http://www.crepy.crepy.environnement.over-blog.fr
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2020 4 28 /05 /mai /2020 09:21

.

1.L’hydrogène

Outre les grands secteurs de l’économie française comme l’aéronautique, l’automobile, le tourisme, la gastronomie à protéger, il existe un grand groupe français de stature international « Air liquide », spécialiste de  l’hydrogène et des gaz, au service du service de santé, très important pour lutter contre les coronavirus pulmonaires.

Pour l’émergence d’une société bas carbone, le développement de l’hydrogène est un véritable atout.

Effectivement l’hydrogène présente un fort potentiel pour les déplacements. Grâce à l’emploi d’une pile combustible alimentée par de l’hydrogène il est possible de produire de l’électricité en toute sécurité à bord de voitures, de bus, camions et trains.

L’hydrogène est également une solution qui permet de pallier à l’intermittence de l’électricité d’origine renouvelable (éolienne ou solaire). Une pile à combustible est suffisante pour transformer de l’hydrogène stockée en électricité propre.

.

2.Le plastique

Il y a 4 ans le gouvernement annonçait que le cap de 100% de recyclage des déchets plastiques serait atteint d’ici 2025.

Si le tri est bien effectué, il sera possible de mettre sur le marché que des bouteilles plastiques exclusivement recyclées. Actuellement le plastique collecté ne représente que 57% de la production. Mais tout dépendra également de la concertation en cours entre les professionnels de la boisson et les collectivités locales.

Des pépites françaises sont aux premières loges pour la protection de l’environnement par exemple : La société « Carbios », la société de chimie verte qui a mis au point un bioprocédé de recyclage enzymatique et de dégradation des plastiques à utiliser actuellement pour l’emballage des produits, des légumes et fruits. Une entreprise dont une partie du capital appartient à BPI France, banque publique d’investissement, organisme français de financement et de développement des entreprises nationales

.

Une autre entreprise « Soprema » une ETI de Strasbourg réalise le recyclage chimique des déchets plastique non recyclables en les transformant en mousse de polyuréthane de grande qualité pour ses panneaux d’isolation pour le bâtiment.

C’est une avancée dans l’économie circulaire après plusieurs années de recherche et de développement avec l’aide de l’Ademe, de CITEO et un investissement de 7 millions d’euros.

.

Une nouvelle loi contre le gaspillage et sur l’économie circulaire a été votée avec l’objectif d’éliminer en autre le plastique à usage unique d’ici 2040 (Tubes de dentifrice, bidons de lessive, bouteilles de shampoings, pots de yaourt). Toutefois 20 ans c’est trop long.

Pour ce qui concerne la disparition totale du plastique, il faut bien se rendre compte que notre environnement quotidien est envahi par le plastique (Petits appareils électriques, jouets, meubles, le packaging etc…). La disparition totale du plastique serait une révolution mais qui sera difficile à mettre en place rapidement.

Même si une avancée se profile avec la disparition de tous les plastiques superflus, tels que les emballages souples, les couverts d’ici 2 ans sachant que le recyclage n’est qu’une première étape et non la solution ultime.

Pour les produits bio il faut également résoudre le problème des films plastiques.

Un exemple dans l’agroalimentaire : La société Fleury Michon vient de lancer une production de plats cuisinés individuels de gratins dans une barquette en bois de peuplier français. Avec cet emballage et une nouvelle méthode de cuisson, la société compte éliminer 80% du plastique utilisé auparavant.

.

3.Le biométhane dans le département de l’Oise

La société WAGA Energy a inventé une technologie qui permet d’injecter directement dans les réseaux de distribution de gaz naturel géré par GRDF du biogaz sous forme de biométhane, après traitement et débarrassé de ses impuretés, issu des installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND).

Ce nouveau procédé participe à l’économie circulaire puisque ce gaz issu des déchets se substitue au gaz importé. Par ailleurs, plus le tri a été organisé en amont, plus le biométhane produit est pur.

La nouvelle technologie intitulée "Waga-box » a été implantée, dès le printemps 2017, sur l’ISDND de St Maximin dans le département de l’Oise, géré par la société SUEZ et peut ainsi fournir 20GWh de biométhane par an dans le réseau de gaz naturel, soit la consommation annuelle d’une ville de 3000 foyers.

.

D’autres pépites françaises sont à découvrir et à aider financièrement pour qu’elles puissent participer à la transition écologique.

.

Surtout ne pas laisser le plastique non recyclable redevenir indispensable et envahir notre quotidien à la suite de cette pandémie.

Les lobbies du plastique ne doivent pas à nouveau se frotter les mains.

.

Pour l’instant des relocalisations massives ne sont pas d’actualité puisqu’elles se heurteraient à des obstacles insurmontables (compétences locales, prix, matières premières etc…).

L’idéal est de multiplier les fournisseurs (certains plus proches) et d’entamer une grande réflexion sur les activités concourant à l’indépendance nationale et européenne.

.

Par ailleurs nous vous proposons de lire ci-dessous cet article intéressant paru dans le journal « Les Echos » le mercredi 27 mai 2020, page 06.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

….

Le pacte vert sera au cœur de la relance européenne

 

 

Communauté de communes du pays de Valois : Quelques idées pour une nouvelle économie après le déconfinement

Repost0
21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 08:52

.

1.Les déchets verts

La société Véolia n’aurait pas pu assumer le ramassage des déchets verts à la suite d’un droit de retrait décidé par certains personnels de la société pour le motif que le ramassage de déchets verts serait dangereux.

Nous mettons en parallèle la situation des employés des magasins alimentaires, les chauffeurs livreurs où le danger de contamination est certainement beaucoup plus présent.

Heureusement que ce personnel est toujours bien au travail pour nous servir et éviter ainsi une sorte d’émeute de la faim.

Les responsables de la société Véolia ont-ils bien pris toutes les précautions indispensables, mis en place une procédure certifiée, c’est à dire mettre au minimum à la disposition des employés des masques, des gants, gel et autres matériels pour éviter tout risque de contamination.

La communauté de communes du Pays de Valois doit-elle demander des comptes au prestataire de services et réclamer la reprise du ramassage des déchets verts et pourquoi pas décider une diminution de la subvention allouée à Véolia pour avoir failli à une mission de service public.

Si le ramassage manuel des déchets verts pose des problèmes de sécurité, il faudrait alors envisager une automatisation complète de la collecte des déchets dans le pays de Valois.

Nous espérons qu'après la reprise chaotique de la collecte des déchets verts celle-ci ne sera pas de nouveau interrompue.

.

2.Les masques

Les masques jetables sont une nouvelle source de pollution et de risque de contamination surtout pour les employés de la ville obligés de les ramasser. Nous commençons à en trouver sur les trottoirs de la ville

Il faudrait que la police municipale de Crépy en Valois intervienne et verbalise tous ces irresponsables en les touchant durement au porte- monnaie (amende de 135€) pour pollution et mise en danger d’autrui.

Les masques jetables ne doivent pas être mis dans la poubelle jaune mais dans celle des déchets ménagers et dans un sac en plastique pour incinération.

.

Notre association privilégie le port de masques en tissu pour ces raisons

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

Carte du pays de Valois

Carte du pays de Valois

Repost0
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 10:27

..

1.Les déchets verts
Et si les déchets verts étaient ramassés le mercredi 20 mai 2020 (Heureusement que la date ne tombe pas le jour de l’Ascension).
 Après 3 semaines d’interruption sans aucune information, les habitants de Crépy en Valois commencent à s’impatienter et à s’énerver à la suite de ce retard inexplicable. Certains jettent les déchets du jardin dans la poubelle des déchets ménagers, d’autres les jettent ou cela est possible pour former des dépôts sauvages ou dernier recours à la déchetterie.
.
Notre association est intervenue dans un premier temps au siège de la CCPV. Au 1er étage quasi désertique, règnait un silence inquiétant. Même la machine à café habituellement très entourée était esseulée. Une seule employée se trouvait à l’accueil, complétement perdue et malheureusement incapable de faire face à la situation. 
Après plusieurs questions sur les causes de ce dysfonctionnement regrettable, la seule réponse fut : Un manque de personnels et que Véolia adresserait un planning hebdomadaire. Aucun responsable n’était joignable ce jour là, tous confortablement installés dans un confinement prolongé semble-t-il ou fuyant tout contact avec les administrés.
Nous avons pu soutirer des brides d’information sur une éventuelle réunion entre les responsables de la CCPV et Véolia à l’initiative de la mairie de Crépy en Valois pour essayer de mettre fin à ces carences et blocages dans le fonctionnement d’une administration locale.
.
Trois appels téléphoniques évidemment infructueux de notre part n’ont toujours pas réussi à réveiller la belle au bois dormant.
Cela nous fait penser à une célèbre chanson de Nino FERRER :
« Gaston y a le téléphon qui son et y a jamais person qui y répond »
.
Bref la seule information crédible sous toutes réserves serait un ramassage des déchets verts le mercredi 20 mai 2020.
.
2.Les masques à Crépy en Valois.
Plusieurs distributions de masques ont été réalisées dans notre ville à l’initiative de la mairie. C’est une initiative louable.
Ces masques viennent de la région des Hauts de France. Si vous découvrez des imperfections, ce qui peut arriver, vu le nombre reçu, vous pouvez contacter les services de la mairie pour vous les faire échanger immédiatement.
Ce que nous déplorons c’est que les informations ne parviennent pas toujours rapidement aux oreilles des élus (Maire ou adjoints).
.
Pour des raisons écologiques notre association privilégie les masques en tissus par rapport aux masques jetables en matière plastique que l’on commence à trouver par terre après utilisation.
.
Vous pouvez lire ci-dessous un article très intéressant à ce sujet dans le journal « le Monde » page 31 du mercredi 13 mai 2020.
.
Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.
.
Masques : l’occasion manquée pour le monde d’après

La Communauté de Communes du pays de Valois (CCPV) aux abonnés absents

Repost0
14 mai 2020 4 14 /05 /mai /2020 09:35
Communauté de communes du pays de Valois : Après cette crise ?

.
Allons-nous revenir dans le monde d’hier, avec cette frénésie de consommation d’énergies fossiles, de produits provenant de pays éloignés ? Il faut espérer que non.
Bien sûr l’économie tout en produisant autrement, devra repartir mais une réflexion, après la constatation de nombreuses carences et de fausses informations dans la gestion de cette crise sanitaire, devra être engagée par les pouvoir publics, les grands groupes d’entreprises pour lister nos faiblesses dévoilées pendant cette crise et les secteurs stratégiques indispensables pour maintenir l’indépendance de notre pays et de l’Europe tels que :
-    La santé et l’industrie pharmaceutique ;
-    L’agriculture et l’industrie agro-alimentaire ;
-    L’innovation avec l’intelligence artificielle, les nouvelles énergies propres (Hydrogène, géothermie), des technologies de rupture comme le projet ITER. Enfin toutes les innovations sur la préservation climatique (R&D) ;
-    L’éducation nationale et la culture
-    La Défense nationale pour protéger notre démocratie.
La liste peut s’agrandir pour aider les secteurs d’activités non délocalisables comme celui des économies d’énergie par exemple et déterminer tous les secteurs d’activités indispensables à l’économie découverts récemment.
.
Il faut donc réfléchir à ce que cette future reprise économique nécessaire ne soit pas désordonnée mais qu’elle préserve également l’environnement si non la prochaine crise sera d’une ampleur encore plus grande.
Quels enseignements l’humanité devra-t-elle tirer de cette crise afin d’affronter la crise du changement climatique ?
Il faut donc profiter de la relance économique et des divers financements pour accélérer la transition économique.
Mais aucun pays ne pourra contrer seul les conséquences désastreuses des dérèglements climatiques et de la perte de la biodiversité.
La coopération internationale, déjà au niveau européen, sera nécessaire et il faut espérer que les dirigeants des pays écouteront enfin plus sérieusement les avertissements répétés des scientifiques.
La principale priorité de l’Europe doit être de financer massivement l’offre propre en carbone.
.
Pour la France, notre association ne peut qu’être inquiète avec le projet de loi de simplification et le gouvernement qui cherche de nouveau à réduire le champ d’application des enquêtes publiques avec pour conséquence une atteinte grave aux principes de la démocratie participative
 

Des industriels qui essayent en catimini de mettre sur le marché et pendant la crise des insecticides dangereux pour les insectes polinisateurs (lire l’article de l’association Agir pour l’Environnement paru dans notre blog le 16 avril 2020).
Tous les lobbies qui ont intérêt à continuer à polluer et à détruire l’environnement vont essayer de poursuivre leurs activités comme auparavant. 
.
Beaucoup de dirigeants parlent mais les actes ne suivent pas.
Pensons à la déclaration du président de la république Jacques Chirac le 02 septembre 2002  devant l'assemblée plénière du IVe Sommet de la Terre, à Johannesburg, en Afrique du Sud : «  Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ».
Il y a 18 ans déjà !
.
Prochainement nous donnerons quelques idées pour une nouvelle économie après le déconfinement.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.

Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 12:21

.

Le nouveau projet de restriction du champ des enquêtes publiques suscite de vives oppositions 
Dans un projet de loi de simplification, dont la discussion va démarrer au Sénat, le Gouvernement cherche de nouveau à réduire le périmètre des enquêtes publiques. La Compagnie nationale des commissaires enquêteurs réclame le retrait de cette disposition.
Gouvernance  |  25 février 2020  |  Laurent Radisson 
.
Envoyer par e-mail
« La loi Asap permettra d'accélérer les implantations et les extensions industrielles sans rien changer aux réglementations qui nous protègent », assure Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie. De nombreux observateurs n'en sont pas convaincus. C'est le cas de la Compagnie nationale des commissaires enquêteurs (CNCE) qui réclame le retrait pur et simple d'un article visant à réduire le champ de l'enquête publique.
.
Le projet de loi d'accélération et de simplification de l'action publique, dite « loi Asap », a été présenté lors du Conseil des ministres du 5 février et doit être discuté en séance publique au Sénat les 3 et 4 mars prochains. Son article 25 supprime l'organisation systématique d'une enquête publique pour les projets soumis à autorisation environnementale. Ces projets sont les installations classées (ICPE) relevant du régime d'autorisation, soit celles qui présentes de graves dangers ou inconvénients pour la sécurité ou l'environnement. De même que les projets soumis à autorisation au titre de la loi sur l'eau, c'est-à-dire ceux susceptibles de présenter des dangers pour la santé ou la sécurité publique, ou de porter de graves atteintes au milieu aquatique. La réforme concerne donc non seulement les projets industriels mais aussi des aménagements ayant un impact sur la ressource en eau.
.
300 projets concernés par an
.
Le projet de loi prévoit de ne maintenir une enquête publique que lorsqu'une évaluation environnementale du projet est requise ou lorsque le préfet juge que cette procédure reste utile en raison des impacts du projet sur l'environnement ou l'aménagement du territoire, ou des enjeux économiques qui s'y attachent. Dans ce cas, l'enquête publique est réduite à quinze jours. Dans les autres cas, elle serait remplacée par une participation du public par voie électronique d'une durée de trente jours, similaire à celle qui existe pour les installations classées relevant du régime d'enregistrement.
.
Selon l'étude d'impact du projet de loi, environ un tiers des dossiers de demande d'autorisation environnementale ne relèvent pas de la procédure d'évaluation environnementale. « Ces cas représentent de l'ordre de 300 projets par an », indique le Gouvernement. Ce dernier justifie la réforme par la nécessité de réduire les délais pour les porteurs de projets. « Même si sa durée minimale n'est que de deux semaines lorsqu'il n'y a pas évaluation environnementale, l'enquête publique entraîne inévitablement des délais supplémentaires, nécessaires d'une part à sa préparation (nomination du commissaire-enquêteur et publicité de l'enquête), et d'autre part à sa conclusion (élaboration et transmission du rapport, dans le délai d'un mois) », explique l'exécutif.
.
« Le principe, essentiel, d'une consultation du public est bien préservé. Ce sont ses modalités qui sont adaptées au cas par cas, proportionnellement aux enjeux et à la complexité des dossiers, dans une logique de conciliation entre la fluidité des procédures et les garanties apportées en matière de participation du public », assure le Gouvernement. Dans un avis rendu le 30 janvier, le Conseil d'État a estimé que cette disposition ne soulevait « pas d'objection d'ordre constitutionnel ou conventionnel » dans la mesure où des critères permettant de guider l'appréciation des préfets étaient indiqués. Il avait en revanche repoussé une première rédaction qui habilitait le ministère chargé de l'environnement à déterminer, par arrêté, les cas dans lesquels une enquête publique était requise.
.
Cette volonté de l'exécutif de réduire le champ de l'enquête publique n'est pas nouvelle. Il a lancé, en décembre 2018, une expérimentation dans les régions Bretagne et Hauts-de-France permettant aux préfets de remplacer cette procédure par une simple consultation du public par voie électronique, à condition que le projet ait donné lieu à une concertation préalable sous l'égide d'un garant. Le nouveau dispositif proposé est différent, observe le Conseil d'État, dans la mesure où il exclut les projets soumis à évaluation environnementale.
.
« Détricotage systématique de l'enquête publique »
.
Quoi qu'il en soit, le projet de loi suscite l'ire de la Compagnie nationale des commissaires enquêteurs. « L'article 25 participe à [un] détricotage systématique de l'enquête publique et constitue une manière de la faire disparaître en faisant de la dématérialisation la procédure de droit commun de la participation du public », dénonce cette organisation qui fédère quelque 3 000 commissaires enquêteurs.
.
 
Selon l'étude d'impact du projet de loi, environ un tiers des dossiers de demande d'autorisation environnementale ne relèvent pas de la procédure d'évaluation environnementale.   
.
         La CNCE pointe, tout d'abord, les inévitables divergences d'appréciation par les préfets et les risques que fait peser la réforme sur les territoires les plus vulnérables du point de vue environnemental. Elle identifie aussi un risque de conflit d'intérêt, qui pourrait créer une nouvelle source de contentieux, de nature à faire perdre tout intérêt à une réforme destinée à faire gagner un mois à la procédure.
.
En effet, le Gouvernement prévoit par ailleurs de confier au préfet de région, en lieu et place d'une autorité environnementale indépendante, l'examen au cas par cas des projets. Cet examen permet de dire si un projet doit ou non faire l'objet d'une évaluation environnementale. L'Autorité environnementale nationale a déjà pointé, dans un avis du 5 février, le risque de conflit d'intérêt lié à cette réforme prévue par un projet de décret d'application de la dernière loi sur l'énergie. C'est le même type d'assouplissement de la réglementation qui avait permis au préfet de Seine-Maritime d'autoriser des augmentations de capacité de l'usine Lubrizol de Rouen sans exiger d'évaluation environnementale.
.
Avec cette double réforme, le représentant de l'État pourra donc réduire le périmètre des projets soumis à évaluation environnementale, puis supprimer l'enquête publique pour les projets qui ne seront plus soumis à cette évaluation.
.
« Recours contentieux lourds de conséquences financières »
.
Or, la consultation électronique du public n'apporte pas les mêmes garanties qu'une enquête publique, témoigne la CNCE. S'appuyant sur un état des lieux réalisé sur le département de la Mayenne depuis avril 2017 et portant sur des projets industriels et agricoles soumis à enregistrement, l'organisation conclut que cette consultation ne permet pas la bonne information du public. Elle évince une partie du public, notamment dans les zones rurales, et ne permet pas une restitution correcte des observations, l'arrêté préfectoral ne faisant état ni de leur synthèse, ni de leur prise en compte, explique-t-elle.
.
Au final, selon l'organisation, cette consultation ne permet pas de gagner de temps ni de faire réaliser d'économie réelle. « N'apportant pas les mêmes garanties que l'enquête publique, elle n'exclut pas les recours contentieux lourds de conséquences financières pour le porteur de projet », assure la CNCE.
.
Pour Gabriel Ullmann, docteur en droit de l'environnement et commissaire enquêteur radié, « ce projet de loi est un véritable retour en arrière de trente ans aussi bien en matière d'enquête publique que d'évaluation environnementale, au moment même où (…) notre Président entend mettre l'écologie au centre du modèle ». Reste à voir si les parlementaires partagent cette analyse.
 

Laurent Radisson, journaliste rédacteur en chef délégué aux marchés HSE

Laurent Radisson, journaliste rédacteur en chef délégué aux marchés HSE

. …….

L’association Crépy environnement est très inquiète pour la protection de l’environnement. Cette loi de restriction du champ d’application des enquêtes publiques laissera les mains libres aux  seuls préfets de région pour décider si un projet industriel ou autre doit faire l’objet ou non d’une évaluation environnementale, en lieu et place d’une autorité indépendante et de remplacer l’enquête publique par une simple consultation par voie électronique.
De plus réduire la durée de l’enquête publique à 2 semaines et la procédure dans certains cas à une simple consultation électronique, c’est porter une atteinte grave au principe de la démocratie participative. 
Ainsi dans le pays de Valois, le projet d’installation contesté d’une carrière de sable et d’une décharge dans un site protégé comme le Bois du Roi aurait pu faire l’objet d’une enquête publique tronquée.
.
Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie


 

Ce sentier dans la forêt pourrait être remplacé par une route empruntées par de nombreux poids lourds

Ce sentier dans la forêt pourrait être remplacé par une route empruntées par de nombreux poids lourds

Repost0
30 avril 2020 4 30 /04 /avril /2020 11:50

 

ITER est un programme scientifique qui a été officiellement lancé lors du sommet des superpuissances de Genève en novembre 1985. L’idée de la communauté internationale est de mettre en place un ambitieux projet de coopération destiné à dynamiser la recherche sur la maîtrise de la fusion nucléaire.

.

ITER est aujourd’hui considéré comme un des projets les plus ambitieux au monde dans le domaine de l’énergie. Il regroupe des scientifiques de plus de 35 pays autour d’un objectif commun : démontrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion nucléaire comme nouvelle source d’énergie propre pour l’humanité.

.

La machinerie au nom de « tokamak » contient un mélange de  deutérium et de tritium, deux isotopes d’hydrogène, maintenus dans le vide par des champs magnétiques puissants. Ce mélange est chauffé à une température de 150 millions de degrés pour atteindre les conditions prévalant à l’intérieur du soleil. A cette température les atomes d’hydrogène fusionnent pour se transformer en éléments plus lourds d’hélium produisant ainsi une énorme énergie comme dans une étoile comme le Soleil.

Le problème se trouve dans le maintien de ce plasma à cette haute température et la continuité du confinement. Ce qui n’est pas gagné pour l’instant et ce système n’est pas sans risque.

Ce gigantesque laboratoire est en construction près du centre CEA de Cadarache à St Paul lez Durance (Région Provence-Alpes-Côte d’Azur). Les travaux de préparation ont débuté en janvier 2007. Un accord international a été signé par la Chine, l’Union Européenne, les Etats-Unis, la Russie, l’Inde, la Corée du Sud et le Japon. Le coût actuel est estimé à 10 milliards d’euros pour la construction d’une durée de 10 ans et les 20 ans de phase opérationnelle avant démantèlement (Attention aux débordements inévitables dans ces énormes projets).

.

Actuellement plus de 73% du génie civil des bâtiments de l’installation seraient déjà finalisés. La construction des bâtiments de conversion électrique et la conception des éléments principaux des systèmes nécessaires au premier plasma se poursuivent et devraient être achevées d’ici les deux prochaines années.

2020 marquera une étape importante pour le chantier ITER : le début de l’assemblage du tokamak. Les premiers composants de ce réacteur nouvelle génération, qui en comporte au total plus de 10 millions, arriveront à Cadarache dans le courant de l’année. Ces éléments ont été fabriqués aux quatre coins du monde, dans les usines des partenaires du projet.

Selon le calendrier prévu a fixé à décembre 2025, la production du premier plasma sera réalisé fin 2025. Considérée comme un évènement majeur dans le timing du programme, la production du premier plasma marquera la fin de la phase de construction et le début du programme opérationnel.

Alors que le premier plasma à base d’hydrogène devrait être généré d’ici l’horizon 2025, il faudra patienter une dizaine d’années supplémentaires pour que le réacteur ITER réussisse à produire la première fusion tritium-deutérium et atteigne son point de fonctionnement nominal. Et en ce qui concerne l’industrialisation du procédé de fusion, les prévisions évoquent, pour l’instant… la fin du siècle.

.

Toutefois certains scientifiques pensent que le projet n’est pas raisonnable et que le financement prévu serait plus efficace dans d’autres recherches.

.

C’est une opération de très long terme et l’humanité aura-telle le temps d’attendre avec le réchauffement climatique qui s’accélère de plus en plus ?

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

Le projet ITER

Le projet ITER

Repost0
23 avril 2020 4 23 /04 /avril /2020 11:49

.

Dans le monde actuel, le soutien à l’économie devient un problème important après la lutte contre le coronavirus.

Il existe plusieurs possibilités dont l’une des plus intéressante serait une aide financière substantielle à la transition écologique avec évidemment le service de santé, la recherche et toute initiative permettant de réduire la dépendance aux énergies fossiles.

.

1.les transports et l’hydrogène

Une des causes de pollution avec le chauffage qui peut être réduite.

Il est possible de verdir le transport et de créer des circuits court de l’énergie avec une volonté politique forte.

L’Association Française pour l’Hydrogène et les Piles à Combustible (AFHYPAC) qui rassemble les chercheurs et les industriels, met en avant les avantages de l’’hydrogène pour les véhicules utilitaires et collectifs.

.

Certes l’hydrogène décarboné par électrolyse de l’eau est plus cher à produire que l’hydrogène par reformage du gaz, méthode très employée par les industriels actuellement. Pour baisser le prix, il faut attendre une accélération de l’utilisation de cette nouvelle technologie. Pour l’instant les collectivités équilibrent les projets d’implantation des stations à hydrogène.

.

Les régions de la Bourgogne Franche-Comté, d’Auvergne-Rhône-Alpes, de Normandie ainsi que celle d’Occitanie ont mis en place un programme de développement de plusieurs centaines de stations à hydrogène. Des grandes métropoles ne sont pas en reste et se lancent également dans la production d’hydrogène et de distribution de ce carburant.

.

La France possède un champion dans la production des gaz dont l’hydrogène : Air Liquide, d’autres entreprises comme Engie et EDF se positionnent sur ce créneau de production et distribution d’hydrogène.

.

Mais l’entreprise la plus mobilisée est Rougeot Energie en Côte d’Or pour accompagner le marché des flottes captives des collectivités et des entreprises et cela grâce à un partenariat public-privé. Pour l’installation d’une station-service Il faut atteindre le seuil de 50 véhicules (poids lourds, bus, véhicules utilitaires et même voitures privées).

.

Le plan national de déploiement de l’hydrogène présenté en 2018 prévoit une part de 20% pour ce carburant dans le mix énergétique en 2030.

.

Les moteurs à hydrogène peuvent être de deux conceptions distinctes : soit ils fonctionnent comme un moteur à combustion interne classique raccordé à un réservoir, soit ils comportent un moteur électrique branché sur une pile à combustible.

 

Comment produire de l’hydrogène à un prix raisonnable, des chercheurs ont peut-être trouver la solution :

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-hydrogene-enfin-facon-economique-produire-8495/

.

2.Communauté de communes du pays de Valois

Au pays de Valois, dans la zone industrielle de Crépy en Valois, actuellement, une station-service a été installée pour alimenter les véhicules utilitaires en gaz naturel liquide (GNL).

Aucun projet n’est à l’étude pour une station-service d’hydrogène puisque le marché n’existe pas encore.

.

Pour notre association, la voiture à hydrogène sera le carburant du futur. Il s’insèrera dans le mix énergétique de demain avec la voiture purement électrique. Ce sera une alternative crédible pour le transport routier puisque le fret SNCF est en perdition et le transport fluvial peine à devenir rapidement une réalité.

.

Surtout le véhicule utilitaire à hydrogène sera mieux adapté au nouveaux modes de consommation en ligne qui génèrent, à la suite des flux de transports, de plus en plus de nuisances dans les villes.

.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie

Station service hydrogène en région parisienne

Station service hydrogène en région parisienne

Repost0
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 09:33

.
L’association Crépy environnement et qualité de la vie vous propose de lire cet article d’Agir pour l’Environnement en complément du précédent :
.
Et pendant ce temps-là... Dow AgroSciences fait appel de la décision d'annuler la mise sur le marché de deux insecticides néonicotinoïdes et sulfoxaflor

.

 Chères amies, chers amis,
 .
Le 27 novembre 2019, à la suite d'une procédure judiciaire engagée par Agir pour l'Environnement et l'Union Nationale de l'Apiculture Française, le tribunal administratif de Nice a annulé l'autorisation de mise sur le marché de deux insecticides "tueurs d'abeilles" commercialisés par la Dow Agrosciences, filiale de la multinationale de sinistre mémoire Dow Chemical (à l'origine de la catastrophe de Bhopal).
 .
Lundi dernier, en pleine période de confinement, nous avons eu la désagréable surprise de recevoir un courrier émanant de la cour d'appel administrative de Marseille nous informant que DowAgrosciences faisait appel de la décision, espérant ainsi pouvoir commercialiser en catimini ses deux insecticides !
 .
Rien ne semble pouvoir venir à bout de l'entêtement du lobby des pesticides. Pas même le fait qu'en moins de 30 ans, ce sont près de 80% des insectes qui auraient disparu !!!

Avec nos amis de l'UNAF, et malgré la période compliquée que nous vivons toutes et tous, Agir pour l'Environnement va faire appel à son avocat afin d'empêcher DowAgrosciences de nous imposer deux insecticides "tueurs d'abeilles".
.
En 30 ans, près de 80% des insectes ont disparu et cette rapide disparition nous pouvons tous la constater sur nos balcons, terrasses, dans nos jardins et dans les espaces verts désertés par les insectes en ce printemps 2020. 
Cet effondrement brutal est la conséquence en premier lieu des pesticides, du dérèglement climatique, de l’introduction d’espèces invasives (Le frelon asiatique), de l’arrachage des haies et de la pollution lumineuse.
.
Les insectes pollinisateurs au premier rang desquels les abeilles paient un lourd tribu à cette guerre silencieuse menée contre la nature.

.

AIDEZ NOUS A STOPPER
LE LOBBY DES PESTICIDES

.

ou cliquez sur http://soutenir.agirpourlenvironnement.org/b?cid=162

.

// Soutenez Agir pour l’Environnement et recevez le livre "Sauvons les insectes" et un sachet de graines mellifères
 .
Plus nous sommes nombreux, plus nous avons d'impact.
Plus nous avons de soutiens, plus nous pouvons multiplier nos actions pour une planète vivable.
.


 

Communauté de Communes du pays de Valois : Il faut préserver les insectes polinisateurs

Repost0
9 avril 2020 4 09 /04 /avril /2020 09:52

.
1.Les multinationales d’agrochimie
Cinq multinationales d’agrochimie détiennent 65% du marché mondial des pesticides et font fortune en vendant des produits dangereux voire mortels pour les populations dans les pays en voie de développement.
.
Sous couvert d’un discours décrivant leurs engagements pour une agriculture durable et l’utilisation responsable de technologies phytosanitaires, de grands groupes d’agrochimies continuent d’empoisonner notre planète.
.
Nous vous proposons de lire un article du Monde du vendredi 21 février 2020 dénonçant les agissements de ces multinationales.
 

Communauté de communes du pays de Valois : Comment l’industrie agrochimique s’enrichit en empoisonnant notre planète

.
2.Pourquoi faire le travail à moitié ?
Sur une moitié de la rue du bois de Braye, des places de stationnement sont délimitées et sur l’autre moitié les voitures continuent de se garer sur les trottoirs comme le montre la photo ci-dessous.

Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie.
 

Rue du bois des Brayes à Crépy en Valois

Rue du bois des Brayes à Crépy en Valois

Repost0
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 10:16

..
1.Le rû de Bouillant dans le parc de Géresme
Nous revenons sur la grave pollution survenue dans le parc de Géresme à Crépy en Valois, Capitale historique du pays de Valois avec une grande dynastie royale.
Le dimanche 9 juin 2019, la mairie n’a pu que constater cette pollution chimique dans le parc de 20 hectares, refuge de la biodiversité en ces temps difficiles pour la protection de l’environnement. 
Entre 4000 à 6000 litres de produits détergents hautement toxiques. Deux semaines plus tard, plus de 1600 poissons ont succombé, asphyxiés par manque d’oxygène. Heureusement il semble que la faune n’a pas été atteinte
Faudra-t-il peut-être curer le fond de l’étang et suivant les résultats, l’intervention pourrait avoir lieu à l’hiver 2021/2022.
La mairie de Crépy en Valois, le ROSO et notre association ont porté plainte devant la justice et ont évalué le préjudice à au moins 200000 euros mais à 22 000 euros par la compagnie d’assurances. Ce qu’a refusé bien évidemment la mairie.
.
Nous vous proposons de lire notre article en cliquant ci-dessous :
http://crepy.environnement.over-blog.fr/2019/10/communaute-de-communes-du-pays-de-valois-apres-la-pollution-du-parc-de-geresme-quelles-solutions-pour-restaurer-l-etang.html
.
2.Le rû La Payelle sur la commune d’Estrées St Denis dans le département de l’Oise
Un autre de cas de pollution a été révélé sur ce cours d’eau, un de plus avec toutes les conséquences néfastes sur la flore, la faune aquatique et par la suite de l’être humain.
Le Regroupement des Organismes de Sauvegarde de l’Oise, association de protection de l’environnement et de la qualité de vie des habitants des habitants du département de l’Oise bien connue pour ses interventions auprès de la justice, des élus et des médias, a donc porté l’affaire devant les tribunaux. Cette pollution a été dévoilée par le ROSO depuis 2016.
La décision du tribunal vient de tomber et la ville d’Estrées St Denis et le Gestionnaire de la station d’épuration, doivent remettre le rû La payelle dans l’état initial de propreté en éliminant totalement la pollution.
.
Elles prouvent que l’inaction et l’indifférence sont des positions inacceptables pour des élus ou des responsables chargés du contrôle de la salubrité des eaux.

.


Pour plus d’informations, vous pouvez lire l’article ci-dessous :
.
Comité de rédaction de l’association Crépy environnement et qualité de la vie
 

Le parc de Géresme à Crépy en Valois
Le parc de Géresme à Crépy en Valois

Le parc de Géresme à Crépy en Valois

Repost0

Présentation

  • : Crépy-en-Valois environnement
  •  Crépy-en-Valois environnement
  • : dédié à Crépy-en-Valois, à la communauté de communes du pays de Valois, à la préservation de l'environnement, du patrimoine historique et naturel ainsi que de la qualité de vie des habitants de la région
  • Contact

Comité De Rédaction De L'association

  • Crépy en valois environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement

Recherche

Crépy En Valois, Pays De Valois, Oise, Environnement, Nature, Ecologie, Actualités