SAUVEZ LE BOIS DU ROI
Le Bois du Roi, site classé Natura 2000, reconnu pour sa remarquable biodiversité, enclavé entre les communes de Péroy les Gombries et Ormoy Villers, est aujourd’hui menacé par un projet de Centre d’Enfouissement Technique pompeusement rebaptisé « ECOPOLE ».

Ne vous y trompez pas, nous parlons bien d’une décharge de 40 ha avec une capacité de stockage de 150 000 tonnes/an sur 30 ans d’exploitation et 20 de surveillance.
Ce projet s’accompagnera d’un va et vient quotidien de 200 camions sur la RD 136 entre Nanteuil le Haudouin et Ormoy Villers.
La population ne sera pas épargnée, elle subira toutes sortes de pollutions, certaines pathologies comme les cancers, les maladies respiratoires verront leur nombre augmenter de manière significative.
La nappe phréatique qui traverse le site sera contaminée par les eaux de ruissellement, aucune protection ne peut aujourd’hui garantir une parfaite étanchéité sur une durée de 50 ans !


http://www.avaaz.org/fr/petition/SAUVEZ_LE_BOIS_DU_ROI/?tKpDweb






Prochainement : Avis de la communauté du Pays de Valois
Repost0

Présentation

  • : Crépy-en-Valois environnement
  •  Crépy-en-Valois environnement
  • : dédié à Crépy-en-Valois, à la communauté de communes du pays de Valois, à la préservation de l'environnement, du patrimoine historique et naturel ainsi que de la qualité de vie des habitants de la région
  • Contact

Comité De Rédaction De L'association

  • Crépy en valois environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement

Recherche

Crépy En Valois, Pays De Valois, Oise, Environnement, Nature, Ecologie, Actualités