http://www.crepy.crepy.environnement.over-blog.fr
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2019 4 14 /02 /février /2019 10:46

..

1.La précarité médicale

Les habitants de Crépy en Valois pour ceux ayant un médecin généraliste traitant, ne sont pas inquiets et pensent que la situation s’est stabilisée.

Mais non ! Puisque 3 médecins de la maison médicale ont dépassé l’âge de la retraite et peuvent à tout moment cesser leurs activités. Leurs patients auront beaucoup de mal à trouver un autre médecin traitant.

.

En juillet 2017 lors d’une réunion, un maire-adjoint certifiait que 4 locaux seraient prêts à recevoir des médecins généralistes à l’Espace Rameau au 1er janvier 2018.

Pour l’instant, début 2019, il n’y a rien à l’horizon et les affirmations de la mairie pour la reprise d’un étage à l’Espace Rameau dans le but de créer des locaux médicaux, sont certainement comme toujours trop optimistes.

.

Rien n’est résolu actuellement et la mairie ne semble pas être un élément moteur !

Pourtant notre association s’est inquiétée dès septembre 2013 de la situation médicale à Crépy en Valois et a participé à une réunion publique d’informations pilotée par la société Ascentis qui avait publié un compte-rendu et indiqué les différentes solutions à appliquer. Que de temps perdu depuis !

.

2.L’obsession de construire

A cours terme, 900 personnes doivent s’installer dans notre ville. Ils rechercheront aussitôt un médecin traitant et se sera comme dans un film français bien connu « La course à l’échalotte », la foire d’empoigne pour trouver son médecin traitant.

Malgré toute l’implication et le dévouement de tous les médecins généralistes de Crépy en Valois, ils ne pourront pas faire face à la demande.

Notre association a déjà fait part à la mairie de la priorité des priorités avant toute mise en place d’une politique de constructions tous azimuts : Trouver rapidement une solution pertinente au problème de recrutement de médecins généralistes avec l’aide, pourquoi pas, de la communauté de communes du pays de Valois comme dans le Noyonnais.

Effectivement, l’arrivée de la clinique St Côme avec ses médecins spécialistes, la construction d’un centre de dialyses de 8 lits est une bonne chose mais ne résoudra pas le manque de médecins généralistes.

.

3.La solution

Cette solution ne pourrait venir qu’en complément à la maison médicale actuelle et non en concurrence et nous vous proposons de lire le compte-rendu du débat public du 22 janvier 2019.

Cliquez sur le lien suivant :

http://crepy.environnement.over-blog.fr/2019/01/communaute-de-communes-du-pays-de-valois-debat-public-sur-le-theme-d-un-centre-de-sante-a-crepy-en-valois.html

.

Ci-dessous un article très intéressant paru dans le journal « Les Echos » du mercredi 13 février 2019.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

Communauté de communes du pays de Valois : La précarité médicale guette les habitants de Crépy en Valois
L'Espace Rameau à Crépy en Valois

L'Espace Rameau à Crépy en Valois

Repost0
11 février 2019 1 11 /02 /février /2019 11:52

1.Ce document répertorie la faune et la flore du territoire. Il permet aux élus de guider leurs interventions.

La ville de Crépy-en-Valois avait déjà une longueur d’avance. Elle a décidé de maintenir l’allure en réalisant son deuxième Atlas de la biodiversité communale. Un document élaboré par le Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) à partir d’inventaires de la faune et de la flore réalisés sur dix sites de la ville.

Des résultats partiels viennent d’être fournis à la municipalité. Ils permettent un comparatif avec le précédent Atlas, réalisé en 2013. « Il n’y a pas d’explosion de nouvelles populations ou de nouvelles essences mais un maintien alors que l’on constate un recul dans certaines communes », explique Murielle Wolski, adjointe au maire chargée de l’environnement.

.

2.Objectif :  adopter une politique encore plus vertueuse

La présence de chauves-souris est en augmentation, tout comme celle des lézards des murailles. La population des moineaux, qui tendent à disparaître en France, est stable à Crépy-en-Valois. « Cela prouve que nous sommes un territoire suffisamment sain pour ne pas qu’ils disparaissent », se réjouit Murielle Wolski.

Cet Atlas permet aux élus de guider leurs interventions pour « adopter une politique encore plus vertueuse ». Ainsi, pour favoriser l’écosystème, la ville a mis en place le « fauchage tardif » au parc de Géresme et favorise le maintien de bois morts. Un travail doit par ailleurs être réalisé sur les berges de l’étang dudit parc pour créer davantage de courant et ainsi favoriser le développement de batraciens, poissons et plantes. Les résultats définitifs seront communiqués à la fin du premier trimestre.

.

Article de Cindy Belhomme publié le 05 février 2019 dans Le Parisien

.

3.Commentaire

L’association Crépy environnement et qualité publie cet article qui va dans le sens de nos préoccupations : Le parc de Géresme de notre ville est un réservoir de la biodiversité qu’il faut protéger de toutes les pollutions.

Tous les ans, le conseil municipal des jeunes, notre association et des employés municipaux participent au nettoyage du parc.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

Crépy en Valois : Le parc de Géresme

Crépy en Valois : Le parc de Géresme

Repost0
7 février 2019 4 07 /02 /février /2019 10:53

.

Dans le prolongement de notre article sur les pseudo-aliments multi-transformés publié sur notre blog le 14 janvier 2019, selon une étude réalisée par une équipe de chercheurs de l’université Aix-Marseille, à la suite de la mauvaise qualité de notre alimentation, notre corps ne peut pas faire face correctement à certaines maladies et notamment les dépressions. Certes, le stress, l’environnement sont des facteurs importants mais aussi une alimentation riche en sucres, graisses saturées mais pauvre en nutriments, en acides gras (les omega-3), en vitamines D, en vitamines B9 par exemple, éléments qui ont une action anti-inflammatoire, contribuent à l’installation de maladies dépressives.

.

Si les vitamines sont considérées comme des compléments alimentaires, il n’est pas besoins de les acheter sous forme de cachets mais simplement de les prendre en mangeant sainement par le biais d’une alimentation équilibrée et avec une activité sportive même douce (la marche).

.

Nous n’allons pas dévoilez l’excellent article de Yann Verdo, paru dans les « Echos » du lundi 14 janvier 2019, page 11, sur ce principe de nourriture saine, équilibrée le plus possible et sur certaines vitamines qui jouent un rôle anti-inflammatoire essentiel.

Pour connaître la suite de cet article cliquez sur :

.

https://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/0600469079223-la-depression-se-joue-t-elle-aussi-dans-notre-assiette-2235767.php

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

 

Communauté de communes du pays de Valois : Une bonne alimentation est synonyme d’un mental équilibré

Repost0
4 février 2019 1 04 /02 /février /2019 13:23

.

L’association Crépy environnement et qualité de la vie est consciente que l’existence du Parc Naturel Régional Oise-Pays de France est en danger ainsi que de nombreux sites naturels comme le bois du roi dans le pays de Valois. Ils sont malheureusement  bien souvent la proie ou convoités par des promoteurs immobiliers ou des industriels sans scrupule et, ce qui est grave, avec la complicité active ou passive de certains élus locaux.

.

C’est pour ces raisons que notre association met en ligne ci-dessous le dernier compte-rendu de l’année 2018 de l’Union des Amis du Parc Naturel Régional. Oise Pays de France et de ses Trois Forêts (AP3F). 

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

.

 

Union des Amis du Parc Naturel Régional Oise Pays de France et de ses Trois Forêts

AP3F  - BP 20343 – 60634 CHANTILLY

.

Association N° W604000624

 

 

Site : www.AP3F.fr     Mail : AP3F@free.fr   Téléphone : 06 89 63 34 83

.

  . .

FEUILLE DE LIAISON N°34 -  décembre 2018  

Chers adhérents, chers sympathisants, chers amis.

.

En cette fin d’année, où en sommes-nous dans le processus de renouvellement de la charte du PNR Oise-Pays de France (PNR OF)?

.

Nous avons rencontré le 20 novembre, Monsieur Patrice Marchand et Madame Sylvie Capron, respectivement Président et Directrice du PNR OPF.

 .

La mise en conformité de la charte avec les réserves et les recommandations suite à l’enquête publique a occupé l’année 2017.

M. P. Marchand nous a dit qu’il a fallu, au cours de 2018, résoudre les problèmes de gouvernance en donnant aux contributeurs la représentativité auxquelles ils pouvaient et voulaient prétendre au sein du Comité Syndical (assemblée du PNR).

 .

Par ailleurs, la région Hauts de France voudrait restreindre le budget du PNR en refusant son indexation sur l’inflation à partir de la quatrième année jusqu’au terme de la validité de sa charte (15 ans !). C’est, comme le dit M. Marchand, signer l’arrêt de mort du PNR qui ne dispose pas de marges de manœuvres. Le bureau du parc a refusé.

.

La tendance serait de trouver un accord se traduisant par la fixation d’une cotisation statutaire et d’une contribution additionnelle annuelle revue chaque année. Cette éventuelle solution est loin de dissiper nos inquiétudes car n’assure pas un budget pérenne et stable. 

.

Il y a fort à parier que le PNR disposera d’un budget de fonctionnement très restreint dont s’enorgueillit son président. Rien ne serait pire qu’un PNR « au rabais » n’ayant pas les moyens d’assurer ses missions, compte tenu des enjeux considérables qui s’annoncent pour les prochaines années.

 .

Du côté de l’Île de France, M. Marchand nous a indiqué que la région n'a toujours pas répondu à propos du projet de statuts du syndicat mixte alors que les Hauts de France, les départements du Val d'Oise et de l'Oise l'ont fait depuis longtemps ; Statuts, faut-il le rappeler, rédigés dans le sens voulu par les régions.

.

Faut-il parler d’inertie, de défaut de communication, de mauvaise volonté, de complaisance coupable à l’égard d’une situation qui s’enlise ? Probablement d’un peu de tout cela à la fois.

.

Le constat est pourtant sans appel. Le PNR OPF n’a plus de charte depuis janvier 2016. En dépit de ceux qui continuent à y accomplir tant bien que mal leur mission, notre parc marche sur une jambe sans pouvoir s’appuyer sur une charte qui est pourtant la condition sine qua non de sa nécessité et de son efficacité !

 .

En ce début décembre :

.

 Nous avons écrit aux deux Présidents de Régions en leur sollicitant un rendez-vous.

.

 Nous nous sommes adressés aux deux Préfets de Régions (IDF et HDF) puisqu’il est de la responsabilité de l’Etat d’accorder le label PNR alors que les conditions de son obtention et de son maintien ne sont plus réunies depuis trois ans par l’absence de charte !

.

 Nous avons rendez-vous avant la fin de ce mois avec le président et le directeur de la Fédération Nationale des PNR. 

  .

On « célébrera » au mois de janvier 2019 le funeste troisième anniversaire de notre PNR sans charte !!! Le défi de votre association est là !

.

Au cours de ce mois de janvier, l’AP3F sera entièrement mobilisée et ne manquera pas de pugnacité pour obtenir des régions, la réponse qu’elle attend et que vous attendez :

.

oui ou non, veut-on encore du PNR Oise-Pays de France ?

Si c’est non, que les Régions nous le disent.

.

Si c’est oui, qu’elles nous le montrent : 

.

·        En signant sans tarder les statuts

.

·        Impérativement dans les tous premiers mois de l’année 2019, en saisissant les communes et les communautés de communes (EPCI) du projet d’adhérer ou pas au PNR. 

.

Car ensuite il faudra encore que les assemblées régionales délibèrent et, si leur vote est favorable, demander les avis du Conseil pour la Protection de la Nature (CNPN) et de la Fédération Nationale des PNR pour que l’Etat se prononce enfin sur la reconduction du classement de notre territoire en PNR !!! Autant dire qu’il y a encore du chemin avant que le premier Ministre signe le décret de déclaration du PNR ce qui nous mènera, au mieux, à la fin de l’année 2019 ! 

 .

Comme vous le voyez, ce début d’année 2019 est déterminant tandis que se profileront déjà les élections municipales du printemps 2020 !  

.                                                                    

                                                  ***

.

Dans ce contexte de fortes incertitudes, peut-être n’est-il pas superflu de rappeler qui est l’AP3F ? À quoi sert notre association ? Pourquoi existe-t-elle ?

Rappelons que l’AP3F a été créé en 1995 par des associations, regroupant des compétences diverses, afin de promouvoir, avec le soutien et la volonté, à l’époque, de certains élus locaux, l’idée et la réalisation d’un PNR autour de nos trois forêts sur la base du constat de la forte vulnérabilité de notre territoire et non d’en faire, comme certaines mauvaises langues le répandaient, « une réserve d’indiens ». Neuf ans plus tard, en 2004, le PNR OPF a été déclaré.

.

Ensuite, l’objet de l’AP3F est de participer au développement du PNR, de l’accompagner dans ses missions en participant aux commissions thématiques et aux comités de pilotages des actions qu’il promeut. 

.

Pour cela, l’AP3F, grâce à la compétence de ses membres, apporte :

.

-         un savoir (en terme culturel, d’écologie, de sylvo-cynégétie, …),

.

-         des idées, en étant force de proposition,

.

-         mais aussi des critiques, car sa responsabilité est de veiller au respect des objectifs de la charte. Or, aujourd’hui, le danger est que la charte n’est pas opposable puisqu’elle n’existe plus.

.

Donc, dans l’immédiat, vous l’avez compris, ce qui nous anime avant toute chose, c’est le renouvellement pour quinze ans de cette charte sans laquelle le PNR n’a aucune raison d’exister.

.

Compte tenu de la proximité du Grand-Paris, il y a lieu de répondre efficacement et sans tarder.

.

L’épicentre du PNR actuel est situé à 50 kms de Paris Notre Dame ; Les communes les plus au sud du parc ne sont qu’à 30 kms.

.

Rappelons:

.

Que 43% de la surface du parc est occupée par la forêt.

.

 

Que 33% de la surface du parc est consacrée à l’activité agricole ; 40% de cette surface étant considérée comme sensible en termes de biodiversité.

C’est donc, près de 80% de la surface totale qui abrite une grande richesse floristique et faunistique et constitue, autant que sa valeur économique, un patrimoine naturel exceptionnel. Et pourtant, à l’image de ce qui se passe en France (entre 2006 et 2015, la France métropolitaine a perdu l’équivalent de la Seine-et-Marne en terres agricoles et espaces naturels), le territoire du PNR n’échappe pas à la surconsommation et l’artificialisation de ces espaces (exemple, la plateforme Amazone aux portes de Senlis).

.

La population du PNR OPF (un des premiers les plus denses de métropole) se répartit sur les 24% restant du territoire et se partagent donc environ 14 000 ha avec les activités commerciales, tertiaires et industrielles. 

 .

Notre territoire, si proche du Grand Paris, quasi-périurbain, reste exceptionnel en termes de valeur patrimoniale, riche encore d’une formidable biodiversité mais de plus en plus exposé et sujet à une extrême vulnérabilité.

Voilà pourquoi, il faut qu’il soit classé rapidement en PNR qui agit au bénéfice de sa population et des communes en s’appuyant, pour les quinze prochaines années, sur une charte donnant des objectifs communs dans le souci de l’avenir et de solidarité !

.

***

.

Ces derniers mois, l’AP3F,

.    

 Condamne, avec d’autres associations, en réunion du collectif des biocorridors picards dont elle est membre, le projet d’exploitation de carrières, de centre de traitements de déchets et d’une possible centrale thermique en plein cœur du Bois du Roi, aux portes du PNR entre Nanteuil le Haudouin et Crépy en Valois, bois relais à forte valeur écologique, assurant le continuum forestier entre les massifs du Val d’Oise et ceux nord-picards.

.

 Est intervenu lors d’une réunion publique sur le projet de PADD et de PLU de Thiers sur Thève pour s’inquiéter du risque d’un déséquilibre entre le légitime besoin d’accueil de nouveaux habitants et une urbanisation débridée pour ce type de village.

.

 Contribue mi-décembre à une reconnaissance sur le terrain avec le PNR, la fédération des chasseurs, la SAFHEC et l’association « à la sauvegarde de Courteuil Saint Nicolas d'Acy » pour évaluer le corridor rélictuel d’Avilly-Courteuil-Vineuil, identifier les obstacles qui empêchent d’assurer la continuité écologique, pourtant primordiale et objectif prioritaire de la charte, entre les forêts de Chantilly et d’Halatte.

.

Participe aux comités de pilotage « Développement des filières économiques locales, viables et durables » animé par le Parc en partenariat avec la chambre d’agriculture (« Agriculture et Territoire ») pour structurer les filières locales et leurs débouchés (foin, bois-énergie), promouvoir un Projet Alimentaire Territorial en renforçant les circuits courts alimentaires, …

 A pris part au Comité de Pilotage relatif aux sites Natura 2000 « Massifs Forestiers d’Halatte, de Chantilly et d’Ermenonville » (ZSC : zone spéciale de conservation (patrimoine naturel exceptionnel)) et « Forêt Picardes : Massif des Trois Forêts et Bois du Roi » (ZPS : zone de protection spéciale (oiseaux)) et qui a reconduit le PNR OPF comme opérateur Natura 2000 de ces sites.

.

S’intéresse aux réflexions et propositions du Plans de déplacements mutualisés du Sud de l’Oise à l’initiative des communautés de communes.

.

Partage, devant la poursuite de l’artificialisation des espaces, la prise de position de certains services instructeurs qui parlent de « prédation de territoire, d’obsolescence et d’incapacité à recycler… On construit et on jette, au gré d’impératifs strictement mercantiles privés ».

.

Participe le 12 décembre au colloque « Naturalité» organisé par le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement des Pays de l’Oise qui nous en dira plus sur le caractère sauvage de nos milieux naturels soumis de plus en plus à rudes épreuves.

***

.

Avant de conclure, comme vous le savez, le bon fonctionnement de notre association repose aussi sur ses finances comme sur son indépendance. Tout a un coût (réunions, courriers, actions diverses, procédures judiciaires, …) et nous avons besoin de vous. Vous trouverez ci-joint notre bulletin d’adhésion / de renouvellement pour l’année 2019.

.

Nous vous remercions par avance de votre soutien, de votre fidélité et de la confiance que vous nous témoignez.

.

Puisque nous sommes à l’époque des vœux, souhaitons que 2019 débouchera enfin sur la reconduction du classement du PNR, le renouvellement de la charte, l’adhésion de sa population et des communes afin de répondre aux enjeux futurs, sortir des impasses, agir avec une volonté collective, inventer, vivre mieux en harmonie et respect de sa nature.   

                  

Gilles Sinet

Président                                                                             

 

La carte du Parc Naturel Régional Oise-Pays de France

La carte du Parc Naturel Régional Oise-Pays de France

Repost0
31 janvier 2019 4 31 /01 /janvier /2019 11:23

.

Pour faire suite à notre article publié le 14 janvier 2019 sur notre blog et intitulé : « Les aliments ultra-transformés ont envahi notre quotidien alimentaire », vous pouvez lire ci-dessous d’autres informations :

.

En effet la politique alimentaire de notre pays est gérée par les groupes industriels de l’agro-alimentaire et de la grande distribution qui ont assiégé et investi toutes les strates de décision et de contrôle de l’Etat français et bien sûr de la planète. Il suffit de suivre les péripéties du dossier du dioxyde de titane et l’attitude du ministère de l’économie et des finances, la réponse de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’environnement et du travail (Anses) aux scientifiques du CNRS, minimisant comme d’habitude les effets dangereux sur les humains des fongicides SDHI employés à grande échelle en agriculture.

.

Comme nous l’avons déjà écrit, Les françaises et les français payent un lourd tribut pour leur santé (cancer, maladies cardiaques, obésité, diabète) avec la complicité de certains dirigeants politiques qui laissent faire les grands groupes internationaux industriels et de l’alimentation.

.

Pour vous confirmer cette situation hallucinante, nous vous proposons de lire cet excellent article du « Monde » du vendredi 18 janvier 2019 écrit  par la journaliste Solène Lhénoret.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

Article du journal le monde du 18 janvier 2019

Article du journal le monde du 18 janvier 2019

Repost0
28 janvier 2019 1 28 /01 /janvier /2019 13:30

..

Après l’ouverture du débat public, le docteur Eric MAY, directeur du Centre de Santé de Malakoff et Président de la Fédération Nationale des Centres de santé, prit la parole, se présenta comme un médecin généraliste officiant à Malakoff depuis 22 ans, maître de stage à l’université de Paris VI puis il fit une description d’un centre de santé :

.

Un centre de santé a pour ambition une médecine de qualité et gratuite avec des consultations en secteur 1 et la mise en œuvre du tiers payant.

Toutes les données médicales des patients sont numérisées (diagnostics, traitement, imagerie médicale par exemple). Les médecins travaillent en équipe secondés par du personnel paramédical et du personnel administratif.

Les médecins, les professions paramédicales (infirmiers, aides-soignantes) sont salariés. La structure peut être gérés soit par une association loi 1901, soit par une collectivité territoriale (commune, communauté de communes, département) ou même par un établissement hospitalier (public ou privé).

Le centre de santé est en contact avec des médecins spécialistes, des hôpitaux, des laboratoires d’analyses médicales, des centres d’imageries.

Comme dans le département de Saône et Loire, un gros centre de santé peut essaimer des antennes locales dans les petites communes rurales.

.

Actuellement les jeunes médecins préfèrent travailler en équipe avec un statut de salarié.

.

A Crépy en Valois, au vu de la densité de la population concernée, la présence d’un hôpital local et de plusieurs maisons de retraite, le projet de création d’un centre de santé est une solution pertinente et réalisable à l’échelle de la commune ou même mieux à l’échelle de la communauté de communes du pays de Valois.

Le centre de santé recruterait 5 médecins généralistes et accueillerait des étudiants en internat avec l’ouverture de 7 cabinets médicaux.

Deux postes et demi de secrétaires ainsi qu’un poste d’infirmière ou d’infirmier seraient créés pour décharger les médecins de certaines tâches.

Une ouverture du centre de santé de 08h00 par jour, 5 jours par semaine avec des permanences dans des communes rurales et des visites à domicile seraient planifiées.

.

La collectivité, ou autre maitre d’œuvre, déclarera à l’Agence Régionale de Santé (ARS) le projet de santé préparé auparavant, qui donnera son accord pour que l’établissement soit agréé par l’Assurance Maladie.

Le budget du centre de santé doit être en équilibre. Les médecins sont des contractuels non titulaires de la Fonction Publique Territoriale, travaillant 35 heures par semaine et bénéficiant de la protection sociale des salariés.

Récemment, près d’ici, un centre de santé a ouvert ses portes à Noyon avec 3 médecins généralistes sans oublier, Bergerac, La Roche sur Yon créé par la communauté de communes, sans compter le Département de Saône et Loire qui a installé un centre de santé départemental et salarié des médecins libéraux (30 annexes ouvertes en 9 mois avec au total 25 médecins recrutés en 6 mois) et également La Lozère et l’Orne en projet.

Un centre de santé fonctionne également dans la ville de Ferté Bernard près du Mans depuis 2011.

.

A Crépy en Valois, il faut travailler avec l’existant et mettre en place une offre complémentaire et non concurrente. Une structure mixte avec des médecins libéraux et salariés serait possible. Selon le docteur May un centre de santé adossé à un établissement hospitalier privé, ne serait qu’une filiale de cet établissement et fonctionnerait comme « un apporteur d’affaires ».

.

Suivant certaines informations et devant la situation médicale catastrophique dans le pays de Valois : 4,8 médecins pour 10 000 habitants en décembre 2018, contre 6,15 en 2014, 7,2 médecins au niveau de l’Oise actuellement et 11 médecins en moyenne nationale, la communauté de communes du pays de Valois suit avec attention le développement du désert médical dans notre région et notamment la situation et le climat conflictuel qui s’est installé à Crépy en Valois.

Le président de la communauté de communes semble intéressé par l’expérience du pays du Noyonnais, un bel exemple d’une réussite au service de l’intérêt général et veut bien examiner le dossier du projet d’un centre de santé dans notre ville.

.

La mairie de Crépy en Valois campe toujours sur ses positions : La construction d’une maison médicale interdisciplinaire avec un centre d’hémodialyse, rue des platanes. La clinique St Côme achèterait maintenant le terrain en face de la nouvelle gendarmerie sans l’aide de la municipalité.

Selon le maire de notre ville, l’embauche d’un médecin généraliste salarié serait envisagée dans un premier temps, mais soyons prudents.

Par ailleurs un médecin crépynois part rejoindre à temps partagé la maison médicale de Morienval.

En attendant l’ouverture de ce complexe médical privé et face à l’urgence, la mairie cherche à acheter tout le 1er étage de l’espace Rameau dans le but de mettre des cabinets médicaux à la disposition de médecins salariés par le CCAS (Une première tentative a échoué en 2017). Pour l’instant un seul médecin généraliste se serait manifesté.

.

Pour l’attractivité du pays de Valois, compétence dévolue à la communauté de communes, une offre médicale à la hauteur des exigences d’une population de plus de 50 000 habitants est obligatoire et l’ouverture d’un centre de santé avec des annexes au niveau du pays de Valois est une bonne solution pour les petites communes rurales. Ce que ne propose pas le projet de la clinique St Côme.

.

Lors de cette réunion publique, des maires de communes rurales ont déclaré leur intérêt pour un déploiement local d’un gros centre de santé situé à Crépy en Valois et se sont interrogés sur le financement. Le docteur May les a rassurés.

Le docteur Dahan a précisé qu’un urologue, un chirurgien du système digestif, 2 gynécologues en alternance, un cardiologue effectuent des permanences à la maison médicale.

.

La position de notre association

La position de l’association Crépy environnement et qualité de la vie n’est pas sectaire et quelle que soit la qualité des médecins : salariés ou profession libérale, nous souhaitons que le terrain d’une superficie de  près de 7000 m2 situé derrière la maison médicale actuelle et convoité par PROMOGIM pour une opération immobilière très rentable, soit acheté pour créer un pôle de santé rayonnant sur l’ensemble du territoire du pays de Valois en collaboration avec une maison des généralistes rénovée ou un centre de santé, le laboratoire d’analyses médicales et le cabinet de radiologie.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.

 

Le débat public sur le thème d'un centre de santé à Crépy en Valois

Le débat public sur le thème d'un centre de santé à Crépy en Valois

Repost0
24 janvier 2019 4 24 /01 /janvier /2019 12:52

.

38% d’avions en plus à l’horizon 2037 avec l’ouverture du terminal 4 de l’aéroport Roissy CDG, ce qui inquiète beaucoup les riverains de l’aéroport et les associations de défense de l’environnement et celles luttant contre les nuisances aériennes. Toutefois il ne faut pas oublier les habitantes et habitants de la Picardie et notamment celles et ceux du sud de l’Oise et de l’Aisne vivant malheureusement sous les couloirs aériens depuis novembre 2011.

La construction de ce nouveau terminal, d’une superficie comparable à celle de l’aéroport d’Orly, devrait démarrer en juillet 2020 pour ouvrir partiellement en 2024, l’année des jeux olympiques de Paris.

Cette future aérogare en forme de U accueillera jusqu’à 40 millions de passagers en plus avec comme conséquences 500 mouvements d’avions supplémentaires par jour.

L’Association de Défense du Val-d’Oise contre les nuisances aériennes (Advocnar) craint une hausse de la pollution sonore et de l’air.

.

Des méthodes existent pour atténuer les nuisances sonores comme l’atterrissage en descente continue, le décollage en seuil de piste ou l’augmentation de l’angle d’atterrissage et la limitation des vols de nuit de 23 heures à 06 heures (Interdiction des vols de nuit de 23 heures à 6 heures à Francfort). Par exemple l’aéroport de Nantes-Atlantique a interdit à partir du 31 mars 2019, les vols de nuit aux avions certifiés entre 1977 et 2006, donc les plus bruyants.

Comme toujours la France se distingue dans le mauvais sens (fiscalité,  classement des universités, dépenses publiques etc…) puisque l’aéroport Roissy Charles de Gaulle détient le record d’Europe avec en moyenne 157 mouvements d’avions la nuit entre 22 heures et 6 heures.

.

Mais, pour la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC), un Etat dans l’Etat, Aéroports de Paris et certaines compagnies aériennes, la diminution des nuisances n’est pas leur premier souci.

.

Le groupe aéroports de Paris, responsable de la gestion de l’aéroport Roissy CDG indique que le projet n’est qu’au premier stade et va s’étaler sur une durée de 15 ans.

Suivant les affirmations du directeur général exécutif du groupe ADP, une concertation publique non obligatoire débutera à compter du 12 février 2019 pour 3 mois et qui aura pour seuls objets les prévisions de croissance sur l’aéroport de Roissy et les conséquences induites mais le projet du terminal 4 ne sera pas présenté dans les détails.

Selon la direction d’ADP, le projet se fera sur des zones déjà imperméabilisées, sans nouvelle piste et sans concurrence sur les autres activités situées aux alentours.

.

Cette concertation sera-t-elle vraiment utile lorsque l’on sait le sort réservé aux enquêtes publiques : Trop souvent le dossier est déjà bouclé avec peu de possibilités de l’amender ?

Ceux qui ont le plus à craindre de l’expansion de l‘aéroport parisien, sont comme toujours les riverains de Roissy, les franciliens et la population vivant sous les couloirs aériens du sud de la Picardie.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

 

Au second plan, le terminal 4

Au second plan, le terminal 4

Repost0
21 janvier 2019 1 21 /01 /janvier /2019 11:42

.

1.Les acteurs de l’aviation civile

La Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC)

Cette administration, autorité règlementaire, dépend du ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, ministère chargé également des transports mais, le respect de l’environnement ne semble pas être une de ses priorités, même si cela entre dans ses prérogatives.

Cette administration est en fait un Etat dans l’Etat.

.

Les compagnies aériennes et les aéroports dont Aéroport de Paris

CDG ROISSY est l’aéroport francilien qui se trouve le plus proche du pays de Valois. Les trajectoires aériennes imposée en novembre 2011 dégradent depuis les conditions de vie des 400 000 habitants de la Confluence de la Seine et de l’Oise, du pays de Valois (La ville de Crépy en Valois impactée) et de l’Aisne (déjà à 90 km de l’aéroport).

ADP est un établissement public, majoritairement détenu par l’Etat mais ADP doit être prochainement transformé en société anonyme.

.

L’Autorité de Contrôle des Nuisances Aériennes (l’ACNUSA)

Chargée de veiller au bon suivi des dispositifs de lutte dontre les nuisances aériennes. Elle émet des recommandations et possède un pouvoir de sanction à l’encontre des compagnies aériennes. Ses 10 membres sont nommés par l’Etat.

.

Les préfets, de région ou de département, jouent également un rôle dans le cadre réglementaire.

.

Enfin les élus et les associations, qui représentent les riverains des aéroports et les habitants subissant les nuisances du trafic aérien.

.

Bien souvent c’est un combat difficile avec un chantage à l’emploi lorsque l’environnement et le cadre de vie sont en péril.

.

2.Les avions sont moins bruyants

De nombreux progrès ont été réalisés depuis des décennies. Les sources de bruits ont été identifiées et réduites (moteurs, combustion, aérodynamisme, vitesse, bruit suraigu des A320 etc…) mais les limites en terme de gains à dépasser se comptent parfois en dixième de décibels. De plus la sensibilité au bruit de la population augmente continuellement et il ne suffit plus d’effectuer des travaux d’isolation dans les maisons et les appartements pour faire cesser les récriminations. Les habitants veulent pouvoir profiter de leur jardin en été.

.

3.Les avions en phase d’atterrissage

Les pilotes d’avions doivent suivre des procédures très strictes mais trop souvent les altitudes de survol par palier sont trop basses, parfois entre 1000 m et 1300 m (50%) et cerise sur le gâteau, des débordements au niveau des couloirs aériens.

Ce qui est difficile à comprendre, c’est qu’une modification des couloirs aériens (un déplacement plus au nord) est intervenue en novembre 2011 avec pour but un relèvement de 900 m à 1500 m avant la descente continue finale vers l’aéroport donc, les avions devraient en théorie voler plus haut à une distance plus grande de l’aéroport avec selon la DGAC, 3 décibels en moins (comme d’habitude trop optimiste). Ce qui n’est pas le cas dans 50% des survols toujours en palier puisque malheureusement les descentes continues depuis 3000 m d’altitude et moteurs au ralenti, ne se font qu’à titre expérimental pour l’instant de 00h30 à 05h00 du matin.

Cette procédure de descente continue de moindre bruit est dite douce.

.

En réalité les modifications de couloirs aériens en novembre 2011 n’ont conduit qu’à un transfert du bruit vers d’autres territoires sans aucune étude d’impact. Les décisions étaient déjà prises avant l’enquête publique.

.

4.Ce qui nous attend

D’ici à 2040, Eurocontrol, organisation intergouvernementale européenne dont la mission est d’harmoniser la gestion de la navigation en Europe, prévoit une augmentation de 53% du nombre de vols (2à 30% par an). Les grands aéroports européens se trouveraient à la limite de leur capacité, sauf CDG ROISSY qui disposerait d’une capacité de développement pendant 10 ans encore et deviendrait une poule aux œufs d’or.

Avec l’accroissement des vols, il faut déjà que les pouvoirs publics se préoccupent de ce futur problème sinon la vie des riverains et de la population sous les couloirs aériens deviendra vite infernale.

.

Les solutions existent :

  • Faire d’abord respecter les procédures en vigueur ;
  • Mettre en place rapidement la descente en vol continu ;
  • Diminuer encore le bruit des avions ;
  • Augmenter la capacité d’embarquement des avions ;
  •  Les décisions devraient être prises dans la transparence mais trop souvent la messe est dite avant l’enquête publique.

.

Pour finir si vous voulez suivre la trajectoire d’un avion, vous pouvez le faire sur : https://www.flightradar24.com/

 

Prochainement, nous publierons un article sur le projet du terminal 4 à Roissy.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.

 

L'aéroport Roissy CDG

L'aéroport Roissy CDG

Repost0
17 janvier 2019 4 17 /01 /janvier /2019 10:22

.

 

1.La fibre optique dans le département de l’Oise

L’année 2019 verra la fin d’un grand projet initié en 2014 par le Conseil départemental : le déploiement d’un réseau public de fibre optique dans l’ensemble des zones rurales et semi-urbaines de l’Oise. Coût total de l’opération : 300 M€. Si l’objectif est bel et bien atteint, l’Oise serait alors, en fin d’année, « le premier territoire rural entièrement fibré d’Europe », se réjouit le Syndicat mixte Oise très haut débit (Smothd), chargé du déploiement.

Salué en 2018 par l’Arcep (autorité nationale de régulation des télécoms) et l’Agence du numérique, le déploiement s’était étendu, fin décembre, à 200 000 foyers (sur 300 000), le réseau comptabilisant déjà plus de 50 000 abonnés. Ces derniers ont depuis quelques mois le choix entre SFR (chargé de l’installation du réseau) et Orange. « Free est attendu début 2019 », assure le Smothd.

Une fois n’est pas coutume, les zones rurales du département seront ainsi technologiquement en avance sur les grandes villes, où les opérateurs privés sont chargés d’installer la fibre. A Compiègne et Creil, par exemple, l’ensemble des foyers ne sera connecté qu’en 2020.

.

Le Parisien,

.

2. Des zones rentables réservées aux seuls opérateurs privés

Le Programme national TRES HAUT DEBIT mis en place par le gouvernement en 2010 a permis aux grands opérateurs de s'engager et de communiquer sur leurs ambitions de déploiement du Très Haut Débit. Les zones à population dense, dites " zones AMII (appels à manifestation d'intentions d'investissement)" sont réservées aux opérateurs privés, qui sont en conséquence les seuls à intervenir. Les zones rurales sont laissées aux politiques publiques d'aménagement numérique.

.

Dans son schéma directeur d'aménagement du numérique (SDTAN), le SMOTHD prend donc acte des zones AMII soit 52 communes (30 % des foyers des habitants de l'Oise) sur lesquelles les opérateurs privés se sont positionnés et où le RIP (Réseau d'initiative publique) départemental n'a pas le droit d'intervenir.

.

Dans l'Oise, 4 zones AMII (hachurées sur la carte) :

  • L'agglomération de Beauvais, déployée par SFR,
  • Les communes de Creil, Montataire, Nogent-sur-Oise et Villers-Saint-Paul déployées par SFR,
  • L'agglomération de Compiègne, les communes de Longueil-Annel et Thourotte, déployées par SFR,
  • La ville de Chantilly, déployée par Orange.

.

L’association Crépy environnement et qualité de la vie se réjouit du déploiement de la technologie de la fibre optique dans le pays de Valois qui améliorera le quotidien des habitant(e)s de notre région.

Mais une question se pose : Une augmentation des tarifs d’abonnement suivra-t-elle l’installation du haut débit ?

.

La commune de CREPY-EN-VALOIS est adhérente au Syndicat Mixte Oise Très Haut Débit, le déploiement est programmé en 2019. Les travaux ont normalement débuté (En violet sur la carte).

.

3. Le débat public concernant le service de santé à Crépy en Valois

N’oubliez pas le débat public sur la pertinence de l’installation d’un centre de santé ou peut-être d’une autre organisation du système médical dans la ville, prévu dans la salle des fêtes, rue Nationale, le mardi 22 janvier 2019 à 20h00.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

Communauté de communes du pays de Valois : La fibre optique dans le département de l’Oise

Repost0
14 janvier 2019 1 14 /01 /janvier /2019 13:51

.

Tout le monde a entendu parler de la malbouffe, trop de graisse, trop de sucre par exemple mais les produits ultra-transformés, c’est pire actuellement ! Une alimentation chimique de synthèse a insidieusement envahi les étalages des supermarchés depuis les années 1980 (jusqu’à 50% des produits) avec de graves conséquences pour la santé des françaises et des français puisque 11% des 400 000 cancers détectés annuellement dans notre pays sont le résultat de cette alimentation chimique, sans compter l’obésité et les maladies cardio-vasculaires.  

Il est conseillé de ne pas ingérer plus de 15% de ses substances transformées.

Au total le coût se révèle énorme pour la communauté avec des vies perdues prématurément, une qualité de vie entravée et malheureusement une politique de prévention absente dans notre pays.

.

Les responsables politiques ferment les yeux sur ce problème. L’industrie agro-alimentaire, les grands groupes internationaux avec ses soi-disant experts grassement rétribués par leurs services, fixent toujours les règles alimentaires.

Mais pour le consommateur il lui est difficile de se retrouver dans ce maquis d’ingrédients composant certains aliments (colorants, épaississants, émulsifiants, texturants, édulcorants, arômes artificiels).

Ces aliments sont conçus au sein des centres de recherche et développement de grands groupes internationaux avec l’objectif de fabriquer à bas prix des produits qui ressemblent à des aliments, qui ont le goût d'aliments mais qui ne dont pas de véritables aliments.

Plus grave encore, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) n’est pas en mesure d’évaluer la toxicité des cocktails produits par l’industrie agro-alimentaire.

.

Une commission parlementaire a réalisé une étude qui a duré 6 mois et dont les résultats ont été publié en septembre 2018, décrivant une situation alimentaire préoccupante dans notre pays et un drame de santé publique qui coûte cher à la Sécurité Sociale financée par les françaises et les français.

.

Il faut arrêter de faire le jeu des industriels qui augmentent leurs marges bénéficiaires sur le dos et la santé des consommateurs.

.

Bien sûr tout n’est pas noir et l’on peut faire confiance à nos artisans traiteurs, aux circuits courts, aux marchés, au commerce local.

.

Il faut également savoir que les produits toxiques se retrouvent malheureusement en grand nombre dans les produits d’hygiène avec les irritants, les perturbateurs endocriniens, les allergènes dont vous trouverez une liste ci-dessous.

 

Nous vous proposons également de lire l’article d’Anne Crignon publié dans le journal « Le nouvel Observateur » en cliquant sur le lien suivant :

https://www.nouvelobs.com/sante/20180606.OBS7847/pourquoi-il-faut-dire-halte-aux-aliments-ultra-transformes.html  et nous vous conseillerons de lire le livre très édifiant d’Anthony Fardet, ingénieur agronome, intitulé : « Halte aux aliments ultra-transformés »

.

Une liste d’ingrédients toxiques à grande dose souvent présents

huiles hydrogénées,

Protéines hydrolysées,

Isolats de protéines de soja,

Maltodextrines,

Sucre inverti (mélange glucose – fructose obtenu par hydrolyse du saccharose),

Lécithine de soja,

Amidon de riz

Edulcorants (aspartame, extraits de stévia, sucralose…)

Sirop de glucose

Nitrites

Colorants

Dioxyde de titane E171 (Additif inutile présentant un risque cancérigène mais que le ministre de l’économie et des finances ne veut pas pour l’instant signer l’arrêté d’interdiction).

.

Une liste indicative des principaux produits ultra-transformés

Biscuits apéritif, chips

Soupes instantanées

Sauces type ketchup

Nouilles instantanées (jusqu’à une douzaine d’additifs)

Nuggets de volaille et de poisson, cordon bleu

Viandes fumées, saucisses, jambon (contenant nitrites et conservateurs ajoutés)

Plats cuisinés congelés

Pizzas, plats prêts à consommer (contenant des arômes et agents texturant)

Poêlées industrielles de légumes

Pains et brioches industriels, pains de mie

Barres chocolatées

Poudres chocolatées (parfois, entre 75 et 85% de sucre)

Céréales du petit déjeuner

Yaourts aux fruits : entre 6 et 12 additifs selon les marques

Desserts aux fruits aromatisés (sucre ajouté, agents texturants, colorants…)

Crèmes glacées

Sodas, boissons sucrées aromatisées, jus de fruits reconstitués.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

 

 

Des produits toxiques dans les cosmétiques

Des produits toxiques dans les cosmétiques

Repost0

Présentation

  • : Crépy-en-Valois environnement
  •  Crépy-en-Valois environnement
  • : dédié à Crépy-en-Valois, à la communauté de communes du pays de Valois, à la préservation de l'environnement, du patrimoine historique et naturel ainsi que de la qualité de vie des habitants de la région
  • Contact

Comité De Rédaction De L'association

  • Crépy en valois environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement

Recherche

Crépy En Valois, Pays De Valois, Oise, Environnement, Nature, Ecologie, Actualités