http://www.crepy.crepy.environnement.over-blog.fr
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 16:50

.

Le Parc Naturel Régional Oise-Pays de France couvre désormais 67 000 hectares et représente 131 000 habitants et 70 communes dont certaines du pays de Valois (trop peu encore) : Nanteuil le Haudoin, Ermenonville, Ver sur Launette, Montagny Ste Félicité, Auger St Vincent, Fresnoy Le Luat.

.

Notre responsabilité est collective et importante à l’égard du Parc Naturel Régional Oise-Pays de France. Après la signature du décret par le premier ministre le 18 janvier 2021 le nouveau périmètre est enfin officiellement pérennisé.

.

Pour info : Sous l’égide de l’Office National des Forêts (ONF) avec la participation de plusieurs organismes et associations, une opération de reboisement est en cours sur 2 hectares de la forêt domaniale de Montmorency où de nombreux châtaigniers ont été touchés par la maladie de l’encre.

Environ 2 200 arbres seront plantés. Ces nouveaux feuillus, résistants aux maladies, adaptés au sol et au climat, participeront au renouvellement de la forêt endommagée.

Nouveau périmètre du PNR Oise pays de France

Nouveau périmètre du PNR Oise pays de France

.

L’association Crépy environnement et qualité de la vie met en ligne les extraits les plus importants de la feuille de liaison n°46 de février 2021 de l’AP3F :

.....

Pour que vive la charte de ce Parc Naturel régional Oise-Pays de France, notre responsabilité collective est forte :

  • Responsabilité des 70 maires de chaque commune pour « qu’ils jouent collectif » avec une vision globale du territoire ;
  • Responsabilité du prochain bureau du comité syndical du PNR OPF pour qu’il poursuive les actions engagées depuis 2004, avec une dynamique audacieuse et la transparence d’une gouvernance équilibrée au service des communes et habitants aux quatre coins du territoire sans jamais renier les objectifs de la charte ;
  • Responsabilité de notre association, au côté du PNR, pour mieux le faire connaitre ainsi que ses missions à l’ensemble des habitants qu’ils vivent à Bethemont La Forêt ou à Rhuis, à Boran sur Oise ou à Auger St Vincent, renforcer les liens entre eux et faire partager les attentes et les préoccupations des uns et des autres.

.

L’AP3F demandera à être reçu au mois de mars par le président nommé par le nouveau bureau. Elle redira ses attentes et sa volonté de continuer à travailler encore plus étroitement et plus efficacement avec le PARC pour servir dans les quinze prochaines années les priorités de sa charte : 

1) préservation des continuités écologiques et de la biodiversité ;

2) maitrise de l’étalement urbain ;

3) maintien de la qualité des paysages ;

4) recherche d’un développement intégrant transition écologique et énergétique.

.

Ensemble sauvons la forêt de chantilly : l’AP3F s’est impliquée dans le programme à travers une convention que nous avons souhaitée et signée avec l’Institut de France (idf) et l’ONF.

De nombreux bénévoles emmenés par Jean-Charles Bocquet (administrateur de l’AP3F et vice-président de la SAFHEC), participent à différentes actions : placettes en février 2020, plantation d’un échantillon de nouvelles essences plus du sud en janvier 2021 et dont l’évolution sera scrutée avec attention : résisteront-elles mieux aux évolutions climatiques que nous constatons ? D’autres rendez-vous sont programmés.

.

Au gré des « maraudes forestières » que pratiquent régulièrement certains de nos membres, nous alertons, ici les grillages troués, là les déchets sauvages, ailleurs l’évolution positive de jeunes semis naturels ou au contraire des espèces invasives à surveiller… et on met la main à la tâche si nécessaire, toujours en lien avec l’ONF et IDF.

Petite goutte d’eau diront certains et le risque, pour d’autres, de perdre notre sens critique. Nous en sommes conscients !

Aussi nous rappelons les termes de notre convention : préserver la biodiversité (ex : laisser sur place plus de bois mort), limiter l’enrésinement en conservant une forêt à dominante de feuillus, observer et valoriser les cas de résilience de semis naturels prometteurs, applaudir quand l’IDF et l’ONF disent renoncer aux coupes rases et se tourner vers de nouvelles pratiques (régénération naturelle, plantations « mosaïque » ou cohabitent plusieurs essences d’arbres, vouloir recourir à des engins moins lourds pour épargner les sols, …), regretter que le comptage des grands cervidés n’aura pas encore lieu cette année alors qu’il est utile dans la recherche du fameux équilibre sylvo-cynégétique. Convenons que cette conversion s’accompagne d’un peu d’inertie et exige du temps et des moyens. Quant à votre association, elle reste vigilante, pugnace dans ses attentes, s’attachant à s’assurer que ce qui est annoncé est fait et en maintenant  le contact avec l’IDF et l’ONF.

 

.

ETANG DE COMELLES : Tout d’abord, saluons la restauration du pont enjambant la Thève au premier étang de Comelle.

Sinon, suite à la présentation passionnante faite par le PNR et le SITRARIVE (syndicat de la Thève) lors de notre dernière AG, quoi dire ?

.

Entre 2019 et 2021, que s’est-il passé ?

2019 : mis à sec de l’étang Chapron. « Opération rendue nécessaire pour la sauvegarde de ce patrimoine ».

2021 : après plusieurs milliers d’euros de travaux consacrés à la rénovation des bondes, à l’abattage des arbres dangereux dont les racines participent à la consolidation des digues, au financement d’étude dont le rapport final est en cours d’achèvement, on assiste à la remise en eau de l’étang.

Les saules ennoyés mourront ou ne mourront pas. Et après ? Le PNR annonce une intervention pour les supprimer mais dont les modalités et le calendrier ne sont pas encore arrêtés.

L’étang Chapron est-il en phase d’évolution inéluctable vers une zone humide comme celle de l’étang Comelle ? Que peut-on attendre de cette étude ? Que faut-il souhaiter ? Le rétablissement de la nappe ? Avec quels moyens et quels financements ? Notre association et les nombreux usagers des étangs voudraient savoir.

Quel avenir pour l’ensemble du site et des deux autres étangs Neuf et de La Loge ? Nous en appelons à une implication plus forte des collectivités locales et de l’agence de l’eau avec le propriétaire, l’Institut de France, pour mobiliser les moyens financiers afin que ce patrimoine remarquable soit restauré et préservé.

.

L’APF3 proposera ultérieurement qu’une brigade verte (aux diverses missions, comme il en existe ailleurs) soit animée par le PNR avec les moyens et le concours financier de l’ensemble des collectivités territoriales de son territoire (et, à travers elles, les contribuables « consommateurs » de la nature). Le PNR deviendrait le moteur de la coordination des actions de propreté au quotidien, avec l’aide des habitants, pour « lutter contre les déchets sauvages » et « renforcer la prévention des déchets » dans les espaces naturels ouverts (Axe III de la charte- orientation 6-mesure 18) et ainsi, pour ce domaine comme pour d’autres, répondre à un des objets des PNR prévus par le code de l’environnement en « réalisant des actions exemplaires ».

 

 .

ROUTE DE FELGUEIRAS à PONT STE MAXENCE L’AP3F a accepté d’associer son nom avec d’autres à une pétition locale contre un projet vieux de 30 ans de créer une nouvelle route en lisière de la forêt d’Halatte pour désenclaver le quartier des Terriers. Ses conséquences sur la biodiversité n’a pas empêché la préfecture d’accorder une autorisation de défrichement l’été dernier et depuis, ses services ont suspendu les travaux pour non-respect de certains aspects réglementaires (!!!!). Se fondant sur les orientations du SRADDET (schéma régional d’aménagement de développement durable et d’égalité des territoires) qui préconise « d’exploiter le foncier déjà artificialisé pour repenser l’aménagement urbain et les mobilités » avant de consommer toujours et encore plus des espaces naturels, il faudrait une meilleure concertation et un examen plus circonstancié ?

 .

 LIAISON SNCF ROISSY-PICARDIE : L’AP3F participera à l’enquête publique ouverte jusqu’au 6 avril 2021.

Le projet consiste à renforcer les liaisons ferroviaires entre la Picardie et Roissy. Raccorder la ligne Paris-Creil avec la LGV Nord-Roissy en créant une nouvelle ligne sur des terres agricoles au nord du département du Val d’Oise se justifie-t-elle ? Le développement de ces infrastructures exige dans tous les cas des compensations fortes au niveau environnemental. Lors de cette enquête publique l’association redira l’impérieuse nécessité à la fois de créer un écopont de 40 mètres de large entre les gares d’Orry-Coye et la Borne Blanche et de restaurer le corridor naturel dans la plaine de Survilliers à la Fosse Néret pour renforcer les continuités écologiques identifiées par la Trame Verte et bleue nationale et qui participent au vaste continuum forestier d’importance nationale s’étendant de la forêt de Montmorency à la forêt de St Gobain pour se poursuivre jusqu’au massif des Ardennes.

(Position affirmée et confirmée à la SNCF suite à une réunion avec elle en novembre dernier et co-signée par le PNR, l’Institut de France, l’ONF et l’ensemble des associations membres du collectif des biocorridors picards dont l’AP3F).

.

Le Bureau AP3F

 

 

Etang de Comelles

Etang de Comelles

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Crépy-en-Valois environnement
  •  Crépy-en-Valois environnement
  • : dédié à Crépy-en-Valois, à la communauté de communes du pays de Valois, à la préservation de l'environnement, du patrimoine historique et naturel ainsi que de la qualité de vie des habitants de la région
  • Contact

Comité De Rédaction De L'association

  • Crépy en valois environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement
  • Association dédiée à Crépy en Valois, communauté de communes du pays de Valois et l'environnement

Recherche

Crépy En Valois, Pays De Valois, Oise, Environnement, Nature, Ecologie, Actualités